"Faire office de".

J'aime beaucoup cette locution verbale du langage courant signifiant, selon le contexte :

  • remplacer, jouer le rôle de, servir de.

On dit par exemple : "Cette petite pièce fait office de bureau pour mon assistant".

Ou ; "Cette caissse fait office de coffre-fort".

  • ou : remplir une charge sans en être le titulaire ou l’agent habituel.

On dit par exemple : "Je fais office de consul depuis la mort de M. Marchand".

Source : wiktionary.org

"La forêt de Rambouillet".

La forêt de Rambouillet (77)

La forêt de Rambouillet, également appelée "Forêt d’Yveline" ou "Forêt d'Iveline", située dans le Sud du département des Yvelines (78), est l'un des principaux massifs forestiers d'Île-de-France.

La forêt de Rambouillet (77)

Localisation de la ville de Rambouillet, au Sud des Yvelines (78), dont Gérard Larcher, l'actuel président du Sénat, a été le maire de 2007 à 2014
Localisation de la ville de Rambouillet, au Sud des Yvelines (78), et donc à l'Ouest de Paris (75)

Il s'agit d'un espace boisé d'environ 200 km², dont 14 550 ha de forêt domaniale, s'étendant sur le territoire de 29 communes et sur une longueur globale d'environ 35 km pour à peu près 15km de large.

Le peuplement est constitué principalement de chênes, à hauteur de 68 %, et de résineux (pin sylvestre et pin laricio) pour 25 %. Ce massif comporte des étangs, des zones rocheuses, des étendues de sable, des vallons et des cascades. Et une partie de la forêt se trouve dans le parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse.

La forêt de Rambouillet faisait autrefois partie d'un ensemble plus vaste, la "Forêt de l'Yveline", une vaste forêt unique qui s'étendait au-delà des frontières du département actuel,  sur un vaste territoire, allant de Paris (75) à Meudon (92), en passant par la vallée de Chevreuse, Dourdan (78) et Rambouillet (78).

Après les défrichements du Moyen Âge, il ne subsiste plus que des massifs forestiers disjoints.

Carte de la forêt de Rambouillet (78)

La forêt de Rambouillet, une des reliques de ce vaste ensemble, est progressivement aménagée pour les chasses royales du XVIe au XVIIIe.

Un cerf, brâmant au centre d'une allée, en forêt de Rambouillet (77)Un cer et des sangliers, en forêt de Rambouillet (77)

 

De cette époque date la création du réseau de routes en étoile, la constitution d'un ensemble homogène et la plantation des futaies. La forêt de Rambouillet, qui a hérité de son passé royal de nombreux aménagements, est la deuxième des forêts d'Île-de-France par la fréquentation, après la forêt de Fontainebleau (77).

La forêt de Rambouillet (77)

Source : wikipedia.org

"Être au courant" et "Mettre au courant".

Ces deux locutions verbales appartiennent au registre familier.

Et elles signifient respectivement :

  • "Être au courant" :
    • au sens propre : être informé, savoir les nouvelles. Ou "Être au jus" dans le registre populaire.

On dit par exemple : "Tu es au courant pour la fille du patron ?".

Ou : "Il va falloir mettre au courant Kevin pour sa voiture...".

    • et au sens figuré : ne pas avoir d’arriéré dans son travail, ou dans le paiement de ses dettes.

On dit par exemple : "Tu as pu rattraper ton retard ? Oui, je suis au courant, à présent".

  • et "Mettre au courant" : tenir informé. Ou "Mettre au jus" dans le registre populaire.

On dit par exemple : "Je dois mettre au courant maman que ma soeur a eu un accident".

Ou : "Tu as mis au courant ton patron pour la grossesse de ta femme ?".

Source : wiktionary.org

"Prendre son courage à deux mains".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme corporel et d'idiotisme numérique relève du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : rassembler toutes ses forces pour entreprendre quelque chose ; faire un effort sur soi-même afin d'accomplir un acte ou une tâche difficile, face auquel on a longtemps hésité ; surmonter ses craintes pour faire quelque chose ; oser ; se dépasser malgré sa peur.

On dit par exemple : "Prenant mon courage à deux mains, j'ai écrit à mon père, que je n'avais pas revu depuis plus de trente ans".

Ou : "Il faut que tu prennes ton courage à deux mains et que tu sortes de ta penderie tous les vêtements de ton épouse : il y a plus de deux ans qu'elle est morte".

Enfant, cette expression me faisait sourire, à l'instar de "N'écouter que son courage".

Sources : wiktionary.org et www.expressio.fr

On ne dit pas : "Les gouvernements fixent des agendas" !

Le journaliste français Renaud Pila

Comme l'a déclaré, le 6 avril 2021, le journaliste français Renaud Pila, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Les gouvernements fixent des CALENDRIERS" !

Un "agenda" n'a jamais signifié en français "calendrier", comme en anglais, ainsi que j'ai déjà eu l'occasion de le préciser dans un article.

"Être pris la main dans le pot de confiture" ou "Être pris les doigts dans le pot de confiture" et "Prendre quelqu'un la main dans le pot de confiture" ou "Prendre quelqu'un les doigts dans le pot de confiture".

"Être pris les doigts dans le pot de confiture" ou "Prendre les doigts dans le pot de confiture"

J'aime beaucoup cette expression en forme d'idiotisme alimentaire appartient au registre familier.

Elle est construite à partir de l'image du pot de confiture, symbolisant - il y a de cela encore un demi-siècle - la gourmandise suprême des enfants, objet de toutes leurs tentations. À l'instar, me semble-t-il, du pot de Nutella, de nos jours.

Et elle signifie par conséquent, au sens figuré :

  • "Être pris la main dans le pot de confiture" ou "Être pris les doigts dans le pot de confiture" : être pris en flagrant délit, en train de faire de quelque chose, alors même que l'on ne souhaitait pas être vu.

On dit par exemple : "Des gamins du quartier ont été pris la main dans le pot de confiture, en train de voler du muguet dans le jardin du voisin".

  • et "Prendre quelqu'un la main dans le pot de confiture" ou "Prendre quelqu'un les doigts dans le pot de confiture" : surprendre quelqu'un en flagrant délit, en train de faire de quelque chose, alors même que cette personne ne souhaitait pas être vue.

On dit par exemple : "J'ai pris mon petit-fils les doigts dans le pot à confiture, en train de me voler un billet de cinq euros dans mon porte-monnaie !".

.

8 façons de dire "Une bière".

Une chope de bière

On dit dans le registre argotique "Une binouse" (ou "Une binouze"), ainsi que "Une bibine", pour désigner une bière (mais également une boisson) de mauvaise qualité.

"Une mousse" appartient au registre familier.

Et les formules "Un bock" ou "Une chope", désignant le type de verre dans lesquels on boit ce breuvage, relèvent du langage courant.

De même que "Un demi" (par ellipse de "Un demi-litre), qui désigne la quantité servie,ou "Une cervoise", qui est le nom de l'ancêtre de la bière, bue par les gaulois.

Ou la périphrase "Une boisson fermentée à base de malt, de houblon, de levure et d’eau", parfois utilisée de façon humoristique.

Source : www.topito.com

"La bible de Gutenberg".

Un incunable : la bible de Gutenberg "à 42 lignes" de 1455 environ, l'un des livres les plus chers au monde. Le prix d'un exemplaire complet peut atteindre les 20 millions de dollars

La "Bible de Gutenberg" ou "Bible latine à quarante-deux lignes", surnommée "B42", est le premier livre imprimé en Europe à l'aide de caractères mobiles.

L'impression de la Bible s'effectua à Mayence (Rhénanie-Palatinat) (Allemagne), et s'acheva probablement vers la fin de l'année 1455, ce qui en fait naturellement le premier des incunables.

Johannes Gutenberg, qui vécut de 1397 à 1468 environ, est généralement considéré comme l'inventeur du processus de fabrication des caractères métalliques mobiles uniformes et interchangeables, et le développeur des matériels et méthodes ayant permis la naissance de l'impression.

Cette bible a été imprimée sur les deux supports de l’écrit simultanément en usage au XVe siècle - le vélin et le papier - à raison d’un quart des exemplaires sur vélin et trois quarts sur papier.

Le choix d’imprimer sur vélin ne fut pas fortuit. Le parchemin jouissait en effet de la faveur d’acheteurs soucieux de la longévité de l’ouvrage, de sa résistance à un usage répété ou désireux d’y faire apposer un décor peint susceptible d’entretenir la ressemblance formelle avec le livre manuscrit.

Autre évolution : Gutenberg essaya un moment d'imprimer les titres en rouge, puis abandonna, sans doute parce que l'opération était trop fastidieuse : elle aurait demandé de passer deux fois chaque feuille sous la presse.

Grâce à ses nobles caractères gothiques richement imprimés, cette bible est reconnue comme un chef-d'œuvre d'artisanat et d'impression de qualité. Le texte est la traduction latine connue sous le nom de la Vulgate, effectuée par Jérôme au IVe siècle.

La Bible est entièrement imprimée en double colonnes, et les pages sont majoritairement constituées de 42 lignes. Les lettres majuscules et les titres sont ornés en couleur à la main. Les deux volumes qui la composent présentent des reliures en cuir de porc blanc, datant du XVIe siècle.

La "Bible à 42 lignes" de 1455 environ est un des livres les plus chers au monde, le prix d'un exemplaire complet pouvant atteindre les... 20 millions de dollars !

Les 49 "Bibles de Gutenberg" actuellement connues (sur un ensemble de 180 exemplaires) sont situées : en allemagne (12), en Autriche (1), en Belgique (2), au Danemark (1), en Espagne (2), aux États-Unis d'Amérique (9), en France (5), au Japon (1), en Pologne (1), au Portugal (1), au Royaume-Uni (8), en Russie (2), en Suisse (2) et au Vatican (2).

Source : www.ekklesia.pro

"Hein ?".

Cette interjection appartient au registre familier.

Et elle est utilisée :

  • comme synonyme de "Comment ?" ou "Pardon ?", afin d'indiquer que l’on n’a pas entendu ou compris et que l’on invite son interlocuteur à répéter.

On dit par exemple : "Hein ? Qu'est-ce que tu dis ?".

Ou : "Hein ? Je n'entends rien !".

  • ou comme synonyme de "N'est-ce pas ?", afin de renforcer une phrase interrogative ou exclamative.

On dit par exemple : "Tu vas m'inviter, hein ?".

Ou : "Ça t'a plu, hein !".

Sources : Le Robert et wiktionary.org

On ne dit pas : "Il a poursuivi son art (jusque dans les années x)" !

La commissaire-priseur française Delphine Fremeaux-Lejeune, experte dans l'émission "Affaire conclue", sur la chaîne de télévision publique française France 2

Comme l'a déclaré, le 11 mars 2021, la commissaire-priseur française Delphine Fremeaux-Lejeune , dans l'émission "Affaire conclue", présentée par Sophie Davant, sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "Il EST DEMEURÉ EN ACTIVITÉ (jusque dans les années  x)" !

Parce qu'elle accumule les formules incorrectes de ce type lors de chacune de ses interventions dans cette émission, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Un bouc émissaire" ou "Servir de bouc émissaire".

"Un bouc émissaire" est une locution nominale masculine en forme d'idiotisme animalier et d'idiotisme religieux.

Elle trouve son origine dans la Bible, Dieu prescrivant, dans le Lévitique, d’envoyer dans le désert, vers Azazel, un bouc expiatoire, chargé de toutes les fautes d’Israël.

Et elle désigne :

  • au sens propre, dans le langage courant : un bouc que l’on chassait dans le désert, après l’avoir chargé des malédictions que l’on voulait détourner du peuple.
  • et au sens figuré, dans le registre familier : une personne sur laquelle on fait retomber les torts des autres, victime expiatoire.

On dit par exemple : "Dans cette affaire, le député mis en cause sert, à l'évidence, de bouc émissaire à la majorité présidentielle".

Ou : "Je veux bien assumer mes responsabilités, mais pas servir de bouc émissaire à la société".

Source : wiktionary.org