On ne dit pas : "L'action qu'i' fait" !

Comme l'a déclaré, le 27 avril 2021, l'ancien joueur de football international français Johan Micoud, dans l'émission vespérale "L'Équipe du Soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "L'action qu'iL ACCOMPLIT" !

4 façons de dire "Des lunettes".

Des lunettes de vue

On dit en argot "Des binocles" (féminin) ou "Des carreaux".

Et "Des culs-de-bouteilles" lorsqu'il s'agit de lunettes verres très épais.

Des lunettes "culs-de-bouteilles"

Enfin, le substantif féminin "Des besicles" (beu-zi-cle) (ou "Des bésicles" (bé-zi-cle) désignait autrefois (registre désuet) des lunettes sans branches se fixant sur le nez, mais s'emploie de nos jours, par plaisanterie, pour désigner des lunettes (registre soutenu).

Des besicles (ou bésicles)

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"Je connais le chemin".

Cette locution verbale relève du langage courant et constitue une ellipse de "Je connais le chemin jusqu'à la porte".

Concrètement, elle s'utilise couramment pour signifier, à la fin d'un entretien, d'un repas ou d'une soirée chez quelqu'un : inutile de me raccompagner, je saurai me débrouiller.

Et cela, sans que le trajet à parcourir pour sortir du bureau, de l'appartement ou de la maison ne soit forcément si long que cela.

On ne dit pas : "Rugueusité" !

Mais : "RugOsité" !

Et cela même si ce substantif féminin du langage courant désigne bien :

  • le caractère ou l'état rugueux d'une surface,
  • ou : une petite aspérité, un point dur et rêche au toucher sur une surface.

Le mot "Rugueusité" est un barbarisme.

Sources : Le Robert et www.larousse.fr

 

"Un garnement".

Un "garnement"

J'aime beaucoup ce substantif masculin qui relève du langage courant et désigne :

  • autrefois (registre désuet) : un vaurien, un mauvais sujet.

On disait par exemple : "Ce garnement finira en maison de correction".

  • et de nos jours : un jeune garçon turbulent, insupportable ; un galopin.

On dit par exemple : "Ce garnement a brisé ma vitrine".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire en français "Un jeune voyou" ou "Un petit voyou".

On n'écrit pas : "Le chat de Kurt Zouma maltraîté" !

L'émission éBrunet et compagnie", diffusée sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI

Comme j'ai pu le lire, le 8 février 2022, sur un bandeau, au cours de l'émission "Brunet et Compagnie", diffusée sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Le chat de Kurt Zouma maltraIté" !

Sans accent circonflexe sur le "i".

Cette phrase faisait référence à la controverse née de la diffusion, le 7 février 2022, par le journal britannique The Sun de vidéos datant de la veille, dans lesquelles Kurt Zouma jette violemment, pourchasse puis frappe à plusieurs reprises son chat, tandis que son frère cadet Yoan filme la scène, hilare, et poste les contenus sur le réseau social Snapchat. Dans l'une des vidéos, le jeune fils du joueur tient le chat dans ses mains avant que son père ne frappe dans l'animal. Une source avance au journal que la raison de la colère du Français est que son chat a "accidentellement brisé une sorte de vase et arraché un luminaire du placard de la cuisine".

Le joueur de football international français Kurt Zouma

Ces évènements provoquent alors un tollé médiatique et Zouma déclare : "Je veux présenter mes excuses pour mes actes. Il n'y a pas d'excuses pour mon comportement, que je regrette sincèrement".

West Ham, club dans lequel il évolue, condamne les gestes de son joueur.

Son image est d'autant plus écornée que Zouma est l'un des ambassadeurs du fonds de dotation français Seed Charity qui épaule financièrement des associations caritatives, dont l'une d'entre elles vient en aide à des félins abusés.

Le 8 février 2022, les fondations 30 millions d'amis et FBB ainsi que l'association PETA (avec le soutien de la RSPCA) portent plainte contre le défenseur et demandent notamment sa radiation de l'équipe de France.

Le 9 février 2022, le journal The Times rapporte que son club lui inflige une amende d'un montant maximum (soit 296 594 €), et que l'argent est reversé à des associations de protection des animaux.

Dans la continuité de cette annonce, Vitality, une société spécialisée dans l'assurance médicale privée, a suspendu son contrat avec le club de West Ham avec effet immédiat, puis la RSPCA annonce sur Twitter la saisie des chats du défenseur londonien.

Enfin, l'équipementier Adidas décide de mettre fin à son contrat avec le joueur

Pourquoi dire : "La dernière news c'est" ?

Le journaliste sportif français Olivier Bossard

Comme a pu le déclarer, le 12 novembre 2021, le journaliste sportif Olivier Bossard, dans l'émission "L'Équipe de Greg", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Et pas smplement, en français : "La dernière NOUVELLE c'est" !

"Optatif" ou "Optative" et "Un optatif".

Ces deux termes relève du jargon linguistique.

  • "Optatif" ou "Optative" est un adjectif  signifiant : qui exprime le souhait.

On parle par exemple de forme verbale optative.

  • et "Un optatif" est un substantif masculin désignant une forme verbale optative.

Exemple : "Qu'il entre !" est un optatif.

Source : Le Robert

"N'en déplaise" ou "Ne vous en déplaise".

J'aime beaucoup cette locution verbale invariable qui relevait autrefois du registre familier mais aujourd'hui du registre soutenu.

Presque synonyme de "En dépit de" ou de "Malgré", "N'en déplaise" se dit comme une sorte d'excuse.

Et elle signifie : je souhaite que cela ne leur déplaise pas, ne les fâche pas ; que cela plaise ou non ; même si cela déplaît.

Selon Littré, cette formule correspondrait à l'ellipse du tour impersonnel "qu'il ne vous en déplaise", que l'on trouve dans "Le Tartuffe" de Molière (1699) : "Ma bru, qu'il ne vous en déplaise, Votre conduite, en tout, est tout à fait mauvaise".

On dit par exemple : "N'en déplaise à certains, je continue à parler de Droits de l'Homme et non de Droits humains".

Sources : dictionnaire.orthodidacte.com et parler-francais.eklablog.com

"De tout repos" et "Pas de tout repos".

Ces deux locutions adjectivales relèvent du langage courant.

Et elles signifient respectivement :

  • "De tout repos"  : facile, sans danger, où l'on ne se fatigue pas ; paisible, tranquille, reposant.

On dit par exemple : "Tout le monde n'a pas la chance d'avoir un boulot de tout repos".

Un boulot de tout repos

  • et "Pas de tout repos" : difficile, périlleux, demandant des efforts ; fatigant, pas si facile qu'il le paraît ; animé, bruyant ; agité, où l'on travaille beaucoup.

On dit par exemple : "Travailler sur les marchés n'est pas de tout repos !".

Travailler sur les marchés n'est pas un boulot de tout reposTravailler sur les marchés n'est pas un boulot de tout repos

Sources : wiktionary.org et www.languefrancaise.net