"Le groupe Luke".

Groupe Luke

Le nom de ce groupe de rock français, formé en 1998, à Bordeaux (33), par Thomas Boulard et Christophe Plantier, trouve directement son origine dans le titre du film états-unien, de 1967, de Stuart Rosenberg, "Cool hand Luke" ("Luke la main froide"), adapté du roman états-unien homonyme, de 1965, de Donn Pearce.

Affiche du film états-unien de stuart Rosenberg (1967)

"Parce que les fleurs c'est périssable".

Cette expression fait référence aux paroles d'une magnifique chanson du chanteur belge Jacques Brel intitulée "Les bonbons", qu'il déclame avec un fort accent bruxellois.

Sortie en 1963, en 33 tours 25 cm, elle est publiée l'année suivante en super 45 tours, puis en 1966 sur l'album "Les bonbons".

Et fait l'objet d'une suite "Les Bonbons 67", publiée sur l'album "Jacques Brel 67".

La chanson "Les bonbons" évoque les amours d'un personnage naïf, versatile, car fortement influençable par les avis de la gent féminine. À l'élue de son cœur, il offre des bonbons plutôt que des fleurs "parce que les fleurs c'est périssable", d'ailleurs "les bonbons c'est tellement bon, bien que les fleurs soient plus présentables, surtout quand elles sont en boutons". La jeune femme les refuse, lui préfère un certain Léon pour qui elle l'abandonne. Il les offre alors à Germaine, qu'il avait fortement critiquéee juste avant.

Les bonbons (1963)

"Je vous ai apporté des bonbons
Parce que les fleurs c'est périssable ;
Puis les bonbons c'est tellement bon
Bien que les fleurs soient plus présentables
Surtout quand elles sont en boutons

J'espère qu'on pourra se promener
Que madame votre mère ne dira rien
On ira voir passer les trains
A huit heures je vous ramènerai
Quel beau dimanche pour la saison
Je vous ai apporté des bonbons

Si vous saviez ce que je suis fier
De vous voir pendue à mon bras
Les gens me regardent de travers
Y en a même qui rient derrière moi
Le monde est plein de polissons
Je vous ai apporté des bonbons

Oh oui Germaine est moins bien que vous
Oh oui Germaine elle est moins belle
C'est vrai que Germaine a des cheveux roux
C'est vrai que Germaine elle est cruelle
Ça vous avez mille fois raison Mais dites-moi que c'est par hasard
Qu'il y a là votre ami Léon
Si vous voulez que je cède ma place
J'avais apporté des bonbons

Mais bonjour mademoiselle Germaine

Je vous ai apporté des bonbons
Parce que les fleurs c'est périssable
Puis les bonbons c'est tellement bon
Bien que les fleurs soient plus présentables"...

Source : wikipedia.org

Remerciements : Merci à François de m'avoir indirectement donné l'idée de cet article !

Jean-Paul Le Chanois

Le réalisateur français Jean-Paul Le Chanois

Il s'agit du nom d'artiste du réalisateur et metteur en scène français Jean-Paul Dreyfus, né le 25 octobre 1909 et mort le 8 juillet 1985.

Entré en 1930 à "La Revue du Cinéma", il joue ensuite comme acteur dans les films de la société Pathé avant de devenir attaché de direction de la société. Il travaille ensuite comme assistant aux côtés de Julien Duvivier, Alexandre Korda, Maurice Tourneur et Jean Renoir avant d'exercer le métier de monteur.

Dans les années trente, il est l'un des animateurs du Groupe Octobre, un groupe artistique lié au Front populaire.

Jean-Paul Le Chanois réalise ses premiers films avant la guerre ("Le Temps des cerises" en 1938 et "L'Irrésistible rebelle" en 1940).

Communiste, et d'origine juive, il travaille comme scénariste sous un prête-nom pour la Continental-Films, société de production de films français dirigée par les Allemands sous l'Occupation. Jean-Paul Le Chanois dirige le Comité de libération du cinéma français, organisme de résistance sous l'Occupation, sous le pseudonyme de "Marceau" et signe un film unique : "Au coeur de l'orage" (1944). Réalisé à partir de séquences filmées dans le Maquis du Vercors, c'est le seul film sur la résistance tourné sous l'Occupation.

Après la guerre, il écrit quelques scénarios et dialogues pour d'autres réalisateurs avant de recommencer à tourner.

Il allie le populisme traditionnel du cinéma français au néoréalisme italien d'après-guerre.

Jean-Paul Le Chanois se tourne ensuite vers un cinéma moins élaboré, exploitant une veine souriante et comique, comme, en 1954, l'un de ses plus grands succès, "Papa, Maman, la Bonne et moi", une comédie de moeurs sur la famille française type. Suivi, en 1956, de "Papa, maman, ma femme et moi".

Affiche du film français "Papa, maman, la bonne et moi" de Jean-Paul Le Chanois (1954)

 

Affiche du film français "Papa, maman, ma femme et moi" de Jean-Paul Le Chanois (1956)

Cinéaste engagé, ses films portent un regard sur les avatars contemporains : la crise du logement pour "Papa, Maman, la Bonne et moi" (1954), l'accouchement sans douleur pour "Le Cas du docteur Laurent" (1956) ou l'éducation permissive des enfants avec "Par-dessus le mur" (1961).

Affiche du film français "Par-dessus le mur" de Jean-Paul Le Chanois (1961)

Puis Le Chanois tourne en 1958 "Les Misérables", une des productions les plus coûteuses du cinéma français, en deux époques, avec Jean Gabin dans le rôle de Jean Valjean, Bourvil dans celui de Thénardier et Bernard Blier en inspecteur Javert.

Affiche du film français "Les misérables" (1ère époque) de Jean-Paul Le Chanois (1958)Affiche du film français "Les misérables" (2e époque) de Jean-Paul Le Chanois (1958)

En 1964 et 1966 il réalise encore deux films avec Jean Gabin, devenu son acteur fétiche, "Monsieur" et "Le Jardinier d'Argenteuil", avant de mettre un terme à sa carrière cinématographique.

Affiche du film français "Monsieur" de Jean-Paul Le Chanois (1964)Affiche du film français "Le jardinier d'Argenteuil" de Jean-Paul Le Chanois (1966)

Jean-Paul Le Chanois a également écrit et composé des chansons, pour Barbara, Édih Piaf ou Yves Montand.

Et créé, à la fin des années 1970, une association, "L'Image et la Mémoire", destinée à recueillir les témoignages filmés de tous les vétérans qui avaient fait le cinéma français.

Source : wikipedia.org

Chet Baker

Le musicien de jazz états-unien Chet Baker

Il s'agit du nom d'artiste du musicien de jazz états-unien Chesney Henry Baker, Jr., né le 23 décembre 1929 et mort le 13 mai 1988.

Le musicien de jazz états-unien Chet Baker

Trompettiste, bugliste et chanteur, Chet Baker a beaucoup enregistré.

Il a séjourné en Europe en 1955-1956 et de 1959 à 1964.

Et a vécu durant deux ans avec l'actrice française Liliane Rovère.

Le musicien de jazz états-unien Chet Baker

Arrêté dès 1953 pour consommation de stupéfiants, il mourra en 1988 à Amsterdam (Pays-Bas), après être tombé par la fenêtre de sa chambre d'hôtel ; sa chute étant survenue après la prise d'importantes quantités de cocaïne et d'héroïne.

Source : wikipedia.org

Bibi Rovère

Le contrebassiste de jazz français Bibi Rovère

Il s'agit du surnom en forme de gémination du contrebassiste de jazz français Gilbert Rovère, né le 29 août 1939 et mort d'un cancer le 13 mars 2007.

Frère du contrebassiste de jazz français Paul Rovère, il a accompagné des musiciens aussi célèbres que les états-uniens Bud Powell, Sonny Rollins, Dexter Gordon ou Duke Ellington. Ou encore le français Martial Solal.

Il a été l'époux de l'actrice française Liliane Rovère, née Cukier, qui a gardé son nom d'épouse comme nom d'artiste.

Source : wikipedia.org

"6Mic".

6Mic : la salle de musiques actuelles du Pays d'Aix, ouverte à Aix-en-Provence (13) le 6 mars 2018

Je trouve assez plaisant le nom en forme d'allographe donné à la nouvelle salle de musiques actuelles du Pays d'Aix, inaugurée à Aix-en-Provence (13) le 9 janvier 2020 et ouverte au public le 6 mars 2020.

6Mic : la salle de musiques actuelles du Pays d'Aix, ouverte à Aix-en-Provence (13) le 6 mars 2018

Je n'en dirai pas autant de son esthétique !

6Mic : la salle de musiques actuelles du Pays d'Aix, ouverte à Aix-en-Provence (13) le 6 mars 2018

Cette immonde réalisation "en forme de rocher", est l'oeuvre des architectes français Rudy Ricciotti et Jean-Michel Battesti, que l'on avait préalablement connu davantage inspirés.

6Mic : la salle de musiques actuelles du Pays d'Aix, ouverte à Aix-en-Provence (13) le 6 mars 2018

Explication de l'allographe
« 6Mic » se lit « sismique ».

"Mick Jagger".

Le chanteur britannique des Rolling Stones Mick Jagger

Il s'agit du nom d'usage et du nom de scène de Sir Michael Philip Jagger, né le 26 juillet 1943 et anobli en 2002 par la reine Élizabeth.

Ce célèbre musicien britannique, auteur-compositeur-interprète et acteur, véritable dinosaure du rock, a cofondé, en 1962, avec Keith Richards, Brian Jones et Ian Stewart le groupe de rock britannique "The Rolling Stones".

Le chanteur britannique des Rolling Stones Mick Jagger, en 1965
Le chanteur britannique des Rolling Stones Mick Jagger, en 1965

 

Il est l'un des chanteurs de rock les plus célèbres en raison de la popularité et de la longévité de son groupe.

Le chanteur britannique des Rolling Stones Mick JaggerLe chanteur britannique des Rolling Stones Mick JaggerLe chanteur britannique des Rolling Stones Mick Jagger

Surtout, son jeu de scène démonstratif, son androgynie, son attitude et son charisme, font de lui l'un des archétypes du chanteur de rock.

Mick Jagger et les Rolling Stones en concert à Auckland (Nouvelle-Zélande), le 22 novembre 2014

Source : wikipedia.org

"Les nuits d'une demoiselle" : 28 délicieuses expressions imagées pour évoquer la masturbation et la pénétration

Disuqe de Colette Renard

Cette superbe chanson française de 1963, écrite par Guy Breton, composée par Raymond Legrand et interprétée par Colette Renard est incontestablement l'un des chefs-d'oeuvre de la chanson grivoise.

La chanteuse Colette Renard y énumère pas moins de 28 délicieuses façons imagées d'évoquer la masturbation féminine et la pénétration.

Ces formules qui nous font sourire aujourd'hui, nous apparaissant presque comme davantage poétiques qu'argotiques, ont été à l'époque considérées comme suffisamment osées pour avoir été non seulement censurées en radio mais aussi édulcorées en disque, qu'il s'agisse du 45 tours de 1963 ou du 33 tours de 1965 (version pudiquement dite "épurée").

"Les nuits d'une demoiselle"

Que c'est bon d'être demoiselle, car le soir, dans mon petit lit,
Quand l'étoile Vénus étincelle, quand doucement tombe la nuit,
Je m'fais sucer la friandise, je m'fais caresser le gardon,
Je m'fais empeser la chemise, je m'fais picorer le bonbon,
Je m'fais frotter la péninsule, je m'fais béliner le joyau,
Je m'fais remplir le vestibule, je m'fais ramoner l'abricot,
Je m'fais farcir la mottelette, je m' fais couvrir le rigondonne,
Je m'fais gonfler la mouflette, je m'fais donner le picotin,
Je m'fais laminer l'écrevisse, je m'fais foyer le coeur fendu,

Je m'fais tailler la pelisse, je m'fais planter le mont velu,
Je m'fais briquer le casse-noisettes, je m'fais mamourer le bibelot,
Je m'fais sabrer la sucette, je m'fais reluire le berlingot,
Je m'fais gauler la mignardise, je m'fais rafraîchir le tison,
Je me fais grossir la cerise, je m'fais nourrir le hérisson,
Je me fais chevaucher la chosette, je m'fais chatouiller le bijou,
Je m'fais bricoler la cliquette, je me fais gâter le matou,

Mais vous me demanderez peut-être ce que je fais le jour durant,
Oh, cela tient en peu de lettres, le jour, je baise, tout simplement.

Cette séquence vidéo propose la version sonore non censurée de la chanson, calée - avec plus ou moins de bonheur - sur une apparition télévisée de 1964, au cours de laquelle Colette Renard interprétait naturellement une version édulcorée de sa chanson.

Pour les amateurs : je vous recommande vivement mes articles sur deux parodies masculines de cette chanson intitulées "Les nuits d'un damoiseau" et consacrées à la fellation et à la masturbation, envisagée cette fois du côté masculin :

 

"Des vers de mirliton".

J'aime beaucoup cette expression du registre désuet désignant de mauvais vers, faciles, peu recherchés, dépourvus d'ambition poétique, où la plupart des mots ne sont là que pour la rime, souvent approximative, ou pour obtenir le bon compte de syllabes.

Cette expression délicieusement désuète trouve son origine dans les rébus, devises ou poèmes de faible qualité, que l'on trouvait autrefois, imprimés sur des bandes de papier, enroulées autour de tubes de roseau creux servant d'instruments de musique bon marché appelés "Mirlitons".

Chacune des extrémités du tube comportait une ouverture latérale et était garnie avec une pelure d'oignon ou un morceau de peau de baudruche. On appliquait la bouche sur l'une des ouvertures, en chantant un air populaire. La vibration des pelures d'oignon donnant à la voix un son nasillard et ridicule, le "Mirliton" - surnommé "Flûte à l'oignon" - n'était employé que par plaisanterie et pour faire rire.

Source : wikipedia.org

Ne pas confondre : "Une goguette" et "Une guinguette" !

Ces deux mots paronymes du registre désuet sont souvent confondus :

  • La "Goguette" était une pratique festive consistant autrefois à se réunir en petits groupes afin de passer un bon moment et de chanter.

Ce mot survit de nos jours dans les expressions "Partir en goguette" (partir s'amuser) ou "Être en goguette" (être d'humeur enjouée).

  • Tandis que la "Guinguette" était un cabaret populaire de la fin du XXe siècle, faisant aussi office de restaurant et, souvent, de lieu de bal.