Pourquoi dire : "No-bra" ?

Deux jeunes femmes sans soutien-gorge ("no-bra")

Et pas : "Sans soutien-gorge" !

De peur que l'ensemble des français ne comprenne, très vraisemblablement.

Parti des États-Unis d'Amérique il y a maintenant plus années, le mouvement a gagné la France et amené de plus en plus de jeunes femmes françaises à moins, voire à ne plus du tout, porter de soutien-gorge ; à l'instar des grandes vedettes féminines, que la presse ne cesse de montrer sans soutien-gorge.

De célèbres vedettes féminines sans soutien-gorge ("no-bra") : Laetitia Casta, Jennifer Lopez et Rebecca Hall
De célèbres vedettes féminines sans soutien-gorge ("no-bra") : Laetitia Casta, Jennifer Lopez et Rebecca Hall

Leçon numéro 1 : Les mots-clés

Les mots-clés de jaimelesmots.com

J'aime les mots comporte une trentaine de mots-clés tels que "Alimentation", "Animaux", "Automobile", "Bande dessinée", "Cinéma", "Musique", "Religion", "Santé Médecine", "Sexe", "Sport", etc.

Les mots-clés regroupent tous les articles déjà publiés sur le sujet, auxquels vous pouvez directement avoir accès d'un simple clic.

Et la liste des mots-clés se situe :

* sur un ordinateur : dans la colonne de droite,

* et sur un téléphone portable multifonction ("smartphone") : tout en bas de la page d'accueil, après les articles.

Mots-clés existants :

"Cracra", "Cradingue", "Crado" et "Craspec".

Ces quatre adjectifs synonymes signifient : crasseux, couvert de crasse, très sale.

"Cracra" (gémination) et "Crado"appartiennent au registre familier.

Tandis que "Craspec" appartient au registre populaire.

Et "Cradingue" au registre argotique.

"Alix Poisson".

Lactrice française Alix Poisson

Cette actrice française est née le 28 avril 1979.

Elle est présente au théâtre depuis 2003, au cinéma depuis 2006 et à la télévision depuis 2009.

On l'a notamment remarqué en 2009, dans le téléfilm de Jean-Xavier de Lestrade "Parcours meurtrier d'une mère ordinaire : L'affaire Courjault".

Ainsi que dans son rôle de la mère de famille Isa Martinet, de 2013 à 2018, aux côtés de l'acteur français Arnaud Ducret, dans le feuilleton humoristique quotidien "Parents mode d'emploi", créé par Blanche Gardin, Béatrice Fournera et Eve-Sophie Santerre, sur France 2 puis France 3.

Le couple Isa Martinet (Alix Poisson) et Gaby Martinet (Arnaud Ducret), dans le feuilleton télévisé français de France 2 puis France 3 "Parents mode d'emploi"

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "Ils voulaient me garder à eux tout seuls" !

Le chanteur français Enrico Macias

Comme l'a déclaré le chanteur français Enrico Macias, dans le documentaire français "Si Paris m'était chanté", réalisé en 2019 par Marie-Pierre Fromentin, diffusé le 30 décembre 2019 sur la chaîne de télévision publique France 5 et rediffusé le 13 février 2021 sur l'éphémère chaîne de télévision publique Culture Box.

Mais : "Ils voulaient me garder POUR eux tout seuls" !

On ne dit pas : "Aussi pire", "Moins pire" ni "Plus pire" !

Mais, selon les cas :

  • "Aussi pire" : aussi grave, aussi mauvais, aussi pénible, aussi insupportable, aussi intolérable,
  • "Moins pire" : mieux, moins grave, moins pénible, moins sérieux, plus endurable, plus supportable, plus tolérable,
  • et "Plus pire" : pire, plus grave, plus pénible, plus endurable, plus insupportable, plus intolérable !

Les locutions adverbiales "Aussi pire", "Moins pire" ni "Plus pire" ne sont en effet que d'épouvantables barbarismes.

Source : www.btb.termiumplus.gc.ca

 

"Sciemment".

J'aime beaucoup ce joli adverbe du registre soutenu qui se prononce sia-man.

Et qui signifie : en pleine connaissance de cause, en sachant précisément ce que l'on fait ; consciemment, délibérément, volontairement.

On dit par exemple : "Le chauffard en fuite a sciemment percuté un piéton alcoolisé qui titubait sur la chaussée".

Sources : Le Robert, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

191e pays ou territoire de l'Empire J'aime les mots, ce 16 février 2021, avec un premier lecteur en... Eswatini !

Carte de situation de l'Eswatini (ex-Swaziland) en Afrique australe
Un petit pays méconnu d'Afrique centrale auquel j'avais consacré un article le 19 octobre 2019 : https://jaimelesmots.com/vous-netes-vraisemblablement.../
Une gigantesque contrée d'une superficie de 17 363 km2 (l'Île-de-France en comporte 12 011), dont la tentaculaire capitale - Mbabane - compte 95 000 habitants.
Carte de l'Eswatini (ex-Zwaziland)
Source : wikipedia.org

"Aline".

"Aline" / "Je ne t'aime plus" : disque 45 tours enregistré par Christophe en 1965

Ce prénom féminin évoque automatiquement la chanson "Aline", écrite, composée et interprétée par Christophe, sortie en juillet 1965.

Elle connaît un important succès, devient un slow de l'été, se classant en tête des ventes en France, en Espagne, en Belgique, en Israël, en Turquie et au Brésil, dépassant le million de disques vendus, dont plus de 400 000 en France.

La chanson ressort en 45 tours sur le label Motors pendant l'été 1979, sans avoir été réenregistrée ou remixée, et se classe de nouveau en tête des hit parades en France, dépassant alors le million d'exemplaires.

En tout, il s'est écoulé 3,5 millions d'exemplaires du disque dans le monde.

Histoire de la chanson

Selon Christophe, la chanson est née en 1964, lors d'un déjeuner chez sa grand-mère. Il l'a composée sur sa guitare en un quart d'heure.

Inspirée par le blues américain lors de sa création, la chanson a pris des sonorités plus pop, variété, avec les arrangements de Jacques Denjean pendant l'enregistrement.

Le prénom "Aline" comme titre n'est pas venu immédiatement pendant la phase d'écriture. Christophe raconte qu'il fréquentait en 1964 une personne appelée ainsi et que ce prénom sonnait bien.

Dans une interview donnée au magazine "Lui", en 2016, Christophe précise qu'il s'agissait d'"Aline Natanovitch", assistante dentaire boulevard du Montparnasse la journée et chargée des vestiaires de l'Orphéon club la nuit.

Accusation de plagiat

Le chanteur Jacky Moulière a accusé Christophe d'avoir plagié son titre "La romance" sorti en 1963. Si les tribunaux lui donnent tout d'abord raison, Jacky Moulière perd en appel en 1977.

Paroles

Source : wikipedia.org

"C'est Belfast !" ou "Être Belfast", "C'est Beyrouth !" ou "Être Beyrouth", "C'est Sarajevo !" ou "Être Sarajevo" et "C'est Bagdad !" ou "Être Bagdad".

"C'est Bagdad !"

À chaque génération sa ville martyre : Belfast, Beyrouth, Sarajevo, Bagdad... l'horreur se déplace géographiquement au fil des années, faisant ainsi évoluer nos expressions.

Ces locutions interjectives parfaitement synonymes relèvent toutes du registre familier.

Et elles ont eu malheureusement eu tendance à se succéder au cours des 40 dernières années pour signifier, au sens figuré :

  • à tout le moins : c'est la pagaille totale !, c'est le bazar !, c'est le cirque !

On dit par exemple : "Après deux jours de fête, tu verrais mon appart' : c'est Belfast !".

Ou : "Tu aurais vu l'état de la place après le carnaval : c'était Beyrouth !".

  • voire : c'est l'horreur !, c'est un cauchemar !

On dit par exemple : "J'ai vu un reportage sur les attentats parisiens du 13 novembre 2015 : c'était vraiment Sarajevo !".

Ou : "Le train de passagers a déraillé en gare : c'était Bagdad !".

Elles font naturellement référence aux capitales de l'irlande du Nord (Belfast), du Liban (Beyrouth), de la Bosnie-Herzégovine (Sarajevo) et de l'Irak (Bagdag), quatre villes ravagées par des années de troubles et de guerres civiles :

  • De 1968 à 1998 pour Belfast,
1969 : Belfast ravagée
1969 : Belfast ravagée
  • de 1975 à 1990 pour Beyrouth,
"C'est Berouth !"
Beyrouth ravagée
  • du 6 avril 1992 au 29 février 1996 pour Sarajevo, dont le siège de 1 425 jours par les forces serbes a fait plus de 11 000 morts et pulvérisé le record du durée du siège de Léningrad redevenue Saint-Pétersbourg depuis le 6 septembre 1991 (872 jours, du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944).
Sarajevo ravagée durant la guerre civile
Sarajevo ravagée
  • et depuis 2003 pour Bagdad.
"C'est Bagdad !"
Bagdad ravagée

Source : wikipedia.org