"Être dans les choux".

Cette locution verbale du registre familier signifie, au sens figuré : avoir échoué, figurer parmi les derniers d'une compétition ou d'un classement.

On dit par exemple : "Ce coureur avait pris un bon départ, mais il est dans les choux à l'arrivée".

Ou : "J'espérais que mon fils réussirait son concours mais il est dans les choux".

Leçon numéro 2 : la table des matières

La table des matières détaillées du blogue se trouve :

* sur un ordinateur : dans la colonne de droite,

* sur un téléphone portable multifonction ("smartphone") : tout en bas de la page d'accueil, après les articles.

Extrêmement détaillée, la table des matières comporte :

6 chapitres :

  • Curiosités,
  • Dérives,
  • Difficultés,
  • Humour,
  • Noms propres,
  • Richesse.

Chaque chapitre se compose de nombreuses séries de "collections" d'articles (20) ou "collections" d'articles.

En cliquant sur un chapitre, une série de "collections" d'articles ou une "collection" d'articles, vous accédez directement à l'ensemble des articles déjà publiés sur le thème en question.

Bonne croisière !

"Les affaires reprennent".

Cette expression du registre familier signifie, au sens figuré : cela va mieux, il y a une amélioration notable.

Et elle s'utilise par conséquent tout aussi bien :

  • lorsqu'un sportif ou une équipe sportive, très largement mené au score jusque-là, recommence à marquer,
  • lorsqu'un pêcheur recommence à avoir du poisson au bout de sa ligne, après une longue période sans aucune prise,
  • lorsqu'une personne, seule depuis longtemps, est aperçue en galante compagnie,
  • etc.

Pourquoi dire : "Un espace de coworking" et "Le coworking" ?

Un espace de travail partagé ou "Coworking"

Et pas : "Un espace de travail partagé" !

Et : "Travailler dans un espace de travail partagé" !

Puisqu'il s'agit de la mise en commun d’espace, de services et d’équipements permettant à ses utilisateurs de travailler dans les meilleures conditions possible.

Je vous le concède bien humblement, c'est beaucoup plus long... Mais pourquoi parler ainsi constamment dans une autre langue que la nôtre !

Un espace de travail partagé ou "Coworking"

"Sarcelles".

La ville de Sarcelles (95)

Sarcelles (95) est une ville de 59 000 habitants située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Localisation de la ville de Sarcelles (95)
Localisation de la ville de Sarcelles (95)

Ville emblématique de la banlieue parisienne, elle a vu s'édifier, de 1955 à 1975, l'un des premiers et à ce jour le plus vaste grand ensemble de France (12 368 logements), conçu par les architectes Jacques-Henri Labourdette et Roger Boileau : un océan de béton, planté de longues barres horizontales, sans recherche architecturale, construit ex nihilo au milieu des champs.

"La sarcellite", deviendra d'ailleurs le nom du malaise ressenti par les habitants de ces grands ensembles.

Membre de la communauté d'agglomération Roissy Pays de France, Sarcelles est devenue en l'an 2000 sous-préfecture du département du Val-d'Oise, en remplacement de Montmorency.

Et elle porte le nom d'une espèce animale, la "Sarcelle", qui est un type de canard de surface de petite taille.

Des sarcelles d'hiver
Des sarcelles d'hiver

Source : wikipedia.org

"Avoir la main", "Avoir la main baladeuse", "Avoir la main croche", "Avoir la main heureuse", "Avoir la main malheureuse", "Avoir la main légère", "Avoir la main leste", "Avoir la main lourde", "Avoir la main sûre" ou "Avoir la main verte".

Ces différentes locutions verbales en forme d'idiotismes corporels possèdent naturellement des significations très différentes :

  • "Avoir la main" (langage courant) :
    • au sens propre, lorsque l'on joue aux cartes :
      • être le premier à jouer.
      • ou : être celui qui distribue les cartes.
    • et au sens figuré : avoir la balle dans son camp, être celui qui a l’initiative.

On dit par exemple : "Tu as la main, c'est toi qui contrôle la situation".

  • "Avoir la main baladeuse" (registre familier) (sens figuré) : être enclin aux caresses intempestives.

On dit par exemple : "Le chef de service de ma copine avait la main balladeuse. Mais elle l'a dénoncé auprès sa direction".

Une main baladeuse

  • "Avoir la main croche" (registre familier) (sens figuré) : être d'un naturel rapace.

On dit par exemple : "Mon patron a la main croche : impossible de lui faire acheter le moindre équipement !".

  • "Avoir la main heureuse" (langage courant) (sens figuré) : avoir de la chance au jeu, être chanceux, avoir bien choisi ; faire un choix avisé ; réussir dans ce que l’on entreprend.

On dit par exemple : "Tu as eu la main heureuse avec cet achat : moi je ne fais que de mauvaises affaires".

  • "Avoir la main malheureuse" (langage courant) (sens figuré) : ne pas avoir de chance au jeu, être malchanceux, avoir mal choisi ; échouer dans ce que l’on entreprend.

On dit par exemple : "J'ai eu la main malheureuse : je gagnerai une autre fois".

  • "Avoir la main légère" (langage courant) (sens figuré) : ne pas mettre trop de quelque chose ; opérer adroitement, agir sans brutalité.

On dit par exemple : "Ma tante utilise de l'engrais, mais elle a la main légère".

Ou : "Tu peux lui confier tes vases : il a la main légère".

  • Avoir la main leste" (langage courant) (sens figuré) : être prompt à infliger des gifles ou des coups en guise de réprimandes.

On dit par exemple : "Mon grand-père avoir la main leste avec ses enfants : mon père a reçu des centaines de gifles quand il était jeune".

Avoir la main leste

  • "Avoir la main lourde" (registre familier) (sens figuré) :
    • verser en trop grande quantité ou utiliser un produit plus que nécessaire.

On dit par exemple : "Le serveur a eu la main lourde : je n'ai jamais bu autant de pastis de ma vie !".

Ou : "Tu as eu la main lourde : il y en a deux fois trop !".

Avoir la main lourde : verser en trop grande quantité ou utiliser un produit plus que nécessaire

    • frapper fort, punir sévèrement.

On dit par exemple : "Mon oncle a eu la main lourde avec mon cousin : il a failli l'assommer !".

Le professeur Jean Douélan (Lino Ventura) "a la main lourde" avec sa fille Isabelle (Isabelle Adjani) dans le film franco-italien "La gifle", réalisé en 1974 par Claude Pinoteau
Le professeur Jean Douélan (Lino Ventura) "a la main lourde" avec sa fille Isabelle (Isabelle Adjani) dans le film franco-italien "La gifle", réalisé en 1974 par Claude Pinoteau
  • "Avoir la main sûre" (langage courant) : avoir la main ferme, qui ne tremble pas.

On dit par exemple : "Tu peux lui faire confiance s'il te dit qu'il tient la corde : il a la main sûre".

  • et "Avoir la main verte" (langage courant) (sens figuré) : savoir cultiver, entretenir, faire pousser et soigner les plantes ; être doué pour cela.

On dit par exemple : "Mon épouse a la main verte mais pas moi : il suffit que je touche à une plante pour qu'elle meurt dans la semaine !".

Et nos amis québecois utilisent un autre idiotisme chromatique : "Avoir le pouce vert".

"Avoir la main verte" ou "Avoir le pouce vert"

Sources : wiktionary.org, www.littre.org, www.linternaute.fr, www.languefrancaise.net, dictionnaire.reverso.net, Le Robert et www.larousse.fr

Le substantif féminin "Succion" (action de sucer, d'aspirer) ne se prononce pas "su-sion"....

La succion : un nourrisson qui suce son index gauche

... à l'instar de la façon dont nous prononçons le verbe "Sucer", le substantif féminin "Sucette" ou le substantif masculin "Suçon".

Mais : "su-k-sion" !

C'est à dire de la même façon que nous prononçons les mots suivants : "Accent", "Accepter", "Accès", "Accession", "Coccyx", "Occident", "Occiput", "Occitan", "Succéder", "Succès", "Successeur", "Succinct", "Vaccin", etc.