Pourquoi la vie sexuelle de Carla Bruni s'est-elle sensiblement améliorée lorsque Nicolas Sarkozy n'a pas été réélu, en mai 2012 ?

Réponse
Parce qu’elle ne couchait plus avec un nain puissant !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre le mot « un impuissant » et la locution nominale « un nain puissant ». Et fait référence à la petite taille de l’ancien président de la République ainsi qu’à sa perte d’influence, au lendemain de sa non-réélection.

"De la meilleure façon de répondre aux pervers"...

Nous sommes en juillet 2000 et c'est le début des vacances estivales. Époque reculée oblige, c'est une vidéo-cassette de film d'animation que ma fille d 5 ans et ma belle-fille de 7 ans regardent paisiblement une dans le salon.

À quelques jours de notre départ en vacances en Dordogne (24), mon épouse et moi descendons dans notre garage, situé dans le sous-sol de notre résidence et qui nous sert de garde-meubles. Afin d'y faire un peu de rangement et de remonter dans l'appartement différents équipements de baignade ou de plein air.

Notre absence dure à peine vingt minutes, mais mon épouse est d'un naturel inquiet, ce qui n'est pas vraiment mon cas... Nous avons tous les deux reçus, en effet, une éducation radicalement différente, que nous avons naturellement eu tendance à transmettre à nos enfants respectifs.

Sa fille est donc aussi facilement apeurée qu'elle, lorsque la mienne m'a toujours montré, dès son plus jeune âge, qu'elle ne risquait pas de se laisser embêter par grand monde !

Imaginez donc son état lorsqu'elle découvre, en rentrant dans notre appartement, sa fille de 7 ans, en larmes, nous expliquant en sanglotant qu'un "méchant monsieur" a téléphoné et que, lorsqu'elle a décroché pour lui parler, - en dépit de nos consignes - le sinistre personnage a commencé à lui raconter des "cochonneries de sexe toutes dégoûtantes que j'ai pas compris" et cela, hélas, sans que ses récriminations et ses pleurs ne parviennent à l'interrompre...

Mon épouse, affolée, : "Mais enfin ma pauvre chérie, pourquoi donc as-tu décroché ? Je t'avais bien dit de laisser sonner, puisqu'il y a un répondeur ! Tu es bien trop jeune pour répondre ainsi à des inconnus... Et pourquoi n'as tu pas raccroché dès que tu l'as entendu dire ses obscénités ?".

C'est alors qu'intervient ma fille : "Ben oui, c'est vrai ; d'abord moi j'ui ai dis qu'i fallait pas répondre ! Et pis aussi qu'elle avait qu'à raccrocher puisque c'était un débile !",

Moi : "D'accord Audrey, on a compris..."

Ma fille : "Alors à la fin, comme elle pleurait toujours mais qu'elle raccrochait pas, j'ai pris le téléphone avec le débile et j'lai crié très très fort !",

Ma femme : "Quoi ? Toi aussi tu lui as parlé ! Mais que lui as-tu donc dit à ce pervers ?",

Ma fille : "Ben j'ui ai dit T'arrête de raconter des cochonneries de sexe comme ça, parce que ma soeur ça la fait pleurer d'abord ! Et pis mon père quand i' va rev'nir i' va t'casser la figure et moi j'te taperai avec des bâtons pasque t'es un débile et pis j'te mettrai des grands coups d'pieds dans les jambes que ça fait super mal !.... Alors il a arrêté d'parler et p'i il a raccroché !".

Ben tiens ! Pervers, taré, mais pas si fou que ça, le type !
Je gage que si toutes les victimes d'appels téléphoniques obscènes pouvaient avoir cette réactivité et cette force de caractère, leur espèce serait peut-être en voie de disparition !

Doit-on écrire "Un fantasme" ou "Un phantasme" ? "Fantasmer" ou "Phantasmer" ?

Assez curieusement, ce substantif masculin tout comme ce verbe peuvent s'écrire de ces deux façons, bien que la graphie avec "ph" relève au jourd'hui du registre désuet.

  • "Un fantasme" désignait autrefois : une vision hallucinatoire.
  • Désormais, ce terme désigne :
    • une vision illusoire, produite par une lésion du sens optique ou par un trouble des facultés mentales.
    • une construction imaginaire, consciente ou inconsciente, permettant au sujet qui s'y met en scène, d'exprimer et de satisfaire un désir plus ou moins refoulé, de surmonter une angoisse.

On parle par exemple de "Fantasme érotique".

    • et, par extension : une représentation imaginaire marquant une rupture avec la réalité consciente.

Sources : www.cnrtl.fr et wiktionary.org

"Une grue".

Ce mot a différentes significations, qui peuvent au surplus varier en fonction du registre de langue :

  • Dans le langage courant :
Grue cendrée
Grue cendrée
    • c'est tout d'abord un animal, grand oiseau migrateur de la famille des échassiers, au plumage blanc, gris ou gris-bleu, et à l'instinct grégaire développé,
Grue de chantier
Grue de chantier
    • mais également un appareil de levage et de manutention réservé aux lourdes charges.
Grue d'atelier
Grue d'atelier
  • Tandis que dans le registre familier :
    • c'est une femme niaise,
    • ou une femme facile et vénale,
    • et donc, par extension, une prostituée.

 

"Faire la bête à deux dos".

J'ai toujours trouvé amusante cette expression du registre familier qui signifie "copuler", "avoir des relations sexuelles".

Sacrées paronomases : nous l'avons échappé belle ! ou Comment des fabricants d'aphrodisiaques biologiques (à distinguer des vulgaires maraîchers, producteurs de carottes ou de bananes !) espèrent multiplier leurs ventes grâce aux noms savamment étudiés de leurs produits.

Images de coeurs rouges

Sans doute l'avez-vous remarqué, les publicitaires raffolent des paronomases, ces figures de style consistant à employer dans une même phrase des mots au son à peu près semblables, mais au sens différent, du type « Qui vole un oeuf, vole un boeuf ! » ou « À la tienne, Étienne ! ».

De « Legal, le goût ! » ou « Sader, ça adhère ! » à « Vas-y Wasa », notre imaginaire collectif regorge donc de slogans en forme de paronomase.

Peu de noms de produits en revanche, à ma connaissance, avaient recours à ce procédé. Mais certains sont décidément capables de faire vraiment très fort lorsqu'il s'agit de baptiser leurs nouvelles créations.

Ainsi du service mercatique des Laboratoires Claude, sis à Paris (75) et spécialisés dans les aphrodisiaques « biologiques » (sic) , que la lecture d'une publicité au sein du magazine gratuit « Senior Régions, le magazine d'infos des + de 50 ans », m'a en effet permis de découvrir.

Jugez-en plutôt : cette honorable maison, à l'évidence dotée de personnels à l'imagination aussi torride que débridée, propose à sa clientèle féminine le « sublimateur de libido » « Céline féline » !

Mais aussi, pour ses clients masculins, le « provocateur d'érection » « Virgile viril ». Et, enfin, le « retardateur de jouissance » « Gaston étalon » !!

Sans doute frémissez-vous, comme moi, à l'idée qu'Hercule puisse prochainement être, lui aussi, mis à contribution !

"Le puceau n'est pas le petit de la puce !".

  • Ce vocable du registre familier est en effet construit à partir d'une masculinisation du mot "pucelle" et il désigne un homme n'ayant jamais eu de relation sexuelle.
  • On l'utilise également par plaisanterie, pour désigner un jeune garçon.
  • Ou, en argot, pour parler d'un novice dans une activité.

On dit ainsi par exemple : "Durant la guerre Algérie, les appelés étaient évidemment tous des puceaux de la guerre".

"Une pucelle".

Ce mot peut désigner, selon les circonstances, :

  • une femme n’ayant jamais eu de relation sexuelle,
  • chez les militaires, un insigne réglementaire métallique porté sur la poitrine et indiquant la formation d’appartenance (registre familier),
  • une jeune fille d’humble condition, gagnant sa vie à travailler de ses mains, et particulièrement une servante, dans le registre familier, autrefois,
  • et enfin, par extension, autrefois également, une fontaine d'eau en plomb telle qu'on en trouvait dans les cuisines.