"Putassier" ou "Putassière".

J'aime beaucoup cet adjectif qui relève du registre vulgaire et qui signifie, selon le contexte :

  • au sens propre :
    • relatif aux putains ou digne des putains,

On dit par exemple : "Ma voisine m'a tenu des propos putassiers".

    • ou : débauché, qui fréquente les putains,

On dit par exemple : "Ce type est joueur et putassier".

  • et par extension :
    • sale, répugnant, qui dégoûte,

On dit par exemple : "Ce film putassier ne devrait pas passer à la télévision".

    • vénal(e), hypocrite, complaisant(e), servile, obséquieux(se),
    • On dit par exemple : "Cette secrétaire putassière m'exaspère".
    • ou : cherchant à plaire, ayant pour but de plaire au plus grand nombre ;

On dit par exemple : "Je trouve cette publicité parfaitement putassière".

Sources : www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Foutre la merde" et "Un fouteur de merde".

Cette locution verbale et cette locution nominale masculine relèvent du registre scatologique ainsi que du registre vulgaire.

Et elles signifient respectivement :

  • "Foutre la merde" : mettre le cahos, semer le désordre.

On dit par exemple : "Certaines personnes n'étaient venues que pour foutre la merde après la manif".

Des fauteurs de troubles

  • et "Un fouteur de merde" :

On dit par exemple : "Cet abruti n'est qu'un fouteur de merde : il a pourri toute la réunion".

Source : www.linternaute.fr

Ne dites pas : "Faire des pets" ou "faire un pet" !

Mais plutôt :

  • "Péter" (registre vulgaire),
  • "Lâcher une caisse" (registre argotique),
  • "Lâcher un vent" (langage courant),
  • ou "Émettre une flatulence" (registre soutenu) !

12 façons de dire "Vouloir se faire bien voir".

"Faire le suceur" et "Lécher le cul" ou "Être un lèche-cul" relèvent du registre vulgaire.

"Cirer les pompes" et "Être un cire-pompes" appartiennent au registre argotique.

"Caresser dans le sens du poil", "Fayoter", "Jouer les fayots", "Être un lèche-bottes" ou "Lécher les bottes" relèvent du registre familier.

Et "Être obséquieux" ou "Être servile" du registre soutenu.

À l'issue d'un dîner avec une personne qui vous attire sexuellement, ne dites pas : "Tu baises ?" !

Un dîner aux chandelles

Mais : "Consentirais-tu à un rapport coïtal post-dînatoire ?" !

Vous passerez ainsi du registre vulgaire au registre soutenu.

Source : Jérémy Ferrari

"De la pisse d'âne".

Un âne en train d'uriner

Cette locution nominale féminine en forme d'idiotisme animalier relève du registre vulgaire.

Et elle désigne, au sens figuré : une boisson fade ou infecte, et en particulier une bière de mauvaise qualité ou servie chaude.

On dit également, dans le registre argotique : "Une binouse" (ou "Une binouze") et "Une bibine".

Et, sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Une bière".

Source : wiktionary.org

 

"À faire bander un mort".

Une fille belle "à faire bander un mort"

Cette locution adverbiale relève bien sûr du registre vulgaire.

Et elle signifie : extrêmement excitant, désirable au plus haut point.

On dit par exemple : "Cette fille était belle à faire bander un mort".

"Se mettre dedans" ou "Se foutre dedans".

Ces deux locutions verbales appartiennent respectivement au registre argotique et au registre vulgaire.

Et elles signifient toutes deux :

  • avoir tort, faire erreur, se tromper,

On dit par exemple : "Je me suis mis dedans en pensant que mon darron dirait oui : il m'empêche de sortir ce samedi".

Ou : "Ma reum s'est foutu dedans en notant le 06 que tu lui as filé, du coup j'pouvais pas t'rappeler".

  • ou : se mettre dans l'embarras.

On dit par exemple : "Je me suis mis dedans le mois dernier : j'ai claqué plus de 400 balles en boîte".

Ou : "On va se foutre dedans avec tous ces suppléments, je te le dis".

Sources : www.lalanguefrancaise.net et wiktionary.org

"Les salopards en casquette".

Des ouvriers français en grève en 1936 : la plupart portent une casquette

Cette épouvantable locution nominale relève du registre vulgaire et du registre désuet.

Ainsi appelait-on les ouvriers, en 1936, dans les milieux patronnaux français.

20 façons de dire : "Transpirer" ou "Transpirer énormément".

"Être en nage", une des très nombreuses façons de dire : transpirer beaucoup

Les locutions verbales "Être en sueur" et "Transpirer à grosses gouttes" relèvent du langage courant et signifient "Transpirer".

Tandis que les verbes "Couler" ("Je coule de partout !"), Dégouliner" et "Suinter" appartiennent au même registre de langue, mais signifient "Transpirer énormément".

Ce qui est également le cas des locutions verbales "Être en eau" et "Être trempé" (par ellipse de "Être trempé de sueur").

Ou des idiotismes animaliers "Transpirer comme un boeuf" et "Suer comme un boeuf", ou "Transpirer comme un porc" et "Suer comme un porc", qui relèvent tous du registre familier ; les deux derniers étant généralement considérés comme péjoratifs.

Ainsi que des locutions verbales "Avoir les mains moites... et les pieds poites", "Cuire dans son jus", "Être en nage" ou "N'avoir plus un poil de sec" (ou "Ne plus avoir un poil de sec")

Et des formules imagées "Avoir les bonbons qui collent au papier" (pour les hommes) et "Avoir le rideau qui colle aux fenêtres" (pour les femmes) appartiennent au registre vulgaire.

Ou des locutions verbales "Souffrir d'un excès de sudation" ou "Souffrir d'une sudation excessive", qui relèvent du registre soutenu, et "Souffrir d'hyperhidrose", qui relève du jargon médical.

Source : www.topito.com

"Avoir les bonbons qui collent au papier" et "Avoir le rideau qui colle aux fenêtres" .

Ces deux curieuses locutions verbales relèvent du registre vulgaire.

Et elles s'utilisent toutes deux, au sens figuré pour dire : avoir les sous-vêtements collant à la peau à cause de la transpiration.

  • "Avoir les bonbons qui collent au papier" est ainsi un idiotisme alimentaire signifiant : avoir les bourses collées au slip, pour un homme, en cas de forte chaleur,

On dit par exemple : "Vivement ce soir que je puisse me laver : j'ai les bonbons qui collent au papier".

  • et "Avoir le rideau qui colle aux fenêtres" est un idiotisme architectural et un idiotisme textile signifiant : avoir les fesses collées à la culotte, pour une femme, lorsqu'il fait très chaud.

On dit par exemple : "Je n'en peux plus de cette chaleur : j'ai le rideau qui colle aux fenêtres".

Et je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire : "Transpirer" ou "Transpirer énormément" en français.

Sources : www.topito.com, wiktionary.org et www.laparlure.com

43 façons de dire "L'anus".

Un anus en très gros plan

"Le TDC", "Le Trou du cul", "Le troudu" et "Le trouduc" appartiennent au registre vulgaire.

De même que "La boîte à chocolat", "Le fion", "La pastille", "La rondelle", "Le trou à caca", "Le trou à merde", "Le trou de balle"  ou "La turbine à chocolat".

Ou "Le boyau cullier", qui relève également du registre désuet.

"Le borgne", "Le cyclope", "L'échalotte", "L'oeil de bronze", "L'oeillet", "L'oeillet plissé", "L'oeillet rose", "L'oeilleton", "L'oignon", "Le petit", "Le petit trou", "Le pétoulard", "Le pot", "Le pot d'échappement", "La rosette", "Le trou", "Le trou mignon", "Le trou plissé", "Le trou qui pète", "Le troufignard", "Le troufignon", "Le troufion" (ou "Le trouffion"), et "Le vase" relèvent du registre argotique.

Et "L'entrée des artistes", "La porte de derrière" ou "La porte de service" du registre familier.

"Le fondement" et "L'orifice anal" appartiennent au registre soutenu.

Et "L'orifice du rectum" ou "L'orifice rectal" au jargon médical.

Sources : www.languefrancaise.net, dictionnaire.sensagent.leparisien.fr et Le guide de poche des gros mots. 1001 insultes, injures et jurons pour toutes les occasions, de Jean-Michel Jakobowicz (2020)