53 façons de dire "Manger" et en particulier "Manger abondamment".

Manger abondamment

Le verbe "babouiner" relève du registre argotique mais n'est plus vraiment utilisé (registre désuet).

Les verbes "becter", "becqueter", "béqueter", "bouffer", "croûter", "damer", "grailler", "jaffer", "mastiguer" (qui nous vient du provençal), "s'empaffer", "se morfaler" et "tortorer" relèvent du même registre argotique.

De même que les locutions verbales "bouffer comme un chancre", "s'en mettre plein la lampe", "s'en mettre plein le cornet" ou "se taper la cloche".

"Être un mâche-dru" et "se piffrer" relèvent du registre populaire.

Et le registre familier nous propose "bâfrer" (et non "se bâfrer !"), "boulotter", "enfourner", "faire ripaille", "s'empiffrer", "se bourrer" ou "se goinfrer".

Tandis que le langage courant - pour une fois très étoffé - met à notre disposition les verbes "dévorer" et "engloutir", ainsi que les locutions berbales "absorber de la nourriture", "avoir un appétit d'ogre", "avoir une faim de loup", "être goulu", "être un estomac sur pattes", "être un goinfre", "être un glouton", "être un ventre sur pattes", "manger comme un goinfre", "manger comme un ogre", "manger gloutonnement", "n'être qu'un ventre", "s'en mettre plein la panse", "se garnir l'estomac", "se garnir la panse" ou "se garnir le ventre", "se gaver", "se remplir l'estomac", "se remplir la panse" ou "se remplir le ventre" (langage courant).

Enfin "assouvir sa faim", "ingurgiter", "manger goulûment", "se rassasier" ou "se repaître" relèvent du registre soutenu.

On ne dit pas : "Trop pas !" ni même "Tellement pas" !

Mais : "Absolument pas", "Pas du tout !" (langage courant) ou "Aucunement !" (registre soutenu) !

Ne dites pas : "Je l'ai envoyé péter !", "Je l'ai envoyé bouler !", "Je l'ai envoyé chier" ou "Je l'ai envoyé se faire foutre !" !

Ces quatre locutions relèvent du registre argotique et peuvent être bien avantageusement remplacées.

En disant par exemple : "Je l'ai rembarré !" ou "Je l'ai envoyé promener" (registre familier).

On encore : "Je l'ai expédié sur les roses" (langage courant).

Voire "Je l'ai rabroué !" (registre soutenu).

Dites : "Parvenir à".

Plutôt que : "Arriver à " !

Par exemple : "Mon oncle est PARVENU à New York sans difficultés, malgré les grèves" plutôt que "Mon oncle est ARRIVÉ à New York sans difficultés, malgré les grèves".

Ou : "Le président est PARVENU au pouvoir d'une façon pour le moins inattendue" plutôt que "Le président est ARRIVÉ au pouvoir d'une façon pour le moins inattendue".

21 façons de dire "Ne pas avoir d'argent".

Comme souvent, de nombreuses possibilités, relevant des différents registre de langue, s'offrent à vous pour évoqué cette pénible situation.

Depuis "Être raide", "Ne pas avoir un flèche", "Ne pas avoir un radis", "Ne pas avoir un rond", "Être sans un rond" ou "Ne pas avoir une thune" (registre argotique), jusqu'à "Être raide comme un passe-lacet" (registre populaire).

Mais aussi "Être (complètement) fauché" ou "Être fauché comme les blés" (registre familier).

Ou "Être à court d'argent", "Être pauvre comme Job", Être sans le sou", "Être sans un sou", "N'avoir pas le sou" ou "N'avoir pas un sou" (langage courant).

Ainsi que "Être ruiné", si vous aviez la chance de vivre dans l'opulence.

Certes "N'avoir pas un sou vaillant" ou "N'avoir pas un sou percé" (du latin "Per se" : "Pour soi") ne s'utilisent plus guère.

Pas plus, malheureusement que le superbe "Loger le diable dans sa bourse".

Le registre soutenu, avec "Être désargenté", et "Être financièrement démuni" vous permettra d'évoquer avec élégance vos difficultés financières.

23 façons de dire : "S'inquiéter".

Une jeune femme en train de s'inquiéter

Le registre argotique met à notre disposition "Se biler", "Se faire de la bile", "Se faire du mouron", .

Les formules "S'arracher les cheveux", "S'en faire", "Se faire de la mousse", "Se faire des cheveux" ou "Se faire des cheveux blancs" relèvent du registre familier.

Ainsi que l'anglicisme "Flipper" ou l'étonnante formule "Se mettre la rate au court-bouillon".

Et nous disposons, dans le langage courant, des formules "Avoir peur de", "Être angoissé par", "Être inquiet", "Être préoccupé par", "Être soucieux de", "Se faire du mauvais sang", "Se faire du souci", "Se faire un sang d'encre", Se ronger les ongles" ou "Se ronger les sangs".

Enfin, le registre soutenu nous offre "Faire grand cas de", Se préoccuper de" ou "Se soucier de".

Sur un sujet contigu, je vous recommande la lecture de mon article consacré à "Toutes les façons de dire "Ne pas s'inquiéter"".

Ne dites pas : "Ça marche pas" ou "Ça marche plus", et encore moins "Ça marche p'us" !

Mais plutôt : "CELA NE FONCTIONNE pas" et "CELA NE FONCTIONNE pLus" !