On n'écrit pas : "Ce variant pourrait augmenté de 18 à 24% la transmissibilité" !

L'émission "La matinale", avec Clélie Mathias et Romain Desarbres, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews (© CNews)

Ainsi que j'ai malheureusement pu le lire, le 30 avril 2021, sur un encart de l'émission "La matinale", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais bien évidemment : "Ce variant pourrait augmentER de 18 à 24% la transmissibilité" !

Pour ce type de faute, hélas bien trop fréquent sur cette chaîne, je décerne à CNews mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Logotype de la chaîne de télévision française d'information en continu CNews (© CNews)

 

"Des péniches".

Ce substantif féminin désigne :

  • dans le langage courant :
    • autrefois : de petites embarcations pontées et armées, à aviron et à voile, servant d'auxiliaire à un navire de guerre ou utilisée comme garde-côtes.
    • de longs bateaux de transport fluvial, à fond plat, également appelés "Barges" (substantif féminin) ou "Chalands" (substantif masculin).

J'en ai personnellement souvent et beaucoup vu, ayant vécu, entre ma 8e et ma 25e année (soit de 1969 à 1986), à Conflans-Sainte-Honorine (78), la capitale française de la batellerie, qui accueille chaque troisième week-end de juin, depuis 1960, le "Pardon national de la batellerie", également appelé "Grand pardon de la batellerie".

    • des bateaux militaires à fond plat, remorqués ou à moteur, également appelés "Barges" (substantif féminin) ou "Chalands" (substantif masculin), utilisés pour débarquer des troupes et du matériel sur les plages.

Une péniche de débarquement

Des soldats jaillissant d'une péniche de débarquement, sur une plage

Une péniche de débarquement, sur une plage

  • et dans le registre argotique : des chaussures trop grandes.

Des "péniches", c'est à dire : des chaussures beaucoup trop grandes (registre argotique)

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Des chaussures".

Source : www.cnrtl.fr

On ne dit pas : "Au contraire de cui-là de Cavani" !

L'entraîneur de football français Régis Brouard

Comme a pu le déclarer, le 29 avril 2021, l'entraîneur de football français Régis Brouard, dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "CONTRAIREMENT À cELui de Cavani" !

"Ken", "Elle ken", "Elles ken", "Il ken", "Ils ken", "Je ken", "On ken" ou "Tu ken".

  • "Ken" est un verbe appartenant au registre argotique.

Il s'agit du verlan du verbe "Niquer" signifiant :  posséder charnellement (registre soutenu), baiser (registre argotique).

"Niquer" (ni-ké) devenu ké-ni s'est transformé en kèn = "Ken".

  • "Elle ken", "Elles ken, "Il ken", "Ils ken", "Je ken", "On ken" et "Tu ken" signifient donc simplement : "Elle baise", "Elles baisent", "Il baise", "Ils baisent", "Je baise", "On baise" et "Tu baises".

On dit par exemple : "On n'a même pas ken hier soir".

Ou : "Lui ça m'étonnerait qu'il ken pas ce soir".

"Original Smoky Chicken VS Super Smoky Chicken" et "Chez Subway il y a deux teams : ceux qui ont faim choisissent le Smoky Chicken original et ceux qui ont très très faim préfèrent le Super Smoky Chicken. Téléchargez la SubApp" !

Voilà ce que l'on peut lire et entendre dans la publicité télévisée française pour Subway diffusée sur nos écrans en avril 2021 !

Cette chaîne de restauration rapide états-unienne sous franchise, vendant principalement des sandwichs et des salades a été fondée en 1965.

Et elle est aujourd'hui la première au monde, devant McDonald's, avec plus de 45 000 établissement ouverts dans plus de 100 pays.

De quoi, manifestement se croire en terrain conquis et considérer que le consommateur français se doit de comprendre et parler l'anglais !

Parce que cet impérialisme linguistique me rend malade, je décerne à cette enseigne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Le catenaccio".

Ce substantif masculin italien signifiant "verrou" se prononce ca-té-na-tch-io.

Et il désigne, dans le domaine du football, un système de jeu inspiré du "verrou suisse", reposant sur la solidité défensive de l'équipe.

Un catenaccio classique aligne en effet, en plus du gardien de but, cinq défenseurs, deux milieux de terrain défensifs, et seulement deux milieux de terrains offensifs sur les ailes et un attaquant.

Souvent stigmatisé comme un manque total d'ambition, ce système de jeu efficace est souvent adopté depuis les années 1990 par les équipes menant d'un faible écart de buts lors de compétitions à fort enjeu, pour préserver à tout prix leur avance, ou par les équipes se sachant nettement inférieures techniquement ou physiquement à leur adversaire.

C'est d'abord l'entraîneur autrichien du Servette de Genève Karl Rappan, qui modifie le système de jeu 3-2-2-3 dit "WM", de l'entraîneur anglais 'Herbert Chapman, en ajoutant un défenseur, qu'il appelle "Libéro" puisqu'il n'est pas affecté au marquage précis d'un joueur.

La tactique révolutionnaire du "WM" ou "3-2-2-3, mise au point dans la deuxième moitié des années 1920, par l'entraîneur de football anglais Herbert Chapman et composée de trois défenseurs, deux demis, deux inters et trois attaquants (© wikipedia.org)
La tactique révolutionnaire du "WM" ou "3-2-2-3, mise au point dans la deuxième moitié des années 1920, par l'entraîneur de football anglais Herbert Chapman et composée de trois défenseurs, deux demis, deux inters et trois attaquants (© wikipedia.org)

Il est ensuite utilisé en Italie, notamment par Nereo Rocco à l'US Triestina, qui obtient, grâce à ce système, une belle seconde place en 1948. Il est par la suite réintroduit par Alfredo Foni, qui remporte deux scudetti avec ce système. Et est ensuite popularisé par l'entraîneur argentin naturalisé français Helenio Herrera, qui l'adapte et l'applique avec succès au jeu de l'Inter Milan. L'Inter d'Herrera (la "Grande Inter") gagne trois titres de champion d'Italie, deux titres de champion d'Europe, et deux Coupes intercontinentales en 1964 et 1965.

Pendant des années, le catenaccio est surtout utilisé par l'équipe nationale italienne, à la suite d'un accident d'avion. Le tragique accident survenu le 4 mai 1949 a en effet décimé l'équipe du Torino FC, qui composait alors l'ossature de l'équipe nationale : on compte 18 joueurs mots, dont 8 internationaux. Pour pallier ces absences et afin de conserver son rang sur la scène internationale (à cette date l'Italie avait gagné deux des trois premières Coupes du monde, en 1934 et 1938), la sélection décide de mettre en place le catenaccio, ce schéma tactique ultra-défensif. L'Italie a abandonné officiellement ce système de jeu, en se tournant depuis vers une formation plus offensive. Mais elle a plusieurs fois réutilisé le catenaccio lors de compétitions internationales.

Ce système de jeu est toujours utilisé dans les années 2000, par des sélections nationales telles que la Grèce, à l'Euro 2004.

Ou - mais oui ! - la France, qui a gagné la Coupe du monde 1998 et est arrivée en finale de la Coupe du monde 2006 en se basant sur un système relativement proche de celui-ci.

Source : wikipedia.

"E=M6 Family".

L'animateur Mac Lesggy et l'actrice Gaëlle Marie, présentant l'émission "E = M6" sur la chaîne de télévision française Gulli

Tel est le nom anglais de l'émission française diffusée depuis le 17 novembre 2019 sur la chaîne de télévision française Gulli !

Présentée par l'animateur français Mac Lesggy et par l'actrice française Gaëlle Marie, il s'agit d'une déclinaison familiale de l'émission de vulgarisation scientifique "E=M6", diffusée, depuis le 10 février 1991, sur la chaîne de télévision française M6.

L'animateur Mac Lesggy et l'actrice Gaëlle Marie, présentant l'émission "E = M6" sur la chaîne de télévision française Gulli

Sans doute le mot "Famille" semblait-il trop vulgaire aux responsables de cette chaîne, qui précise bien sur leur site internet - pour le cas où nous n'aurions pas compris - "e=m6 s’offre une version FAMILY pour réunir enfants et parents sur Gulli".

Sources : www.gulli.fr et wikipedia.org

On ne dit pas : "C'qui leur empêche pas d'avoir" !

Le journaliste sportif français Nabil Djellit

Comme a pu le déclarer, le 21 avril 2021, le journaliste sportif français Nabil Djellit, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais, bien évidemment : "CE qui NE LES empêche pas d'avoir" !

 

"Germanopratin" ou "Germanopratine".

Ce très joli adjectif relève du registre soutenu.

Et il est formé à partir des termes latins "germanus" ("germain") et "pratum" ("pré").

Datant de 1950, il désigne :

  • au sens propre :
    • ce qui se réfère au quartier de "Saint-Germain-des-Prés", à Paris (75), situé sur la rive gauche de la Seine, à proximité du Quartier latin.

Saint-Germain-des-prés, l'un des quartier du 6e arrondissement, à Paris (75)Saint-Germain-des-prés, l'un des quartier du 6e arrondissement, à Paris (75)

    • et en particulier : les personnes qui venaient, la nuit, y faire la fête.

Dans les années qui suivirent la Libération, on parlait ainsi des "milieux germanopratins" liés à l'"existentialisme", ce mot ayant fini par désigner une mode et un mode de vie.

On dit par exemple : "Boris Vian et Juliette Gréco sont assurément deux des plus célèbres germanopratins de l'après-guerre".

Boris Vian et Juliette Gréco, en 1949 (© Georges Dudognon)
Boris Vian et Juliette Gréco, en 1949 (© Georges Dudognon)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
La place Furstenberg, dans le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)

Après la Seconde Guerre mondiale, le quartier de Saint-Germain-des-Prés, qui était encore un village, est en effet devenu un haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle parisienne avec notamment la présence de Marguerite Duras (et le "Groupe de la rue Saint-Benoit"), de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir, de la chanson dite "rive gauche" (dont deux des emblèmes étaient Juliette Gréco et Léo Ferré), de cinéastes tels que Jean-Luc Godard et François Truffaut, de poète comme Jacques Prévert ou d'artiste comme Alberto Giacometti.

Philosophes, auteurs, acteurs et musiciens se cotoyaient dans les boîtes de nuit (où la France découvrait le "bebop") et les brasseries, où la philosophie existentialiste coexistait avec le jazz américain, dans les caves de la rue de Rennes, que fréquentaient notamment Boris Vian et les "zazous".

Enfin Saint-Germain-des-Près était également le principal lieu de sociabilité homosexuelle masculine parisienne.

Ou les habitants et habitantes du quartier, ce qui fait de ce mot un gentilé.

Un kiosque à journaux, devant le Café de Flore, boulevard Saint-Germain, à Paris (75)
Un kiosque à journaux, devant le Café de Flore, boulevard Saint-Germain, à Paris (75)
Le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
Le quartier de Saint-Germain-des-prés, à Paris (75)
  • et par extension, depuis quelques décennies, de façon légèrement péjorative : ce qui se réfère au milieu intellectuel parisien, symbolisé par ce quartier de Saint-Germain-des-Prés.

Lire la suite

"À plein badin".

Cette locution adverbiale du langage courant signifie : rapidement, très vite, à toute vitesse.

Et elle fait référence au "badin", surnom donné à l'anémomètre, un instrument servant à mesurer la vitesse et la force du vent, inventé en 1911 par l'ingénieur aéronautique français Raoul-Édouard Badin (19 décembre 1879 - 20 juin 1963).

On dit par exemple : "En 2010, quand l'Ohème a décroché son neuvième titre de champion de France, il a filé à Marseille à plein badin, pour participer à la fête qui avait lieu sur le Vieux-Port".

Source : wikipedia.org