"Indécrottable".

J'aime beaucoup ce charmant adjectif qui relève du registre familier.

Il signifie :

  • au sens propre : qui ne peut être décrotté.

On parle par exemple de "chaussures indécrottables".

Mais "Indécrottable" est peu usité en ce sens.

  • et au sens figuré :
    • en parlant d'une personne : qui n'est pas susceptible de s'amender ; qui persiste dans ses défauts, ses erreurs ; que l'on ne parvient pas à débarrasser de ses manières grossières ou de ses mauvaises habitudes ; endurci, impénitent, incorrigible, incurable, invétéré.

On dit par exemple : "Mon fils est un cancre indécrottable".

    • et en parlant d'un trait de caractère :  que l'on ne parvient pas à corriger ; qui est enraciné.au sens figuré : incorrigible, invétéré, impénitent ; .

On dit par exemple : "Mon voisin est un indécrottable feignant".

Sources : Le Robert, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Avoir la peau dure".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme corporel relève du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré :

  • en parlant d'un être vivvant : être très résistant.

On dit par exemple : "Cette satanée bestiole a la peau dure : je croyais l'avoir tuée, mais elle s'est encore échappé".

  • et parlant d'un concept ou d'une idée : perdurer.

On dit par exemple : "Cette théorie absurde a mlheureusement la peau dure !".

Source : wiktionary.org

"La sauter" ou "Je la saute".

Ce verbe signifie, selon le contexte, dans le registre argotique :

  • avoir faim.

On dit par exemple : "Bon, on bouffe quand ? Je la saute, moi".

  • ou : coucher avec une personne de sexe féminin ; avoir une relation sexuelle avec elle.

On dit par exemple : "Si je connais la frangine de Kevin ? Mais je la saute depuis deux piges !.

 

16 façons de dire "Râler".

"Bisquer", "Bougonner""Chouiner", "Ronchonner", "Rouscailler" et "Rouspéter" appartiennent au registre familier.

De même que "Maronner", utilisé par les Marseillais et Provençaux.

Ou "Rognonner", qui relève également du registre désuet.

"Criailler", Grogner", "Grommeler", "Pester", "Rager" et "Se plaindre" relèvent du langage courant.

Et "Maugréer" et "Récriminer" appartiennent au registre soutenu.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Protester" en français.

Sources : www.crisco2.unicaen.fr et www.synonimo.fr

On ne dit pas : "Des affrontements aéronavaux" ou "Des combats aéronavaux" !

Des combats aéronavals

Mais : "Des affrontements AÉRONAVALS" et "Des combats AÉRONAVALS" !

L'adjectif aéronaval(e) - au pluriel aéronaval(e)s - désigne ce qui appartient à la fois à l'aviation et à la marine.

C'est donc à tort que l'on parle d'"affrontements aéronavals", de "combats aéronavals" ou de "forces aéronavales".

Puisque les avions et aéronefs concernés, embarqués à bord de porte-avions ou porte-hélicoptères, relèvent de l''aéronautique navale, qui est la composante aérienne d'une marine militaire.

Et non de l'armée de l'air.

On ne dit pas : "La Salle Pé", "La Salle Pétrière", "L'Hôpital de la Salle Pétrière" ni "L'Hôpital de la Pitié-Salle Pétrière" !

L'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris (75)

Mais : "La SALPÉ", "L'Hôpital de la SALPÊTRIÈRE" et "L'Hôpital de la Pitié-SALPÊTRIÈRE" !

Ce célèbre hôpital relevant de l'AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) est situé 47-83, boulevard de l'Hôpital dans le 13e arrondissement, au Sud-Est de Paris (75).

Localisation de quelques grands hôpitaux parisiens

L'hôpital de la Pitié-Salpêtrière est le plus grand des hôpitaux français par sa superficie. Au sein de ses 90 bâtiments répartis sur 33 hectares, sont présents 77 services regroupés en 10 pôles, dont les urgences.

Il compte 2 130 lits et 7 000 salariés y accueillent chaque année 156 000 patients.

L'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris (75)

Fondé en 1656 par le roi Louis XIV, La Salpêtrière fut le premier et le plus grand des établissements de l'Hôpital général de Paris.

Pourquoi ce nom de "Pitié-Salpêtrière" ?

Et il fut construit sur l'emplacement du petit arsenal, où l'on fabriquait la poudre pour les munitions, surnommé "La Salpêtrière".

Plus ancien explosif chimique connu, la "poudre noire", parfois dénommée "poudre à canon" ou "poudre à fusil", est constituée d'un mélange déflagrant de soufre, de nitrate de potassium (ou "salpêtre") et de charbon de bois.

Après la démolition en 1896 de l'ancien hôpital de la Pitié, le nouveau fut installé en 1911 sur un site jouxtant celui de la Salpêtrière (sur l'ancien site, dans le 5e arrondissement, se trouve aujourd'hui la Grande Mosquée de Paris, inaugurée en 1926).

Les deux hôpitaux fusionnèrent en 1964.

Et ils forment aujourd'hui l'hôpital "Pitié-Salpêtrière", faisant partie du groupement hospitalier "Pitié-Salpêtrière-Charles-Foix" depuis 2012.

Le 14 décembre 1974, l'hôpital fait l'objet d'une double protection au titre des monuments historiques : un classement et une inscription.

L'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris (75)

Sources : wikipedia.fr et pitiesalpetriere.aphp.fr

"Comme si de rien n'était".

Cette curieuse locution adverbiale qui ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers, relève du registre familier.

Et elle signifie : comme si rien ne s'était passé, comme avant ; comme s'il n'y avait aucun problème, ou du moins sans s'en préoccuper.

On dit par exemple : "Ne l'écoutez pas : faites comme si de rien n'était".

Ou : "Ne vous inquiétez pas pour mon régime : faites comme si de rien n'était".

Sources : wiktionary.org, www.expressio.fr et www.linternaute.fr