"Pizzly" et "Grolar".

Un grolar ou pizzly

Il s'agit de deux mots-valises anglo-saxons.

Et dans les deux cas, il s'agit d'ours hybrides, nés de l'union d'un ours blanc et d'un grizzly :

  • mais tandis que le PIZZLY (Polar bear-grIZZLY) est issu d'un papa ours blanc et d'une maman grizzly,
  • le GROLAR (GRizzly-pOLAR bear) est issu d'un papa grizzly et d'une maman ours blanc.

Petit moyen mnémotechnique pour vous souvenir de la différence : la première partie de ce type de mots-valises correspond toujours au nom du mâle :

  • "PIZZLY" commence par "P", donc le papa est un ours blanc (Polar bear). Et la maman, par voie de conséquence, une grizzly.
  • "GROLAR" commence par "GR", donc le papa est un Grizzly. Et la maman, par voie de conséquence, une ourse blanche.

Est-il utile de préciser la raison pour laquelle la première appellation ("Pizzly") est davantage utilisée en France ?

Oui, sans doute, pour nos amis apprenants de FLE : c'est tout simplement en raison de l'homophonie entre le mot-valise anglo-saxon "Grolar" et la locution française "Gros lard" qui désigne familièrement et péjorativement un obèse, une personne de forte corpulence ou en surpoids !

"Un sac pour deux mains et après demain".

J'aime assez cette formule à double sens, qui figure sur les sacs réutilisables vendus dans les supermarchés de la chaîne Monoprix.

Double sens de la formule
Il résulte de la polysémie entre la locution nominale « deux mains » et le mot « demain ».

J'ai également aimé les sacs "Avec ce sac vous allez remporter toutes les courses", "Ce sac se porte bien, et vous ?", "J'adore les courses en sac", "Pour faire le beau devant la glace", "Votre vie n'a jamais été aussi bien remplie" et "Le meilleur site pour shopper".

"Pâque" et "Pâques".

Ces deux mots homophones correspondent à deux réalités quelque peu différentes :

  • "Pâque" est, dans la liturgie juive, la fête commémorant annuellement la sortie d'Égypte du peuple juif.

Il s'agit d'un mot féminin singulier.

On dit par exemple "Immoler la Pâque" ou "Manger la Pâque", pour immoler et manger un agneau, selon le rite prescrit pour la célébration de la Pâque.

  • tandis que "Pâques" avec un "s" est, dans la liturgie chrétienne, la fête célébrée à date variable chaque année au printemps, en mémoire de la résurrection du Christ.

Il s'agit d'un mot masculin pluriel s'employant sans article.

On dit par exemple : "Pour Pâques je serai en province" ou "Aux vacances de Pâques ma famille viendra me voir".

Source : www.larousse.fr

"Un anti" et "Un nanti".

Ces deux locutions nominales homophones ne désignent absolument pas la même chose :

  • un "anti" est quelqu'un qui est contre quelque chose, qui s'y oppose. Son antonyme est un "pro"

On parle par exemple d'un "pro avortement" et d'un anti avortement". Le premier y est favorable et le second opposé.

  • tandis qu'un "nanti" est une personne riche, disposant de moyens financiers, à qui il ne manque rien.

Il s'agit d'un terme appartenant au registre soutenu, qui a souvent une connotation péjorative. Son équivalent dans le registre familier est le mot "richard".

"Fatigant" et "Fatiguant".

Ces deux mots qui se prononcent absolument de la même façon n'ont absolument pas la même nature :

  • "Fatigant" sans "u" est un adjectif verbal, qui signifie :
    • qui cause de la fatigue ("un travail fatiguant"),
    • qui exige une attention pénible, qui lasse ("un texte fatigant"),
    • qui embête, importune, ennuie ("un garçon fatigant").
  • tandis que "FatigUant" avec un "u" est le participe présent du verbe "Fatiguer".

On dit par exemple : "C'est une personne âgée se fatiguant rapidement".

Source : wiktionary.org et www.larousse.fr

Non, Zinedine Zidane n'a pas investi dans le "Foot sale" à Aix-en-Provence !

Zinedine Zidane dans l'un de ses Z5

Pas plus, du reste que dans le "Foot salle" !

Mais dans le "Futsal", ce sport collectif apparenté au football, se jouant, comme lui, principalement au pied avec un ballon sphérique, et qui oppose deux équipes de cinq joueurs dans un gymnase, sur un terrain de handball.

C'est en effet à Aix-en-Provence (13), que l'ancien attaquant de l'équipe de France de football championne du monde 1998 a inauguré le premier de ses complexes sportifs "Z5", le 23 juin 2011.

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre le mot anglais « Futsal » et les locutions nominales françaises « Foot sale » ou « Foot salle ».

"Fête de la Musique" ou "Faites de la musique" ?

Affiche Fête de la musique 2019

L'observation de la photographie de l'édition 2019 de cette manifestation culturelle révèle que - contrairement à ce que la plupart des gens pourraient penser - la réponse n'est pas si évidente.

Je m'explique :

  • La "Fête de la musique" est en effet une fête internationale, célébrée le 21 juin, date coïncidant le plus souvent avec le premier jour de l'été dans l'hémisphère Nord.

Créée en France le 21 juin 1982 par Maurice Fleuret et le ministre de la culture socaliste Jack Lang, sur une idée de 1976 du musicien états-unien Joel Cohen, elle a ensuite été reprise au plan européen dès 1985.

Et largement internationalisée dans les années 2000, pour être aujourd'hui célébrée dans plus de 120 pays.

Le ministre de la culture Jack Lang et madame Danielle Miterrand, épouse du président français François Mitterrand, place du Palais-Royal à Paris (5), le 21 juin 1982, soir de la première fête de la musique
Le ministre de la culture Jack Lang et Danielle Miterrand, épouse du président français François Mitterrand, place du Palais-Royal à Paris (75), le 21 juin 1982, soir de la première fête de la musique
  • Et la locution verbale homophone "Faites de la musique" semble n'être qu'une simple invitation à "Faire de la musique" ou plus exactement "Jouer de la musique", évidemment largement suivie ce jour là et donnant au nom français de cette manifestation culturelle un caractère bien plus intéressant - j'imagine - que dans toutes les autres langues.

Affiche Fête (faites) de la musique 1982

Cependant, avant d'être d'abord en parenthèses, la première année, en 1982, - comme le rappelle la photographie ci-contre, la forme "Faites de la musique" a ensuite purement et simplement supplanté la forme "Fête de la musique ". Et cela dès l'édition suivante, en 1983.

Puis de 1985 à 1988, mais également en 1990 et 1991, et enfin de de 1993 à 1999 ; soit pour 14 des 18 premières éditions !

Affiche Faites de la musique 1985

Affiche Faites de la musique 1986

Affiche Faites de la musique 1987

Affiche Faites de la musique 1988

Étonnamment donc - j'imagine - pour les moins de 40 ans, la forme actuelle "Fête de la musique" ne s'est pour sa part imposé qu'épisodiquement au début (en 1984, pour la troisième édition), puis en 1989 et 1992, soit seulement 3 éditions sur les 18 premières.

Affiche Fête de la musique 1984

Affiche Fête de la musique 1989

Affiche Fête de la musique 1992

Puis définitivement (*), depuis 2000 (photographies en fin d'article).

C'est donc étrangement en juin 2019, lorsque -enfin - le nom la manifestation semblait enfin s'être durablement imposé dans l'imaginaire culturel collectif, que son organisateur - la DGCA (Direction Générale de la Création Artistique) a pris l'initiative de faire ressurgir la forme "Faites de la musique", pour la première fois depuis 1999, après 20 années de stabilité et 18 ans de va-et-vient hasardeux !

On va encore dire que je critique tout, mais il me semble que l'on à présent en droit de s'interroger sur ce qu'il en sera à l'avenir.

Et j'attends personnellement avec impatience de savoir ce qu'il en sera de l'affiche de l'édition 2020 !

 

(*) J'aimerai cependant en avoir la confirmation pour 204 et 2005, années pour lesquelles je ne dispose pas de sources photographiques ; n'hésitez pas à m'adresser des photographies d'affiches si vous en possédez, je vous en remercie d'avance !

Lire la suite

"Nyctalope" ne constitue pas une injonction conseillant de faire subir les derniers outrages à un ami ignoble ou à une compagne déloyale !".

Mais, plus simplement, : "Qui voit dans l'obscurité" !

Pour le substantif ("Un nyctalope"), voir mon article sur le sujet.

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre l’adjectif « Nyctalope » et la locution verbale « Nique ta lope«  !

"Pascal Laugier" et "Pascale Ogier"

Tous deux sont des personnalités françaises du monde du cinéma.

  • Mais le premier, Pascal Laugier, né le 16 octobre 1971, est un réalisateur et scénariste, spécialisé dans les films d'horreur,

  • tandis que la seconde, Pascale Ogier, née le 26 octobre 1958 et morte le 25 octobre 1984, était une actrice prématurément disparue.

Pascale Ogier

"Quelqu'un qui a paniqué" et "Quelqu'un que l'on n'a pas niqué".

  • Dans le premier cas il s'agit (langage courant) d'une personne qui a eu peur,
  • et dans le second (registre argotique), d'une personne que l'on n'a pas daigné connaître bibliquement...

N'écrivez pas : "Un noir de geai", "Des cheveux de geai" ou "Des yeux de geai" !

Un geai

Mais : "Un noir de jais", "Des cheveux de jais" ou "Des yeux de jais" !

Il existe en effet - j'y consacre même une collection d'articles - un grand nombre de noms de couleurs directement dérivé de ceux d'animaux.

Mais le "Geai" est un oiseau au plumage gris mêlé de bleu, de noir et de rouge orangé sur les ailes, et les quelques traces de noir que l’on aperçoit chez lui n’ont rien de remarquable, contrairement à celles que l’on trouve chez son homonyme, le "Jais", cette pierre d’un noir brillant et profond.Pierre de jaisPar conséquent, c’est bien évidemment à la pierre que l’on fait allusion, et non à l’oiseau, lorsque l'on parle de cette couleur !

Source : www.academie-francaise.fr