"Une promotion canapé" et "Une promotion sur les canapés" !

  • "Une promotion canapé" est un avantage (avancement, promotion, embauche) qu'une personne obtient en consentant à avoir des relations sexuelles avec une personne ayant le pouvoir de lui attribuer cet avantage (registre familier).
  • tandis que "Une promotion SUR LES canapéS" désigne :
    • une offre promotionnelle sur les canapés, longs sièges à dossier où plusieurs personnes peuvent s'asseoir ensemble.

Canapé de salon

    • ou une offre promotionnelle sur les canapés, tranches de pain sur lesquelles on dispose une garniture, généralement proposées lors des réceptions.

Canapés pour cocktail ou apéritif

Source : www.larousse.fr et wikipedia.org

"Ne pas attacher son chien avec des saucisses".

Je trouve très amusante cette expression du registre familier en forme d'idiotisme animalier et d'idiotisme alimentaire ou gastronomique, qui signifie, au sens figuré, "Être peu généreux, avare, pingre, radin".

La petite aimait les sucettes !

Sucettes

Nous sommes en 1998. Ma fille aînée à 3 ans et je travaille à Pantin (93). Je gare chaque jour ma voiture dans une cour annexe de l'entreprise, le long de la maison du gardien. Celui-ci est un arménien d'origine syrienne, arrivé en France 20 ans plus tôt mais parlant le français comme Jane Birkin (*).

Il a lui aussi une fille det 3 ans, très copine avec la mienne car sa maman, qui ne travaille pas,  a l'extrême obligeance de bien vouloir me garder gracieusement ma fille les jours de grève et les vendredi après-midi !

Lorsqu'il lui arrive de me voir arriver, aux beaux jours, la petite fille en question m'accueille toujours avec plaisir, car elle n'est pas sans ignorer que je dispose souvent de bonbons, sucettes et autres friandises dans ma boîte à gants.

À peine me suis-je garé, ce jour là, que la petite jaillit du perron pour se précipiter vers moi, toute guillerette :

- "Bonjour Jean-Pierre ! Tu me donnes une sucette ?"

Fronçant alors les sourcils, tout en faisant un clin d'oeil à sa maman, en train d'arroser ses jardinières, je m'attache à essayer de lui faire indirectement et subtilement (pensais-je) remarquer qu'un petit "S'il te plaît", en fin de phrase, ne serait pas de trop, en pareille circonstance.

- "J'ai bien des sucettes et je t'en donnerai une avec plaisir. Mais je pense qu'il y a une petite erreur dans ta demande ; réfléchis bien !".

Perplexe, la petite écarquille les yeux et regarde sa mère, interrogative. Hélas, celle-ci lui confirme aussitôt.

-"Jean-Pierre a parfaitement raison, ma chérie ; il y a une petite erreur dans ta phrase... Mais je suis persuadée que tu vas trouver. Réfléchis bien..."

Alors, la petite fille, après avoir clairement fait fonctionner ses neurones jusqu'aux limites de la surchauffe, se lance une nouvelle fois, réellement abasourdie - on va le comprendre - de s'être ainsi méprise, jusqu'alors, sur... le genre du mot "Sucette" ; mais après tout son papa lui-même fait régulièrement de telles fautes, elle le sait bien !.

-"Tu me donnes... UN sucette ?" !

Par la suite et depuis lors, j'ai naturellement pris soin, en pareilles circonstances, d'utiliser la formule "Je pense qu'il manque un petit mot", plutôt que "Je crois qu'il y a une petite erreur"...

 

(*) Jane Birkin est une actrice et chanteuse britannique, née le 14 décembre 1946, mère de la photographe britannique Kate Barry et des chanteuses et actrices françaises Charlotte Gainsbourg et Lou Doillon. Installée en France depuis sa rencontre avec l'auteur, compositeur et interprète Serge Gainsbourg, en 1969, elle continue néanmoins d'avoir, un demi-siècle plus tard, un accent à couper au couteau et à sembler ignorer le genre des mots les plus courants, pouvant ainsi évoquer "la" couteau, posé sur "le" table...

"Un tablier de sapeur".

Cette locution nominale est polysémique puisqu'elle désigne aussi bien :

  • au sens propre, un élément de l'équipement des sapeurs de la Légion étrangère,
  • et, enfin, une spécialité culinaire de la région lyonnaise à base de gras-double, également appelée "Tablier de Gnafron",

"Ingurgiter".

Ce verbe du registre soutenu signifie :

  • au sens propre :"Avaler avidement et en quantité, engloutir",

On dit par exemple : "Mon fils de seize ans ingurgite ses repas en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire !" ou "J'ai rarement vu un nourrisson ingurgiter ses biberons aussi rapidement".

  • et au sens figuré : "Absorber massivement un savoir sans pouvoir l'assimiler".

On dit par exemple : "Il est proprement aberrant de demander aux étudiants en médecine d'ingurgiter, comme ils doivent le faire des années durant, une telle masse d'information".

"L'échelle de Scoville".

Cette échelle de mesure de la force des piments a été créée en 1912, par le pharmacien américain Wilbur Lincoln Scoville, né le 22 janvier 1865 et mort le 10 mars 1942.

Mise au point au sein de la société américaine Parke-Davis, à Détroit (Illinois) (États-Unis), dans le cadre de son travail, le but de cette échelle est de mesurer la "chaleur" ressentie (on parle de "pseudo-chaleur") et la sensation de piquant que procure l'absorption de chaque type de piment.

"La glace" ou "Une glace".

  • "La glace", c'est tout à la fois :

Glace arctique

    • l'eau congelée, solidifiée par le froid, sur laquelle on peut patiner, ou que des navires spécialisés (les brise-glace) doivent parfois faire éclater pour avancer, en mer ou sur des fleuves et lacs de régions septentrionales,

Glaçage au chocolat

    • la préparation servant à napper, à réaliser le glaçage d’un mets, en cuisine ; couche brillante et lisse à base de sucre et de blanc d'oeuf dont on recouvre certains gâteaux et confiseries,
Glace de poisson
Glace de poisson
    • le fond de cuisson concentré utilisé pour certaines sauces ; substance obtenue par la réduction d'un fond non lié et qui se solidifie en refroidissant ("Glace de gibier, de poisson, de volaille"),Glaces en cornet
    • le produit sucré et aromatisé obtenu par glaçage d'un mélange pasteurisé, à base de lait, crème ou beurre et d'oeufs ("crème glacée" ou "glace aux oeufs"),

Sorbet

    • mais également de sirop et de fruits ("glace au sirop", "sorbet").
  • Et "Une glace" peut tout aussi bien désigner :
    • une feuille de verre homogène et convenablement recuit dont les deux faces sont parfaitement planes et parallèles et dont on fait les miroirs ou les vitrages,

Miroir

    • un miroir, constitué par une plaque de verre uni derrière laquelle une couche de tain a été appliquée afin de pouvoir refléter les images ("Se regarder dans une glace"),

Glace avant gauche de voiture

    • une plaque de verre, un vitrage : d'un véhicule fermé ou vitrine d'un magasin ("Baisser la glace d'une voiture ou d'un waggon"),
    • une petite tache d'un diamant, également appelée "Givrure", en joaillerie,

 

Brocart d'or

    • ou, enfin, un brocart d'or ou d'argent d'aspect lisse comme un miroir, au XVIIIème siècle.

Source : larousse.fr et wiktionary.org

 

"Une tête brûlée".

  • Cette locution nominale du registre familier désigne, au sens figuré, une personne excessive, prenant des risques de manière volontaire et inconsidérée, un casse-cou ou un trompe-la-mort.

Bonbons "Têtes brûlées".

  • Mais pour les enfants et les adolescents cette même locution désigne une marque française de bonbons acidulés, fabriquée jusqu'à 2008 par la Société Européenne de Confiserie, puis rachetée par la société Verquin Confiseur.

Ces bonbons qui "vous arrachent la tête" (sic) se présentent sous la forme de petite billes, cachant derrière une première couche extrêmement piquante un arrière-goût sucré.

Source : wiktionary.org

"Le léopard, l'aliment périmé et le politicien corrompu"...

Non !  Il ne s'agit pas d'une fable méconnue de La Fontaine ni d'un film inédit d'Éric Rohmer !

Mais le point commun de ce mot et de ces deux locutions nominales est qu'ils possèdent tous les trois des caractéristiques paronymiques :

  • Le léopard "est tacheté",
  • L'aliment périmé "est à jeter",
  • Et le politicien corrompu "est acheté" !