"Partir en sucette".

Un éventail de sucettes aux fruits Barnier

Cette locution verbale en forme d'idiotisme alimentaire relève du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : prendre une mauvaise tournure, dégénérer, ne pas se dérouler comme on l'espérait, perdre le contrôle des événements.

On dit par exemple : "Au début tout allait bien, mais quand mon associé est parti, la société est parti en sucette".

Sources : www.linternaute.fr et wiktionary.org

On ne dit pas : "I'z'ont utilisé le même narratif" ni "Ils obZervent" !

La journaliste française Margot Haddad

Ainsi qu’a pu le déclarer, le 25 octobre 2022, la journaliste française Margot Haddad, dans l’émission " Les matins LCI", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI

Mais : "ILS ont utilisé le même narratif" et "Ils obServent" (ob-ser-ve) !

"Prendre une bâche".

Cette locution verbale relève du registre argotique et possède différentes significations.

Elle signifie ainsi, au sens figuré et selon le contexte :

  • rencontrer une situation difficile,

On dit par exemple : "On s'est pris une bâche avec ce projet : rien n'a fonctionné comme on l'espérait".

  • dans le domaine scolaire : avoir une mauvaise note,

On dit par exemple : "J'me suis encore pris une bâche en philo".

  • recevoir une remarque humiliante (on dit également "Se faire bâcher"),

On dit par exemple : "Évite de trop faire l'idiot en cours si tu ne veux pas te faire bâcher par le nouveau prof de maths : c'est un furieux !".

  • et dans le jargon du baskett-ball (registre f: voir son tir ("shoot") contré.

Source : wiktionary.org

"Un sophisme".

On ignore souvent ce que signifie ce substantisme masculin relevant du registre soutenu.

Il s'agit : d'un argument ou d'un raisonnement faux malgré une apparence de logique ou de vérité ; d'une argumentation à la logique fallacieuse.

L'étymologie du mot est extrêmement intéressante, puisqu'il nous vient du latin "sophisma", lui-même issu du grec "sophisma" signifiant "habileté", "invention ingénieuse", "raisonnement trompeur".

Ce mot grec est formé sur "sophia" : "sagesse", "savoir", et désigne dès l'Antiquité grecque le type de discours prononcés par les sophistes (littéralement " ceux qui sont spécialistes du savoir"), orateurs prestigieux et professeurs d'éloquence (ou plus globalement de rhétorique), dont le but était surtout de persuader l'auditoire (dans les assemblées ou les tribunaux), bien souvent au mépris de la vérité elle-même.

On dit par exemple :"Le président Poutine et ses acolytes accumulent les sophismes".

Sources : Le Robert, www.larousse.fr, wikipedia.org et www.linternaute.fr

"Épleuré(e)" ou "Éploré(e)" ?

Ces deux adjectifs signifient : tout(e) en pleurs.

  • "Épleuré(e)" relève du registre familier.

On dit par exemple : "La mère de ma copine était épleurée".

  • tandis que "Éploré(e)" relève du registre soutenu.

On dit par exemple : "Le souverain éploré ne parvenait pas à contenir sa douleur".

Un homme éploré : le docteur Patrick Pelloux, miraculé de la tuerie de Charlie Hebdo, le 8 janvier 2015
Un homme éploré : le docteur Patrick Pelloux, miraculé de la tuerie de Charlie Hebdo, le 8 janvier 2015

Source : www.dictionnaire-academie.fr

Pourquoi dire : "Les midterms" ?

Un macaron en faveur des élections de mi-mandat 2022, aux États-Unis d'Amérique

Et pas simplement, en français, les élections de mi-mandat, puisque ce substantif anglais désigne par contraction : les "MIDTERM electionS".

Il s'agit concrètement des élections des deux chambres du Congrès des États-Unis d'Amérique, qui se tiennent au milieu du mandat quadriennal du président états-unien - d'où leur nom - et qui rythment la politique intérieure états-unienne.

L'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants est renouvelé, ainsi qu’un tiers des 100 sièges du Sénat. La Chambre des représentants est entièrement renouvelée tous les deux ans, donc en même temps que l'élection présidentielle et lors des midterms. Et le Sénat est, lui, renouvelé d'un tiers tous les deux ans, donc lors de l'élection présidentielle et lors des midterms.

Le même jour, de nombreux États fédérés, comtés et villes américaines organisent les élections de leurs propres représentants, sur le modèle fédéral, ou des référendums. Ainsi, presque les deux tiers des gouverneurs, investis du pouvoir exécutif de leur État, sont élus ce jour-là.

Les élections de mi-mandat interviennent, comme toutes les élections fédérales, le mardi suivant le premier lundi de novembre ("Election Day"). Ainsi, les dernières élections de mi-mandat ont eu lieu le 6 novembre 2018 et les prochaines auront lieu le 8 novembre 2022.

Depuis 1860 et la mise en place du duopole partisan entre démocrates et républicains, 37 des 41 élections de mi-mandat se sont soldées par un recul du parti du président à la Chambre des représentants, le seul organe du pouvoir à être intégralement renouvelé lors de ces scrutins, à la fois parce que les partisans du président sont moins mobilisés que lors de l'élection présidentielle et parce que ce sont surtout les électeurs mécontents qui se rendent aux urnes lors d’un scrutin traditionnellement peu mobilisateur.

Les élections de mi-mandat sont très importantes pour le président. En effet, de mauvaises élections de mi-mandat peuvent l'empêcher d'agir et d'appliquer le programme pour lequel il a été élu deux ans plus tôt. Depuis l'installation d'un bipartisme démocrate-républicain dans les années 1910, le parti représenté à la Maison-Blanche a presque toujours perdu des élus au Congrès à mi-mandat.

Les principales exceptions récentes concernent 1998 et 2002 :

  • dans le premier cas, la procédure d'impeachment contre le président Clinton pour une affaire de moeurs, échouée, s'était retournée contre les républicains, qui gardèrent le contrôle des deux chambres, mais avec cinq représentants de moins,
  • et dans le deuxième cas, les attentats du 11 septembre 2001 ont exalté le soutien patriote envers le président républicain George W. Bush.

Autres élections

Le même jour, les États fédérés organisent généralement les élections de leurs propres représentants, sur le modèle fédéral, et c'est souvent le moment choisi pour les élections des gouverneurs, investis du pouvoir exécutif de leur État. De nombreux États américains, comtés ou villes tiennent également ce jour des élections pour différentes fonctions locales ou des référendums.

36 des 50 États américains élisent leur gouverneur lors de ces élections, 34 pour un mandat de 4 ans, et 2 petits États de la côte Est, le Vermont et le New Hampshire, pour deux ans (ils tiennent donc également une élection du gouverneur lors de l'élection présidentielle).

Pour les élections de 2018, environ 150 référendums se sont également tenus, un chiffre à peu près similaire à ceux des élections précédentes.

Les élections de mi-mandat qui tombent en fin de décennie (année finissant par un 0) ont un intérêt tout particulier. Constitutionnellement, les législatures qui y sont élues doivent en effet redessiner les cartes électorales puisque le recensement décennal se termine. Ce qui permet aux vainqueurs d'y pratiquer le "gerrymandering", découpage électoral en faveur d'un parti ou d'une notabilité ("charcutage"), ou en défaveur de l'autre camp. Ainsi, lors des élections de 2010, de nombreuses circonscriptions tenues par le Parti démocrate, parti du président alors en fonction Barack Obama, tombent aux mains des républicains qui ont pu changer la carte des circonscriptions pour la décennie suivante.

Source : wikipedia.org

Un très mauvais mois d’octobre 2022 pour J’aime les mots.

Courbe avec des chiffres en baisse

* avec seulement 162 900 visiteurs différents (contre 176 176 en septembre, mais avec un jour de plus),

* dont 152 542 via Google et les moteurs de recherche (contre 165 361 en septembre, mais avec un jour de plus).

Pour ceux que cela intéresse, les chiffres détaillés ont été mis à jour, comme d’habitude, sur la page "Statistiques du blogue".

"Tenir la dragée haute".

Des dragées blanches

Cette locution verbale en forme d'idiotisme alimentaire, relève du registre familier.

Elle ferait référence à un vieux jeu pour enfants qui supposait d’accrocher des dragées suspendue au bout d’une ligne de canne à pêche, qu’un adulte tenait en hauteur.

Et elle signifie, au sens figuré, selon le contexte :

  • offrir une belle résistance, faire sentir tout son pouvoir à quelqu'un,

On dit par exemple : "Ce club amateur a tenu la dragée haute à l'Ohème !".

  • ou : faire attendre longtemps ce que quelqu'un désire ou ce qu'on lui a promis ; et le lui faire payer cher.

On dit par exemple : "Comme j'étais déjà en poste, j'ai pu tenir la dragée haute à mon nouvel employeur et obtenir tout ce que je souhaitais".

Sources : wikipedia.org, www.larousse.fr et www.expressio.fr

"Alexis Lévrier".

L'historien français Alexis Lévrier © enjy

Cet historien français, né le 31 décembre 1975, est un universitaire français, spécialiste de l’histoire du journalisme.
Biographie

Tous ses travaux sont consacrés à l’histoire du journalisme français et européen. D’abord spécialiste de la presse d’Ancien Régime, il élargit ensuite ses recherches pour traiter de l’histoire récente et de l’actualité du journalisme. Il étudie en particulier l’histoire littéraire, culturelle et matérielle de la presse.

Ses travaux portent notamment sur l’imaginaire du journal et sur l’identité collective des journalistes.

Il s’interroge sur les liens que partage la presse écrite avec d’autres modes d’expression, tels que la bande dessinée.

Et il s’intéresse aux relations entre journalisme et politique, sujet auquel il a déjà consacré deux essais.

Source : wikipedia.org

"Un écrivaillon".

J'aime bien ce substantif masculin qui relève du registre familier.

Et qui désigne, de manière péjorative : un écrivain médiocre, insignifiant.

On dit par exemple : "Jamais vous ne me ferez lire une ligne de cet écrivaillon !".

Source : Le Robert