On ne dit pas : "Si demain, pour aller au restaurant, il faudrait montrer un passe" !

L'homme politique français, LR, Gérard Larcher, président du Sénat

Comme l'a pitoyablement déclaré, le 11 avril 2021, le sénateur LR (Les Républicains), Gérard Larcher, dans l'émission d'Amélie Carrouë "En toute franchise", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Si demain, pour aller au restaurant, il FALLAIT montrer un passe" !

Parce que j'ai personnellement trouvé globalement lamentable la façon dont s'exprimait l'actuel président du Sénat une quinzaine de minutes durant - au point de l'épingler quatre fois dans ce blogue - je lui accorde sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Arriver après la bataille".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme militaire signifie, au sens figuré : arriver trop tard, être en retard.

On dit par exemple : "Vous arrivez après la bataille, nous avons tout nettoyé..."

Ou : "Dépêche-toi donc, tu vas arriver après la bataille".

On dit également : "Arriver comme les carabiniers" ou "Arriver comme les carabiniers d'Offenbach".

Ou : "Arriver à la fumée des cierges".

Source : wiktionary.org

"Faramineux" ou "Faramineuse" et "Pharamineux" ou "Pharamineuse".

Cet adjectif du registre familier présente la particularité de pouvoir s'orthographier de deux façons différentes : avec un "f" ou "Ph".

Il signifie :

  • étonnant(e) par son étrangeté ou son importance ; semblant tenir du prodige ; extraordinaire, fabuleux(se), fantastique, prodigieux(se).

On dit par exemple : "L'habileté de ce jongleur est faramineuse".

Ou : "L'un de mes amis possède une mémoire pharamineuse".

  • et par extension, de façon péjorative : énorme, excessif(e).

On dit par exemple : "Ne va surtout pas au bar de ce palace : les prix des consommations sont faramineux".

Ou : "En bordure de Seine, les prix des appartements atteignent des montants pharamineux".

Source : wiktionary.org et www.cnrtl.fr

On ne prononce pas : "Une au-de" !

La journaliste politique française Alix Bouilhaguet"

Comme l'a fait la journaliste politique française Alix Bouilhaguet, le 1er avril 2021, sur la chaîne de télévision française d'information franceinfo.

Mais : "Une ô-de" !

Ce substantif féminin désigne :

  • dans l'Antiquité grecque : un poème lyrique (donc chanté) composé d’une strophe, d’une antistrophe et d’une épode, que le choeur chantait en décrivant certaines évolutions.
  • par analogie :
    • dans la littérature moderne : un poème lyrique divisé en strophes, ordinairement semblables entre elles par le nombre et la mesure des vers.
    • ou, de façon usuelle : ce qui rappelle une ode, par son caractère lyrique enthousiaste.

On dit par exemple : "ce film superbe constitue une magnifique ode à la nature".

Sources : wikipedia.org et www.cnrtl.fr

"Un solécisme".

Ce substantif masculin désigne une erreur de langage enfreignant les règles de la syntaxe.

Comme par exemple : "Habiter SUR Paris" (au lieu de "Habiter À Paris) ou "Si je SERAIS grand" (au lieu de "Si J'ÉTAIS grand").

Le mot dérive de "Soles", l’ancien nom de la ville de Mezitli (Turquie), appelée "Pompéiopolis" à l'époque romano-byzantine, une cité grecque de Cilicie en Anatolie, dont les habitants étaient réputés mal parler le grec.

"Peu ou prou".

Cette locution adverbiale appartient au registre soutenu.

Et elle signifie, selon le contexte :

  • plus ou moins, un peu ou beaucoup, selon le cas.

On dit par exemple : "Ici, à Aix-en-Provence (13), nous avons peu ou prou de la neige, une année sur trois environ".

  • environ ; à peu de chose près.

On dit par exemple : "J'essaie de publier peu ou prou 300 articles par mois sur J'aime les mots".

Ou : "J'ai toujours été cinéphile et je possède peu ou prou 3 500 DVD".

  • dans une certaine mesure, voire dans une bonne mesure.

On dit par exemple : "J'ai peu ou prou renoncé à recourir à la publicité sur J'aime les mots, car cela pollue vraiment trop la lecture des articles et davantage encore la navigation au sein des différents chapitres ou collections d'articles".

  • dans une faible mesure.

On dit par exemple : "Beaucoup de pays ne sont malheureusement que peu ou prou concerné par nos problèmes de surconsommation".

  • très peu.

On dit par exemple : "Emmanuel Macron consulte peu ou prou ses ministres avant de prendre la plupart de ses décisions".

Sources : Le Robert, wiktionary.org et www.cnrtl.fr

 

"Et des poussières".

Cette locution adverbiale appartient au registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : et un peu plus.

On l'utilise notamment pour signaler qu’une durée, une quantité, une valeur ou un montant est arrondi à la baisse. Et qu'un certain nombre d'unités s'ajoutent au chiffre rond que l'on donne.

On dit par exemple :

  • "Ma grand-mère maternelle est morte à 93 ans et des poussières",
  • ou : "Mon voisin vient de vendre sa maison 250 000 euros et des poussières".

Sources : wiktionary.org, www.larousse.fr et dictionnaire.reverso.net

"Faire office de".

J'aime beaucoup cette locution verbale du langage courant signifiant, selon le contexte :

  • remplacer, jouer le rôle de, servir de.

On dit par exemple : "Cette petite pièce fait office de bureau pour mon assistant".

Ou ; "Cette caissse fait office de coffre-fort".

  • ou : remplir une charge sans en être le titulaire ou l’agent habituel.

On dit par exemple : "Je fais office de consul depuis la mort de M. Marchand".

Source : wiktionary.org