"Sérieux comme un pape".

Cette locution adjectivale en forme d'idiotisme religieux signifie : très sérieux, concentré, affecté, austère, très digne.

On dit par exemple : "Enfant très précoce, j'avais stupéfait le président de l'association philatélique venu chez mes parents leur expliquer qu'il ne pouvait accepter d'enfants de seulement 8 ans, lorsqu'il m'avait découvert à mon bureau, sérieux comme un pape, avec mes gants blancs, ma loupe et mes catalogues Thiaude et Yvert & Tellier".

Sources : wiktionary.org et www.languefrancaise.net

On n'écrit pas : "Ce jour là", "Cette année là", "Cette fille là" ni "À ce prix là" et encore moins "Ce jour la", "Cette année la", "Cette fille la" ou "A ce prix la" !

Mais : "Ce jour-lÀ", "Cette année-lÀ", "Cette fille-Là" et "À ce prix-lÀ" !

Avec des traits d'union avant le "là".

Et avec un accent sur les "là" ainsi que sur le "à".

 

"Ça s'fait pas !".

Cette locution verbale fautive - puisqu'il faudrait, à tout le moins, déclarer "Ça NE sE fait pas" - relève du registre familier.

Remplaçant des formules telles que "C'est pas vrai !" ou "N'importe quoi !", elle constitue désormais souvent un véritable tic de langage chez nombre de nos adolescents.

"L'herbe".

Ce substantif féminin désigne :

  • dans le langage courant : une plante herbacée ; une graminée sauvage, poussant naturellement partout quand les conditions lui sont favorables, et dont la tige molle et verte meurt chaque année.

De l'herbe

  • et dans le registre familier : de la marijuana (ma-ri-rua-na).

De la marijuanaDe la marijuana

Sources : Le Robert et www.larousse.fr

"En faire six caisses".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme numérique relève du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : s'énerver de façon inconsidérée face à une situation jugée problématique, critique.

Autrement dit :  s'énerver exagérément pour peu de chose.

On dit par exemple : "Mon oncle en a fait six caisses parce que nos enfants ont cassé quelques branches de rosiers en jouant au football dans le jardin".

Source : www.linternaute.fr et wiktionary.org

"Merci bien" !

Cette locution interjective peut avoir deux significations radicalement différentes :

  • il s'agit tout d'abord, dans le langage courant, d'une formule de politesse exprimant de la gratitude envers l’interlocuteur.

On dit par exemple : "Merci bien, cher ami pour cette délicate attention !".

  • mais également, de façon ironique, dans le registre familier, d'une façon d'exprimer un refus absolu, un non catégorique à une proposition.

On dit par exemple : "Venir avec vous à la fête foraine ? Merci bien !".

Source : wiktionary.org

"Des portes papillon" ou "Des portes en ailes de mouette" ("gull-wing doors" en anglais).

Des "Portes papillon" ou "Portes en ailes de mouette"

Ces deux locutions nominales féminines en forme d'idiotisme animalier relèvent du langage courant.

Et elles désignent, dans le domaine automobile : un type d'ouverture de portière de véhicule au design bionique, inspiré de la forme des ailes de mouette  ou de papillon.

 

Des "Portes papillon" ou "Portes en ailes de mouette"

La Mercedes-Benz 300 SL "Papillon" de 1954, du designer allemand Friedrich Geiger, est l'une des voitures de série à porte papillon les plus anciennes et les plus célèbres. Et une "Bugatti Type 64 Concept" de 1939 (ultime création non achevée de Jean Bugatti au moment de sa disparition, inspirée de sa Bugatti Aérolithe de 1935) serait un des plus anciens modèles connus de voiture à porte papillon de l'histoire de l'automobile.

Les portières à ouverture en papillon s'ouvrent vers le haut à l'aide de vérins, en pivotant sur les charnières de la partie supérieure de la portière. Elles équipent quelques véhicules originaux et marginaux, dont des concept cars, voitures de compétition ou avions de tourisme.

Leur angle d'ouverture compris entre 70 et 90 degrés, libère une distance d'au moins 1,5 m entre le sol et la portière pour un accès suffisamment aisé dans l'habitacle, avec des inconvénients de risque de collision avec la tête en entrant ou sortant du véhicule, ou de difficulté de fermeture de porte une fois assis dans le véhicule.

La célèbre DMC-12 créée en 1981 par l'ingénieur états-unien John Z. DeLorean possédait de telles portes.

John Z. De Lorean sur le capot de sa célèbre DMC-12 aux portes papillonUne DMC-12 De Lorean aux portes papillon

 

Les "Portes papillon" ou "Portes en ailes de mouette" sont une variante des "Portes à ouverture en élytre" ou "Portes en ciseaux".

Des "Portes en ciseaux" ou "Portes à ouverture en élytre"Des "Portes à ouverture en élytre" ou "Portes en ciseaux"

Source : wikipedia.org

"Des cahouètes" ou "Des cahuètes"

Une coupelle de "cahuètes" ou "cahouètes" (cacahuètes grillées et salées)

Ce substantif féminin relève du registre familier.

Et il désigne, par aphérèse : "Des CAcahouètes" (ou "Des CAcahuètes").

Cette formule a été popularisée par l'émission de Canal Plus "Les Guignols de l'info", qui parodiait régulièrement dans de savoureuses saynètes l'émission dominicale "Dimanche soir", présentée, de 1994 à 1997, par la journaliste belge Christine Ockrent, sur la chaîne de télévision publique France 3, et opposant les journalistes français Serge July et Philippe Alexandre.

La journaliste belge Christine Ockrent
La journaliste belge Christine Ockrent
Le journaliste français Serge July (© AFP Philippe Huguen)
Le journaliste français Serge July (© AFP Philippe Huguen)
Le journaliste français Philippe Alexandre (© Sippa Press)
Le journaliste français Philippe Alexandre (© Sippa Press)

Alors même que ces deux derniers étaient notoirement connus comme ne buvant pratiquement jamais d'alcool, leurs marionnettes étaient régulièrement présentées comme fortement alcoolisées et réclamant à l'animatrice de l'alcool de poire et des "cahouètes".

 

 

 

 

 

Pourquoi dire : "Ne me spoilez pas, s'il vous plaît !" ?

Le journaliste français Éric Brunet (© David Merle)

Ainsi qu'a pu le déclarer, le 12 juillet 2023, le journaliste français Éric Brunet,dans l'émission "Brunet, Hammett et compagnie", qu'il présentait, sur la chaîne de télévision française LCI.

Et pas simplement, en français : "Ne DIVULGACHEZ pas mon propos, s'il vous plaît !" !

Ou : "Ne RÉVÉLEZ pas CE QUE JE M'APPRÊTE À DIRE, s'il vous plaît !" !

Photo © David Merle

On ne dit pas : ""J'ch'uis clean", "J'vais aller sur des blagues plus light pour enchaîner", "J'étais en mode Oh bravo, hein !" ni "Pendant l'acte j'étais en mode Mais j'ch'uis en train d'perdre de blagues là !" !

L'humoriste français Nordine Ganso

Ainsi que peut le déclarer l'humoriste français Nordine Ganso, dans sa saynète "Dépucelé à 24 ans", diffusée le 10 juillet 2023, sur la radio française Rire & chansons.

Mais, en français :

  • "JE Suis PROPRE",
  • "JE vais enchaîner AVEC des blagues plus LÉGÈRES",
  • "JE ME DISAIS Oh bravo, hein !",
  • et "Pendant l'acte jE ME DISAIS Mais jE Suis en train dE perdre des blagues là !" !