On ne dit pas : "L'Olympiakos i' z'ont fait une réaction" !

Le journaliste sportif français Giovanni Castaldi

Comme a pu le déclarer, le 19 avril 2021, le journaliste sportif français Giovanni Castaldi, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "L'Olympiakos A RÉAGI" !

Pour cette innommable bouillie verbale, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Un guérillero" et "Des guérilleros" ou "Une guérillera" et "Des guérilleras".

Une guérillera et des guérilleros

Ces différents substantifs masculins et féminins sont directement hérités des mots espagnols  "guerillero", "guerilleros", "guerillera" et "guerilleras".

Et ils désignent : un ou des combattants au sein d'une guérilla (de l'espagnol "guerilla").

Une colonne de guérilleros en marcheDes guérilleras

 

On ne dit pas : "La dérive radicaliste du policier" !

Logotype de la chaîne de télévision publique d'information en continu franceinfo

Comme a pu le déclarer, le 23 avril 2021, dans un commentaire, un journaliste de la chaîne de télévision française d'information en continu france info.

Mais : "La dérive radicaliSÉE du policier" !

Parce que le mot "radicaliste" n'a jamais existé en français et n'est qu'un épouvantable barbarisme, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Entre quatre yeux".

Cette expression en forme d'idiotisme numérique et d'idiotisme corporel appartient au registre familier.

Et elle signifie : en tête à tête, face à face, seul à seul.

On dit par exemple : "Je ne vais pas faire un scandale devant toute ma famille : je m'expliquerai avec mon frère plus tard, entre quatre yeux".

Elle devrait normalement se prononcer : an-tre-ka-tre-ieu .

Le substantif masculin "Yeux" ne se prononce en effet zieu que précédé des articles "Ces", Des", "Les", "Leurs", "Mes, "Nos, "Tes", "Vos", etc.

Mais pas devant des nombres tels que "Quatre", "Cent", "Cinq", "Sept", "Huit", etc.

De façon très exceptionnelle cependant, parce qu'il est pratiquement impossible de prononcer en-tre-ka-tre-ieu, l'Académie Française admet que l'on prononce en-tre-ka-tre-zieu, voire en-tr-kat-zieu.

Ce qui est normalement une prononciation fautive (ou "cuir").

"Coach", En live", "Booster", "Coaching"...

Logotype de la société états-unienne WW International Inc (anciennement Weight Watchers International, Inc)

Tels sont les différents mots anglais que nous inflige la société états-unienne WW International Inc (anciennement Weight Watchers International, Inc), dans sa publicité télévisée française de mai 2021 !

Fondée en 1963 par Jean Nidetch, celle-ci propose un programme alimentaire destiné à favoriser la perte de poids... même si elle a appartenu au fabricant de ketchup Heinz, de 1978 à 1999 (si, si !).

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "Ça aurait eu un impact sur notre championnat domestique" !

L'ancien joueur international de football franco-polonais, devenu consultant, Ludovic Obraniak

Comme a pu le déclarer, le 21 avril 2021, l , dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : Ça aurait eu DES CONSÉQUENCES sur notre championnat NATIONAL

Ou : "Ça aurait eu DES RÉPERCUSSIONS sur notre championnat NATIONAL" !

Le substantif masculin "Impact" et l'adjectif "Domestique", tels qu'employés ici ne sont pas français mais anglais !

Parce que je ne supporte plus d'entendre ce type de phrases, parce que ce monsieur est coutumier du fait et me semble incapable de s'exprimer correctement en français, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Le verrou suisse".

Cette locution nominale féminine relève du vocabulaire et du jargon du football.

Et il désigne un système tactique de défense renforcée précurseur du "Catenaccio", mis au point dans les années 1930 par l'entraîneur autrichien Karl Rappan (26 septembre 1905 - 2 janvier 1996).

L'entraîneur autrichien Karl Rappan

Ce système de "verrou", l'entraîneur viennois l'a d'abord testé avec l'équipe du Grasshopper de Zürich avant de l'appliquer avec succès à la sélection nationale suisse, la "Nati" (pour "Schweizer Fussballnationalmannschaft", "Équipe nationale de football Suisse").

Faire bloc grâce à une ligne inédite de quatre défenseurs : voilà la marque laissée par ce technicien novateur dans un football des années 1930 en pleine (r)évolution.

Karl Rappan est en effet le premier à utiliser quatre défenseurs : trois en ligne et un "verrouilleur" en retrait, faisant office de dernier rempart.

Ne disposant pas de talents individuels dotés d'une grande technique, Rappan décide de tout miser sur la force collective et sur un socle défensif rigoureux. Sa tactique : attendre que l'adversaire ait franchi la ligne médiane pour intervenir avec autorité.

Dans les faits, il impose à trois de ses défenseurs un strict marquage individuel, espérant que ce premier rideau défensif sortira vainqueur du duel. Le quatrième défenseur, lui, agit plutôt en électron libre. Ce "verrouilleur" est chargé de colmater les brèches en dernier ressort, lorsque ses partenaires ont failli. Et il est appelé "libéro" parce qu'il n'est pas affecté au marquage précis d'un joueur.

En plus d'employer quatre hommes à l'arrière, le système de Rappan innove en alliant une défense individuelle à une défense en zone.

Son coup de poker sera couronné de succès, puisque Rappan parviendra à qualifier la sélection suisse pour trois phases finales de Coupe du monde. Et celle de 1954, organisée en Suisse, verra même la Nati accéder aux quarts de finale après avoir battu l'Italie, double championne du monde, au 1er tour !

L'entraîneur autrichien Karl Rappan

En 2021, Rappan affiche toujours deux records : celui du plus grand nombre de matchs à la tête de la sélection (77) et celui du plus grand nombre de victoires (29).

Source : www.linternaute.fr (article de Jérémy Talbot)