Ne dites pas : "Je suis d'accord" voire "J'chuis d'acc" !

Mais plutôt : "Je l'admets" voire "Je n'en disconviens pas" !

Vous passerez ainsi du langage courant ou du registre populaire au registre soutenu.

On ne dit pas : "C'est la meuf à mon daron" ou "C'est la bagnole à ma reum" !

Mais : "C'est la femme DE mon père" ou "C'est la voiture DE ma mère" ! (langage courant)

Et mieux encore : "Il s'agit de l'épouse de l'auteur de mes jours" ou "Il s'agit de l'automobile de celle qui m'a donné le jour" (registre soutenu).

Le mot "meuf" relève du verlan et du registre argotique.

 

Ne dites pas : "C'est pas possible !" et encore moins "Pas possible ?", "C'est pas poss !" voire "Pas poss ?" !

Mais à tout le moins : "C'est IMPOSSIBLE !" ! (langage courant)

Voire : "Cela ne se peut !" (registre soutenu et registre désuet pour beaucoup) !

Cela vous permettra de passer du registre populaire au langage courant ou au registre soutenu.

49 façons de dire "Ma compagne".

"Ma grognasse" relève assurément du registre vulgaire.

Et "ma bergère", "ma gonzesse", ma grosse", "ma meuf", "ma nénesse", "ma nénette" ou "ma poule" du registre argotique.

Ainsi que "ma go" ou "ma gow", qui sont utilisés par les jeunes.

"Bobonne", "ma bonne femme", "maman" et "la patronne" relèvent du registre populaire.

De même que "ma moukère", "ma mouquère" et "ma mousmé" (un mot introduit par l'écrivain Pierre Loti, l'auteur, en 1886, de "Pêcheur d'Islande"), qui appartiennent également au registre désuet.

Tandis que le registre familier nous propose "ma bonne amie", "ma cocotte", ma copine", "ma dulcinée" (un mot hérité du "Don Quichotte" de Cervantès), "ma légitime" (par ellipse lexicale de "mon épouse légitime"), "ma loute", "ma ménagère", "ma moitié", "ma môme", "ma nana", "ma petite amie", "ma petite copine", "ma poulette", "ma promise", et "ma régulière".

Tandis que "ma belle", "ma bien-aimée", "ma chérie", "ma concubine", "ma conjointe", "ma douce", "ma femme", "ma fiancée", "ma maîtresse", "ma tendre et chère", "mon amie", "mon amoureuse" ou "mon épouse" relèvent du langage courant.

De même que l'ellipse lexicale "ma future" (pour "ma future femme").

"Mon amante" relève du registre soutenu.

Et "ma donzelle", "ma mie" ou "mon aimée" du registre désuet.

Ne dites pas : "J'm'en cogne !", "J'men fous !", "J'm'en branle !", "J'm'en bats l'oeil !" ou "J'm'en bats les couilles !" !

Mais plutôt : "Peu m'importe" ou "Peu me chaut" (registre soutenu) !

Ou au moins : "Je m'en fiche" (registre familier) ou "Je m'en moque" (langage courant).

Et encore davantage de possibilités dans mon article "Toutes les façons de dire : "Ne pas s'inquiéter de quelque chose ou de quelqu'un".