"Échauffer la bile".

J'aime beaucoup cette locution verbale en forme d'idiotisme corporel.

Relevant du registre familier ainsi que du registre désuet, elle signifie, au sens figuré : mettre en colère, exaspérer.

On dit par exemple : "Tu commences à m'échauffer la bile avec tes excuses invraisemblables !".

On croyait en effet autrefois que la colère (du grec "khole" signifiant "bile") était le produit de l’échauffement de la bile.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "S'énerver" en français.

 

"Les quatre fers en l'air".

Cette amusante locution verbale en forme d'idiotisme animal et d'idiotisme numérique relève du registre familier.

Le capitaine Archibald Haddock chutant, les 4 fers en l'air, dans un escalier (©Hergé/Moulinsart)
©Hergé/Moulinsart

Faisant référence aux quatre fers d’un cheval, elle signifie, au sens figuré : les jambes en l'air, les pieds chaussés ou non, par terre, à la renverse, sur le dos, étendu à terre, ; en général après avoir fait une chute brutale.

Une joueuse de tennis "Les 4 fers en l'air"

À l'image d'un cheval, qui parfois, après une chute soudaine et brutale, s'étale de tout son long sur le sol, les pattes en l'air, avec ses sabots ferrés. Donc, au sens propre : les quatre fers en l'air.

Un cheval couché dans l'herbe, les quatre fers en l'air (© paradoxe.enc-blomet.com)

On dit par exemple : "Mon mari a glissé sur une peau de banane : il s'est retrouvé les quatre fers en l'air !".

www.expressions-francaises.fr, lebilletdelamarmotte.over-blog.com, www.languefrancaise.net et wiktionary.org

"Une OQTF".

L'OQTF (Obligation de Quitter le territoire Français)

Ce sigle désigne : une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Il s'agit d'une mesure administrative d'éloignement des étrangers créée en 2006 par la loi n° 2006-911 du 24 juillet 2006 relative à l'immigration et à l'intégration. Et prévue en droit français par le Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.

La couverture du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile

La décision d'éloignement ou d'obligation de quitter le territoire français est prise par le préfet, notamment en cas de refus de délivrance de titre de séjour ou de séjour irrégulier.

Un arrêté préfectoral comportant une OQTF (Obligation de Quitter le territoire Français)
Un arrêté préfectoral comportant une OQTF (Obligation de Quitter le territoire Français)

La personne concernée est obligée de quitter la France par ses propres moyens dans un délai de 30 jours. Dans des situations limitées, cela peut être sans délai. Mais différents recours sont possible.

Sources : wikipedia.org et www.service-public.fr

"Eh bien".

Le journaliste sportif français Julien Aliane

Cette locution interjective est parfois utilisée à l'excès au point de devenir un véritable tic de langage.

Je l'ai par exemple constaté, le 5 octobre 2022, avec le journaliste sportif français Julien Aliane, dans l’émission de Grégory Ascher "L’Équipe de Greg", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

J'ai déjà consacré un article à la signification de cette locution.

On ne dit pas : "Faire un anniversaire" ni "Faire l'anniversaire" de quelque chose ou de quelqu'un !

Célèbrer un anniversaire en famille

Mais : "CÉLÉBRER un anniversaire" ou "FÊTER un anniversaire" !

Et : "CÉLÉBRER l'anniversaire" ou "FÊTER l'anniversaire" de quelque chose ou de quelqu'un !

"Ne pas être folichon" ou "N'avoir rien de folichon".

J'aime beaucoup l'adjectif "Folichon" (ou "Folichonne").

Relevant du registre familier, il signifie : amusant, gai, drôle, plaisant.

Les locutions verbales "Ne pas être folichon" ou "Ne rien avoir de folichon" signifient ainsi : ne pas être drôle ou ne pas être attrayant.

On dit par exemple : "Ce film n'est pas folichon".

Ou : "L'émission d'hier soir n'avait rien de folichonne".

Sources :  Le Robert et www.larousse.fr

 

Sources : Le Robert et www.larousse.fr

"Un malappris".

J'aime bien ce substantif masculin.

Relevant du langage courant, il désigne : une personne mal éduquée, malpolie, grossière ; un malotru, un, goujat.

On dit par exemple : "Ce malappris n'est même pas venu me présenter ses excuses".

Sur un sujet contigu, je me permet de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Un jeune voyou".

Sources : Le Robert et www.larousse.fr

"D’excellent augure", "De bon augure", "De très bon augure" ni "De mauvais augure" !

Ces différentes locutions adverbiales relèvent du registre soutenu.

Et elles signifient respectivement :

  • "De bon augure" : bon signe, favorable, plein de promesses, présageant un bon avenir,

On dit par exemple : "Ce succès est de bon augure pour le cinéma français".

  • "D’excellent augure" et "De très bon augure" : très bon signe, très favorable, très prometteur, présageant d'un bon avenir,

On dit par exemple : "Ces nouvelles sont d'excellent augure pour le commerce extérieur français".

Ou : "Cette arrivée est de très bon augure pour l'Ohème".

  • "De mauvais augure" : mauvais signe, défavorable, présageant d'un avenir inquiétant,

On dit par exemple : "Ce printemps est de mauvais augure pour les prochains Jeux Olympiques".

  • et "De mauvais augure" : très mauvais signe, très défavorable, présageant d'un avenir très inquiétant,

On dit par exemple : "Cette nomination est de très mauvais augure pour les syndicats".

Sources : langue-francaise.tv5monde.com, wiktionary.org et dictionnaire.reverso.net

"Ne rien présager de bon".

Cette locution verbale relève du registre soutenu.

Et elle signifie : ne dire rien qui vaille, n'annoncer rien de bon, augurer des suites fâcheuses ; être de mauvais augure ; estimer que le pire est à craindre.

On dit par exemple : "Cette nouvelle ne présage rien de bon : il va falloir être prudent".

Sources : www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe" ou "C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures".

Ces deux formules proverbiales en forme d'idiotismes alimentaires relèvent du registre populaire.

Elles font référence au pot de fonte ou "chaudron", dans lequel on cuisait la soupe autrefois, qui reposait sur un trépied dans la cheminée ou était suspendu à une crémaillère ou à une chaîne. On ne lavait jamais ce chaudron, qui, de ce fait, se culottait. Comme on faisait systématiquement cuire la soupe sur le reste de la soupe précédente, plus le culottage était important, plus la soupe prenait de saveur. C’était donc, au sens propre "dans les vieux pots qu’on faisait la meilleure soupe", ou "les meilleures confitures".

Un feu de cheminée et un chaudron suspendu à l'écart

Et elles signifient, au sens figuré, selon le contexte :

  • les vieilles méthodes qui ont fait leurs preuves sont parfois plus efficaces que les nouvelles, encore non rodées,

On dit par exemple : "Les éditeurs de bande dessinée s'arrangent désormais pour que les principaux héros survivent à leurs créateurs : c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe !".

  • ou, en matière de sexualité : les femmes d’âge mûr sont sexuellement plus intéressantes que les jeunes, parce plus expérimentées.

On dit par exemple : "Ma nouvelle compagne a dix ans de plus que mon ex-épouse. Mais c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures !".

Source : wiktionary.org

"Avoir du nez" ou "Avoir du pif".

Ces deux locutions verbales en forme d'idiotismes corporels signifient, au sens figuré : bien deviner ; prévoir correctement ; avoir de la sagacité, de l'instinct.

"Avoir du nez" relève du langage courant. Et "Avoir du pif" appartient au registre argotique.

On dit par exemple : "Mon frère a du nez pour les bonnes affaires".

Ou : "On ne connaissait pas l'adresse exacte, mais ma frangine a du pif".

Sources : www.lalanguefrancaise.net et wiktionary.org