Un apiculteur n'est pas une personne qui cultive le bonheur !

...mais quelqu'un qui élève des abeilles afin de produire du miel !

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre le préfixe « api » venant du latin « apis » signifiant « abeille » et l’adjectif anglais « Happy » signifiant joyeux.(

Un apiculteur au travail, en combinaison

L'apiculture est en effet une branche de l’agriculture consistant à élever des abeilles à miel, dans le but d'exploiter les produits de la ruche. C'est à dire principalement : le miel, mais également la cire, la gelée royale, le pollen et la propolis, voire le venin d’abeille.

L’apiculteur doit procurer au rucher un abri, des soins, et veiller sur son environnement.

Pratiquée sur tous les continents, cette activité diffère selon les variétés d’abeilles, le climat et le niveau de développement économique. C’est une activité où se rencontrent encore aujourd'hui des méthodes ancestrales comme la récolte du miel par pressage des rayons, mais aussi des méthodes modernes comme l'extraction par force centrifuge ou l’insémination artificielle.

Source : wikipedia.org

"Avoir la tête dans le pâté" ou "Ne pas avoir les yeux en face des trous".

Du pâté dans une assiette

J'aime beaucoup ces deux amusantes locutions verbales en forme d'idiotismes.

Relevant du registre familier, elles signifient, au sens figuré : ne pas être très réveillé.

Un petit garçon "la tête dans le pâté"

  • "Avoir la tête dans le pâté" est un idiotisme corporel ainsi qu'un idiotisme alimentaire.

On dit par exemple : "Ma mère vient tout juste de se lever, elle a la tête dans le pâté".

  • tandis que "Ne pas avoir les yeux en face des trous" est uniquement un idiotisme corporel.

On dit par exemple : "Le samedi soir, mon ado joue en ligne jusqu'à l'aube. Résultat : le dimanche, il n'a pas les yeux en face des trous avant 16 ou 17 heures".

 

"Bon comme du bon pain" ou "Bon comme le bon pain".

Cette locution adjectivale relève du registre familier.

Et elle qualifie, au sens figuréune personne humainement bonne, gentille, généreuse, d'une grande bonté ; incapable de malveillance.

On dit par exemple : "Mon voisin est un brave homme, bon comme le bon pain".

Sources : wiktionary.org, www.francaisfacile.com et www.languefrancaise.net

"La fourme de Montbrison".

De la fourme de Montbrison (42)

La fourme de Montbrison est un fromage français à pâte persillée, issu d'une transformation de laits de vache crus ou pasteurisés.

Son nom fait référence à la commune de Montbrison (63), dans le Forez.

Localisation de la ville de Montbrison (42)

Cette appellation est commercialement préservée via une AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) depuis 1972 et une AOP (Appellation d'Origine Protégée) depuis 2010.

Logotype de la Fourme de Montbrison

Sa meilleure période de consommation s'étend d'octobre à avril.

Elle est issue d'un territoire labellisé et d'un poids moyen compris entre 2,1 et 2,7 kg.

Étymologie

L'appellation "fourme" est une francisation du terme occitan "forma", lui-même issu du latin "forma" qui est aussi à l'origine du terme français "fromage".

La fourme de Montbrison était autrefois dénommée "fromage de Roche", du nom de la commune éponyme, également appelée "Roche-en-Forez (42), située à 6 km à peine, au Sud de Montbrison (42).

Roche-en-Forez (42)

La production de lait, comme la fabrication, l’affinage et la conservation des fromages jusqu’à 32 jours après emprésurage, ont lieu à l’intérieur de l’aire géographique.

La ration de base des vaches laitières est assurée par du fourrage provenant de l’aire géographique de l’appellation. L'herbe pâturée, fanée, préfanée ou ensilée doit être la base de l'alimentation. En période de disponibilité d'herbe, dès que les conditions climatiques le permettent, le pâturage est obligatoire.

Aire de production

Contrairement à son homologue la fourme d'Ambert, la fourme de Montbrison est produite dans une zone relativement concentrée géographiquement (monts du Forez) :

  • 27 communes du département de la Loire (42) : Bard, Cervières, Chalmazel-Jeansagnière, La Chamba, La Chambonie, Champoly, Châtelneuf, La Côte-en-Couzan, Écotay-l'Olme, Essertines-en-Châtelneuf, Lérigneux, Noirétable, Palogneux, Roche, Saint-Bonnet-le-Courreau, Saint-Didier-sur-Rochefort, Saint-Georges-en-Couzan, Saint-Jean-la-Vêtre, Saint-Just-en-Bas, Saint-Laurent-Rochefort, Saint-Priest-la-Vêtre, Saint-Romain-d'Urfé, Les Salles, Sauvain, La Valla-sur-Rochefort, Verrières-en-Forez, Vêtre-sur-Anzon,
  • et 5 communes du département du Puy-de-Dôme (63) : Le Brugeron, Job, Saint-Anthème, Saint-Pierre-la-Bourlhonne, Valcivières.

La fourme de Montbrison est élaborée à partir de 20 à 25 litres de lait.

 

De la fourme de Montbrison (42)

Le salage est réalisé en cours de moulage, ce qui la différencie de sa soeur la fourme d'Ambert.

Après un salage en cours de moulage, les fourmes sont couchées sur des chéneaux en bois d'épicéa et retournées à la main d'un quart de tour toutes les douze heures. Pendant cet affinage, elles sont piquées avec de longues aiguilles pour favoriser le développement des marbrures bleutées.

Huit jours plus tard, elles sont placées en caves d'affinage où elles séjournent plusieurs semaines. Durant cette période elles sont piquées avec de longues aiguilles pour faciliter le développement des marbrures bleutées. En fin d'affinage, leur poids sera de 2,5 kg.

En production fermière, la fabrication du fromage s’effectue toujours avec du lait cru et entier, non normalisé en protéines et matières grasses.

Chiffres de production

447 tonnes en 2012, 577 tonnes en 2018 et 668 tonnes en 2020.

Histoire de l'AOC

Le 9 mai 1972, est crée une AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) commune à la fourme d'Ambert et à la fourme de Montbrison, "la fourme d'Ambert et de Montbrison", qui dura près de trente ans puisque les deux appellations ont été séparées par décrets en date du 22 février 2002.

La différence entre les deux fourmes réside désormais dans les techniques actuelles d'égouttage et de salage :

  • la fourme d'Ambert subit un égouttage réduit et salage par saumure et/ou au sel sec en surface,

De la fourme d'Ambert

  • tandis que la fourme de Montbrison subit pré-égouttage, broyage et salage dans la masse du caillé.

Consommation

La fourme de Montbrison peut être consommée toute l'année. Telle quelle ou cuisinée : fondue, raclette, tartifourme (variante de la tartiflette), gaufres, crêpes, etc.

 

Source : wikipedia.org

"Un fayot".

Ce substantif masculin relève du registre argotique.

Et il désigne, selon le contexte :

  • un haricot sec., également appelé "haricot en grains" ou "haricot à écosser".

Comme toutes les variétés de haricots, il trouve son origine en Amérique du Sud et arriva sur le sol européen par le biais des navigateurs conquérants au milieu du XVIe siècle. Il s’est vite adapté au climat français et se retrouve aujourd’hui comme ingrédient de base de nombreuses spécialités culinaires du terroir français.

Il s'agit d'une plante annuelle buissonnante (naine) ou grimpante qui peut se confondre avec celle du haricot vert, avec des feuilles de 8 à 12cm de long et des fleurs  suivies de gousses de 15 à 20cm de long.

Haricots blancs à écosserHaricots blancs à écosser

Les pieds de haricots en grains vont former, dans les gousses des graines qui vont grossir pour donner des haricots à grains blancs, verts, rouge foncé, brun, crème moucheté de pourpre ou tachetés de noir et blanc.

Différentes variétés de haricots secs

Il s'agit d'une légumineuse à la fois diététique et nutritive (74kcal/100g), prisée des végétariens, des personnes diabétiques et des sportifs. Riche en protéines, en fibres et en glucides complexes, le haricot consommé en petite quantité vous assure en effet immédiatement une sensation de satiété. Sans oublier que le haricot en grains, au faible indicé glycémique, contient également des vitamines B, ainsi que des minéraux nécessaires à l’organisme, dont notamment le fer, le potassium, le calcium, le magnésium ou encore le phosphore.

Certaines personnes trouvent les haricots en grains difficiles à digérer du fait des flatulences provoquées. Pour remédier à ces petits inconvénients, il convient de bien les mastiquer et de les consommer en quantité raisonnable.

On dit par exemple : "Y a encore des fayots ce midi à la cantine !".

Des fayots ou haricots blancs

  • un élève ou un militaire qui fait du zèle pour se faire bien voir de ses enseignants ou de ses supérieurs,

On dit par exemple : "Ce fayot de Jérémie a proposé de que l'on fasse une rédac sur notre visite u musée !".

Un fayot (© Arnaud Toulon Éditions Delcourt 2011)

  • ou, dans le registre désuet : un militaire rengagé.

On dit par exemple : "Ils devraient donner les corvées au fayot puisqu'il aime tant l'armée !".

Sources : www.cnrtl.fr et jardinage.lemonde.fr

"Halieutique" et "L'halieutique".

  • L'adjectif "Halieutique" désigne : ce qui relève de la pêche.

On parle par exemple du dramatique épuisement des "ressources halieutiques".

L'épuisement des ressources halieutiques

  • tandis que le substantif féminin "L'halieutique" désigne : l'ensemble des disciplines ayant trait aux problèmes de la pêche.

Source : www.larousse.fr

Les différentes significations du mot "rouille".

Ce substantif fémininin peut en effet, selon le contexte, désigner :

  • Le produit de la corrosion du fer en présence de l'oxygène de l'air, en milieu humide.

La rouille attaque par exemple :

    • les outils :

    • les grilles :

    • les automobiles :

    • ou les coques de bateaux :

  • une recette traditionnelle de sauce de couleur rouille utilisée dans la cuisine provençale.

La couleur de la "rouille provençale" ("rouïo", en provençal) est due à la présence de piment rouge, parfois de safran. Le piment est pilé avec de l'ail et de la pulpe de pomme de terre (ou de la mie de pain) cuite puis écrasée, délayée avec de l'huile d'olive et du bouillon.

De la rouille (sauce)

  • ou : une maladie des végétaux se caractérisant par l'apparition sur le dessus des feuilles de points jaune orangé suivis, au revers, de pustules proéminentes orangées. Les feuilles atteintes jaunissent, se dessèchent, se nécrosent puis finissent par mourir et tomber prématurément.

 

Sources : wikipedia.org et www.gastroniomiac.com

11 façons de dire "Avoir faim" ou "Avoir très faim".

"La sauter", "Avoir la dalle" ou "Avoir les crocs"

"Avoir la dalle", "Avoir les crocs", "Claquer du bec" et "La sauter" ("Je la saute") relèvent du registre argotique.

Tandis que "Avoir les dents longues" et "Avoir l'estomac dans les talons" appartiennent au registre familier.

Et "Avoir l'estomac qui crie famine", "Avoir la fringale", "Avoir le ventre vide", "Avoir une faim de loup" ou "Être affamé" au langage courant.

"Faire son miel" de quelque chose.

Cette jolie locution verbale en forme d'idiotisme animal et d'idiotisme alimentaire relève du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : profiter, exploiter quelque chose ; en tirer parti, en tirer profit.

À l'instar de abeilles, qui fabrique leur miel à partir du pollen des fleurs.

Une abeille en train de butiner

On dit par exemple : "La presse à scandale britannique fait son miel des frasques de la famille royale".

Un apiculteur en train de faire son miel (au sens propre)
Un apiculteur en train de faire son miel (au sens propre)

Sources : wiktionary.org et

"Hacher menu" et "Se faire hacher menu".

Ces deux locutions verbales signifient :

  • au sens propre, dans le langage courant, dans le domaine culinaire :
    • mettre en pièces, hacher par petits morceaux,

Hacher menu, au sens propre

    • et : se faire mettre en pièces, hacher par petits morceaux,
  • et au sens figuré, dans le registre familier (idiotisme alimentaire) :
    • mettre en pièces, anéantir, massacrer, exterminer,

On dit par exemple :"Avec ces nouvelles mitrailleuses lourdes, nous allons pouvoir hacher menu les assaillants".

Hacher menu, au sens figuré

    • ou : se faire mettre en pièces, anéantir, massacrer, exterminer.

On dit par exemple : "L'infanterie va se faire hacher menu par l'artillerie ennemie".

"Un carabin" et "Une carabine".

Ces deux substantifs possèdent de nombreux sens que l'on ignore souvent :

  • "Un carabin" signifie en effet tout à la fois :
    • dans le registre désuet :
      • un soldat de cavalerie légère portant une carabine et que l’on employait d’ordinaire dans les reconnaissances ou les escarmouches (XVIe siècle),
Un carabin ou soldat de cavalerie légère armé d'une carabine
Un carabin ou soldat de cavalerie légère armé d'une carabine
      • du sarrasin ou "farine de blé noir",

Du sarrasin ou "farine de blé noir"

      • ou : celui qui se contente de hasarder quelque chose au jeu et qui se retire ensuite, qu’il ait perdu ou gagné.

On dit par exemple : "C'était un vrai carabin au jeu".

    • et dans le registre familier, encore aujourd'hui : un étudiant en médecine,
Un carabin et une carabine
Un carabin et une carabine
  • tandis que "Une carabine" désigne aussi bien :
    • une petite arquebuse puis un mousquet, c'est à dire une arme à feu du type fusil, d'abord utilisée au XVIe siècle par les carabins, des soldats de cavalerie légère,

Une carabine russe

    • dans le registre familier : une étudiante en médecine (féminin de "carabin"),
    • et dans le registre familier, ainsi que dans le registre désuet : la maitresse, souvent pauvre, d’un étudiant en médecine.

Sources : wiktionary.org

"Mordre la main nourricière", "Mordre la main qui vous nourrit", "Mordre la main qui vous donne à manger", ni "Mordre la main qui vous tend à manger".

Une main nourricière, donnant du pain à un canard

Ces trois locutions verbales en forme d'idiotisme alimentaire relèvent du registre familier.

Et elles signifient, au sens figuré : être ingrat, trahir celui qui vous a aidé.

On dit par exemple : "Voter contre cette loi ce serait mordre la main qui vous nourrit : c'est le ministre lui-même qui vous a obtenu ce siège de député".

Source : wiktionary.org