"Mistinguett".

La chanteuse et danseuse française Mistinguett

Il s'agit du nom de scène de la chanteuse et actrice française Jeanne Florentine Bourgeois, née le 3 avril 1875 et morte le 5 janvier 1956.

La chanteuse et danseuse française Mistinguett

L'origine de son nom de scène

Celui-ci constitue l'apocope de "Mistinguette", un mot figurant dans une de ses premières chansons intitulée "La Mistinguo" ("O la Mistinguo, O la Mistinguette !"). Qui devint d'abord "Miss Tinguette" avant d'évoluer - par syncope - en "Mistinguett" !

La chanteuse et danseuse française Mistinguett et ses "boys" ou "danseurs de revue"
La chanteuse et danseuse française Mistinguett et ses "boys" ou "danseurs de revue"
La chanteuse et danseuse française Mistinguett au terme de la (périlleuse) descente du grand escalier, en ouverture d’une revue du Casino de Paris, en 1926
La chanteuse et danseuse française Mistinguett au terme de la (périlleuse) descente du grand escalier, en ouverture d’une revue du Casino de Paris, en 1926

Mistinguett a été la grande vedette du "Moulin Rouge", des "Folies Bergère" et du "Casino de Paris".

Affiche du Casino de Paris pour la revue "Féérie de Paris" avec en vedette la chanteuse et danseuse française MistinguettAffiche du Casino de Paris pour la revue "Paris Miss" avec en vedette la chanteuse et danseuse française Mistinguett

 

 

 

 

 

 

 

 

Affiche du Casino de Paris avec en vedette la chanteuse et danseuse française MistinguettAffiche du Casino de Paris avec en vedette la chanteuse et danseuse française Mistinguett

Affiche du Casino de Paris pour la revue "Paris qui brille" avec en vedette la chanteuse et danseuse française Mistinguett

Affiche de la chanteuse et danseuse française MistinguettAffiche de la chanteuse et danseuse française Mistinguett

Affiche de la chanteuse et danseuse française MistinguettAffiche du Moulin Rouge de 1926 avec en vedette la chanteuse et danseuse française Mistinguett

Elle fut incontestatblement l'une de nos plus grandes gloires nationales des années 1920 et 1930.

Et elle a longtemps incarné, à travers le monde, l'image type de la parisienne.

La chanteuse et danseuse française Mistinguett

Assez incroyablement, près d'un siècle plus tard, ses chansons "Ça c'est Paris" (1926) et "C'est vrai" ("On dit que j'ai de belles gambettes") (1933) résonnent encore dans les mémoires de nombre d'entre nous !

Je ne suis jamais né qu'en 1961, mais j'ai toujours eu l'impression d'avoir 20 ou 30 ans de plus... Et je confesse volontiers un petit (litote !) côté nostalgique.

De là à vous dire ce que je pense du "rap" ou de la "techno"... c'est une autre histoire ; sur laquelle je reviendrai peut-être à l'occasion, mais je vais encore passer pour un dinosaure.

Source : wikipedia.org

"Un dinosaure".

Des dinosaures

Ce substantif masculin du langage courant désigne :

  • au sens propre : un type d'animal autrefois classifié parmi les reptiles mais qui, dans une approche moderne, est considéré comme appartenant à un clade, lui-même membre de celui des sauropsidés, qui contient les reptiles et les oiseaux.

Les dinosaures se distinguent des reptiles classiques en grande partie parce qu'ils sont érigés sur des membres verticaux, comme les mammifères, contrairement aux lézards et aux crocodiles par exemple. Il y a de bonnes raisons de penser que nombre de dinausaures étaient également à sang chaud, ou pour le moins qu'ils n'étaient pas à sang-froid comme les reptiles ; certains ayant des comportements sociaux complexes, prenant même soin de leurs progénitures.

Les dinosaures constituaient un clade très diversifié d'animaux bipèdes et quadrupèdes, carnivores et herbivores, dont le succès évolutif était considérable pendant plus de 170 millions d'années. Apparus au Trias il y a environ 240 millions d'années, ils ont presque tous disparu il y a environ 66 millions d'années, à la fin du Crétacé, ne laissant que les oiseaux comme représentants de ce clade. On trouve des restes fossilisés de dinosaures un peu partout sur la planète et notamment dans les Badlands en Amérique du Nord, mais aussi au Maroc, en Argentine et en Mongolie.

Le terme "Dinosaure" a été forgé en 1842 par le paléontologue britannique Richard Owen à partir du grec ancien "Deinos" ("Terriblement grand") et "Sauros" ("Lézard"). Les dinosaures dont on avait alors retrouvé les fossiles apparaissaient comme un groupe de reptiles particuliers de très grande taille. Et l'on a longtemps pensé qu'il s'agissait d'animaux lents et patauds, aussi peu intelligents et sociaux que des lézards. Nous savons aujourd'hui qu'il n'en était rien et que beaucoup de dinosaures n'étaient pas de grande taille, mais pouvaient être aussi petits qu'un poulet et posséder des plumes.

On distingue deux grands types de dinosaures selon la morphologie de leurs bassins, à savoir les saurischiens et les ornithischiens. Les saurischiens comprenaient les sauropodes (herbivores, les plus grands des dinosaures, comme les Ttitanosaure) et les théropodes (carnivores, comme le Tyrannosaurus rex). Les ornithischiens étaient très variés et tous herbivores (comme le Stégosaure ou le Tricératops).

Contrairement à ce que pense généralement le grand public, plusieurs animaux de grande taille du Mésozoïque, comme les mosasaures, les plésiosaures et les ptérosaures n'étaient pas des dinosaures, mais des reptiles marins et volants ayant disparu tout comme les dinosaures, lors de la grande extinction d'il y a environ 66 millions d'années.

  • et au sens figuré :
    • une personne en place depuis très longtemps quelque part. Que ce soit au sein d'une entité (entreprise, parti, etc.) ou dans un milieu professionnel (musique, politique, sport, etc.).

On dit par exemple :"Mick Jagger est un dinosaure du rock".

    • ou un individu dépassé par la modernité, même s'il a pu être autrefois influent et novateur.

On disait par exemple : "Jean-Pierre Chevénement et Édouard Balladur sont des dinosaures de la politique".

Source : www.futura-sciences.com

Ne dites pas : "Le State Department américain" !

Mais : "Le département d'État états-unien" ou "Le ministère des Affaires Étrangères états-unien" !

Les états-uniens pour leur part utilisent en effet le sigle "DoS (united states Department of State)" ou la formule "United States DOS (Department of States)" ; la forme "State Departement" relevant du registre familier.

"Des curiosa".

Ce terme issu du latin, que l'on pourrait traduire par "curiosités" (au sens de "curiosités malsaines"), désigne, dans certains classements de libraires, des publications à caractère érotique.

Et est parfois utilisé, par extension, - et de manière erronée puisque le mot ne doit normalement s'utiliser qu'au pluriel - dans d'autres domaines, pour désigner une oeuvre à part, étrange, curieuse.

Ainsi, lorsque l'historien du cinéma Patrick Brion qualifie de "Curiosa" le film états-unien de 1953 de Robert Wise "Destination Gobi", dans le documentaire proposé en supplément du DVD sorti en 2014.

 

 

"Le rectum" et "L'anus".

Ces deux termes latins sont souvent confondus alors qu'ils ne désignent pas du tout la même partie de notre corps :

  • le rectum (ellipse du latin "rectum intestinum") est en effet la dernière partie du gros intestin, qui aboutit à l'anus,
  • tandis que l'anus constitue l'orifice du rectum, que l’on appelle familièrement "Le trou du cul" et, de manière argotique, "Le trou de balle".

"L'impétigo".

Il s'agit d'une infection cutanée superficielle bactérienne, due à un streptocoque et/ou à un staphylocoque.

Très contagieuse, elle est l'infection de la peau la plus fréquente chez les enfants.

Il en existe deux formes principales :

  • l'impétigo croûteux, caractérisé par des pustules et la formation de croûtes jaunâtres,
  • et l'impétigo bulleux, qui se manifeste par des bulles plus grosses, pouvant conduire à des érosions importantes.

Source : wikipedia.org et doctissimo.fr

On ne dit pas : "Honni soit qui manigance" !

Comme l'a très astucieusement fait Coluche dans ce génial calembour, que l'on peut retrouver dans "Les inoubliables", un recueil d'aphorismes posthume, publié en 1992 aux Éditions Fixot.

Explication du calembour
« Il résulte de l’homophonie entre la formule inventée par Coluche « Honni soit qui manigance » et la devise du Très noble ordre de la Jarretière « Honni soit qui mal y pense » . »

Mais "Honni soit qui mal y pense".

  • Cette expression constitue en effet la devise (en français) du très noble ordre de la Jarretière, le plus élevé des ordres de chevalerie britanniques et le plus ancien subsistant encore au XXIe siècle.
  • Et elle s'emploie chez nous, de nos jours, à l'attention de ceux qui suspecteraient des intentions malicieuses ou malveillantes derrière des paroles prononcées ou des actes accomplis sans aucune arrière-pensée.

Ce qui pourrait se dire de manière plus moderne par une formule du type : "Honte à celui qui voit le mal (dans mon geste ou dans mon propos)".

On dit par exemple : "Honni soit qui mal y pense : lorsque je regarde la femme du directeur je suis  en admiration car je trouve qu'elle a un corps sublime".

www.expressio.fr