Ne pas confondre : "Un gros scato" et "Une grosse catho" !

Ces deux locutions du registre familier réunissent un adjectif qualificatif et l'apocope d'un substantif.

  • la première désigne un scatophile, vil pervers attiré par les excréments humains, mais pas forcément en surpoids.
  • tandis que la seconde désigne une femme catholique de forte corpulence.

Pourquoi ne faut-il jamais mettre trop d'argent dans un chat ou dans un chien ?

Réponse
Parce-que l’on a généralement les pires difficultés à l’en extraire, bien évidemment !
Explication du calembour
Il résulte de la polysémie de la locution verbale « Mettre de l’argent dans quelque chose », qui signifie au sens figuré « Investir dans quelque chose » et au sens propre « Insérer dans quelque chose ».

Un chien et un chat

Pourquoi le pédophile belge Marc Dutrou était-il réputé grand amateur de whisky ?

Réponse
Parce qu’il conservait du 12 ans d’âge dans sa cave !
Explication du calembour
Il résulte du parallèle – de très mauvais goût, je le concède – effectué entre l’âge des whiskies dits « de 12 ans d’âge », vieillis 12 ans en fûts, et celui des jeunes victimes que le monstre conservait enfermées dans sa cave.

"Avoir été blessé au front, au bras et par surprise".

Explication du calembour
« Il résulte de la polysémie du mot « Front », qui signifie ici le théâtre des opérations (par opposition à l' »Arrière ») et non la partie supérieure du visage« .
La même phrase sans zeugma
« Avoir été blessé au front, blessé au bras et blessé par surprise ».

Pourquoi que l'fils à Mimile, qu'est pas veinard, i' doit toujours boire son chocolat chaud dans un verre ?

Réponse
Parce que son vieux (« son père », dans le registre argotique) manque de bols !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre l’expression « Manquer de bol » (« Manquer de chance » dans le registre familier) et la formule « Manquer de bols » (les récipients).
La même question dans le langage courant
« Pourquoi le fils d’Émile, qui est malchanceux, doit-il toujours boire son chocolat chaud dans un verre ?« .

 

"Déclarer sa flamme".

  • On le sait, malheureusement, le législateur n'a jamais été avare d' imagination lorsqu'il s'est agit d'instaurer de nouvelles taxes en vue de remplir les coffres de l'État. Et si, par exemple, nombre de nos très anciennes bâtisses ne comportent que très peu d'ouvertures extérieures, ce n'est pas forcément en raison des rigueurs du climat local ou de la radinerie de leur propriétaire à l'égard des vitriers ; mais bien plutôt parce qu'il existait, de 1798 à 1926, un impôt sur... les portes et fenêtres !

Dans le même ordre d'idée, fut même établie, dès 1871, une taxe sur... les allumettes ! Étendue par la suite aux briquets, avant de finir par être abrogée en 1999, elle fut même un temps baptisée "Taxe solidarité reboisement"... ce dont je me souviens pour l'avoir régulièrement acquittée à la fin des années 1980, lorsque, étant devenu fabricant d'objets promotionnels, ma petite entreprise eu l'heur de connaitre quelque succès avec ses coffrets-puzzles de 12 boîtes d'allumettes, régulièrement vendus à d'importants clients par dizaines de milliers d'exemplaires.

Même à raison de "seulement" 2 centimes de francs par boîte, cela représentait donc tout de même, pour une commande de 10 000 coffrets, la bagatelle d'environ 350 € (d'il y à 30 ans ; soit près de 600 € d'aujourd'hui !). Au moins aurais-je eu le privilège, via mes clients, de contribuer activement au reboisement de mon pays, en un temps où la notion même de compensation carbone n'existait même pas encore ! Mais, comme dirait l'autre, tout ceci ne me rajeunit pas...

  • En dépit de tout cela, et contrairement à ce que certains de nos amis étrangers pourraient penser, "Déclarer sa flamme" ne consiste nullement à informer l'administration fiscale de la quantité de briquets et boites d'allumettes que l'on possède, pas plus que du nombre de feux dont dispose sa cuisinière à gaz...

Mais plutôt, et cela est - vous me l'accorderez - bien plus romantique : à faire part de l'ardeur de ses sentiments à la personne dont on est épris !

Car la France, c'est bien connu, n'est pas que le pays qui a inventé la TVA, impôt sans doute le plus copié et utilisé à travers le monde, mais également le pays de l'Amour avec un grand "A" !

"Les drôles de pratiques des personnalités" ou "Comment certains patronymes ou pseudonymes peuvent parfois prêter à sourire".

Certains patronymes ou noms d'artistes peuvent parfois surprendre.

Mais ce n'est rien à côté de ce que peut révéler l'analyse détaillée de leur vies personnelles à laquelle votre serviteur a cru bon de se livrer près de cinquante années durant.

Jugez-en par vous-même en lisant ce qui suit :

  • Certaines personnalités ont parfois des difficultés à se déplacer de conserve. Par exemple Arnaud Démare, Anne Nivat, Jacques Seiler, mais Laurence Bloch, quand ce n'est pas Bruno Carette. Et c'était bien pire autrefois, lorsque Sophie Desmarets et que Georges Marchais, tandis que Charles Trénet et Pierre Fresnay. Surtout quand on sait que la plupart du temps Yves Montand et Simone Signoret. Et il s'en est souvent fallu de peu que Jacques Chancel, que Mercedes Erra, qu'Hélène Ségara ou que Renaud Pila.

  • Même si on l'ignore souvent, les personnalités lisent. Si, si ! Et il n'y a pas que Jean-Claude Killy. Bruce Lee aussi. Certains lisent Melville, d'autres Hemingway. Tommy Lee Jones. Rickie Lee Jones, également. Jamie Lee Curtis, Jerry Lee Lewis et pour Alain Savary. Pour Gilles Savary aussi. Et même pour Jérôme Savary.
  • D'autres dansent. Par exemple Manuel Valls.
  • Steffi Graf. Certains apprennent les langues. Le chinois, souvent ou l'espagnol. Pour Didier Lallement et pour François Lenglet. Pour Clément Lenglet, également.
  • Pour d'autres c'est la peinture sur soie, pour Jean Lacouture, pour Bernard Tricot, pour Catherine Tricot, pour Jean-François Crochet et pour Randy Couture. Pour Charlélie Couture, pour Jean-Guy Couture et pour Xavier Couture également.
  • Pour certains c'est parachutisme, pour Juliette Haubois, pour Renzo Piano, pour Christian Clavier et pour  Thomas Croisière. D'autres jouent aux cartes. L'un compte les points et Philippe Séguin.
  • La voiture est bien sûr la passion de nombreux hommes, avec pour chacun son carburant de prédilection : pour Didier Super et pour Vin Diesel. Mais les femmes ont aussi leurs marques préférées. Par exemple pour Laurence Ferrari.
  • On sait également qu'il leur arrive parfois d'user et abuser des soins capillaires. Résultat, ça ne fait pas un pli : Alpha Blondy et Carla Bruni. Beaucoup font des teintures. Pour de nombreuses femmes c'est le blond qui est choisi. Mais pour Danièle Lebrun et pour Marion Rousse.

D'autres personnalités ont une coiffure préférée : queue de cheval, couettes et pour Marie-Josée Nat.

  • Il y a aussi le sport, et notamment le football, où chacun a souvent son poste de prédilection : l'un veut être défenseur, l'autre gardien et Bernard Pivot. Pareil pour les numéros, chacun ayant ses préférences : pour Didier Six, pour Christopher Six également, pour Pierre Gaspard-Huit, pour Tess Ledeux et pour André Vingt-Trois. L'ancien présentateur vedette du magazine économique "Capital" ne joue cependant plus car ses amis en ont assez de ses bévues et boulettes : impossible d'avoir une bonne occasion sans que Guy Lagache. Mais tous ne sont pas adeptes du ballon rond. Pour certains ce serait plutôt ski ou tennis, pour Jim Courier, pour Marc Leplongeon et pour Delphine Batho. D'autres enfin n'ont plus pratiqué depuis belle lurette. Par exemple pour Anouar el-Sadate.
  • On trouve également des amateurs d'imitation de cris d'animaux ! Ainsi, Guillaume Pepy, Gareth Bale, Marie-Paule Belle et François de Rugy.
  • L'humour a naturellement ses adeptes. En particulier chez les hommes politiques. Lors du passage en France du président des États-Unis d'Amérique, en 1999, Jacques Chirac a ainsi eu plaisir à raconter ses meilleures blagues à Bill Clinton et Hilary.
  • Tous n'ont pas le même rapport à la campagne. L'un peut être campagnard et Jean-Didier Urbain. Un troisième préfèrera la montagne. Et Philippe Lavil. Il ne veut en effet entendre parler que d'appartement. Et François-Xavier Demaison. Pour lui comme pour d'autres le choix est clair. Ainsi pour Tom Villa.
  • Quelques malchanceux n'ont guère le loisir de s'amuser puisqu'ils doivent consulter régulièrement. On pense évidemment à Jacques Secrétin, que seul Quentin Calmet.

Mais à d'autres individus également, à raison de leurs handicaps respectifs : pour l'un diabète, pour Patrick Dutartre, pour l'autre hypertension et pour Jean-Michel Aphatie.

Pareil pour les femmes : l'une est myope comme une taupe, l'autre un peu dure d'oreille, Valérie Bègue et, il faut bien le dire, Larusso.

Catherine Mouchet, David Douillet mais il semble aller mieux. André Boite.Et Marie-Josèphe Yoyotte. Jean Yoyotte aussi d'ailleurs.

Mathieu Plane, certains souffrent du dos, Delphine Desyeux. Et pour Bryan Coquard, mais heureusement Pierre Soulages. Dans ces cas-là, pas d'hésitation : un cachet comme pour Big Flo et Oli.

Et globalement, beaucoup en ont assez d'entendre Adrien Gindre.

Sur un thème contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mes articles "Tous des obsédés !" ou "Les étranges pratiques sexuelles de nombreuses personnalités", "Les destinations préférées des personnalités", "Les métiers auxquels rêvaient les personnalités lorsqu'elles étaient jeunes" et "Un été en Provence".