"La truculence", "Truculent" ou "Truculente".

  • "La truculence" est un substantif féminin désignant le caractère de ce qui est truculent.
  • et "Truculent" ou "Truculente" est un adjectif signifiant :
    • autrefois (registre désuet) : qui a un aspect ou une apparence farouche, terrible, un comportement brutal, violent, excessif.
    • et de nos jours, dans le registre soutenu : haut en couleur, plein de pittoresque et de vigueur ; libre, cru, qui étonne et réjouit par ses excès.

On dit par exemple : "J'aime l'humour truculent de cet artiste".

Ou : "Il y a dans cette comédie des personnages plus truculents les uns que les autres".

Sources : Le Robert, wiktionary.org et www;cnrtl.fr

Ne pas confondre : "Infecter" et "Infester" !

Ces deux verbes paronymiques du langage courant sont souvent confondus, alors qu'ils possèdent des significations sensiblement différentes :

  • "Infecter" signifie en effet :
    •  contaminer ; communiquer, transmettre des germes infectieux ou des microbes susceptibles de produire une infection générale ou locale.

On dit par exemple : "Il faudra vérifier que cette plaie ne s'infecte pas".

    • par analogie :
      • empester, empuantir, répandre une odeur infecte ; imprégner l'air ou un lieu d'émanations malsaines, puantes.

On dit par exemple : "Un ivrogne assoupi infecte le wagon".

      • contaminer un ordinateur par un logiciel malveillant.

On dit par exemple : "Ce virus risque d'infester tous nos ordis".

    • et au figuré : contaminer, corrompre, rendre infect, souiller moralement.

On dit par exemple : "Cette revue infecte l'esprit de nos enfants".

  • tandis que "Infester" signifie :
    • lorsqu’on parle d’animaux ou de plantes nuisibles : envahir et foisonner, pululler ; se répandre à profusion au point de causer des dommages.

On dit par exemple : "Les mauvaises herbes infestent mon jardin".

Ou : "Les souris infestent le grenier de ma maison de campagne".

    • lorsque l'on parle de personnes, dans le registre soutenu : ravager (un lieu) par des actes violents, des attaques incessantes ou réitérées.

On dit par exemple : "Des bandes organisées infestent certaines banlieues".

Ou : "Les pirates infestent nos côtes".

    • et en médecine, lorsqu'on parle de parasites : entrer dans l'organisme et l'envahir.

On dit par exemple : "L'organisme de mon patient est infesté de parasites".

Ce dernier sens se rapproche évidemment du premier sens du verbe "Infecter", mais l'idée de contamination est absente du verbe"Infester".

Ce qui n'empêche pas un agent qui infeste l'organisme d'être une cause d'infection ! Ainsi, une gorge "infestée" de staphylocoques peut s'"infecter".

Mais qui a dit que le français était une langue compliquée ?

Sources : Le Robert, www.cnrtl.fr, bdl.oqlf.gouv.qc.ca et www.larousse.fr

"Un rictus".

Le chanteur et acteur états-unien Elvis Presley faisant un rictus

Ce substantif masculin nous vient directement du latin "Rictus" signifiant "Ouverture de la bouche".

Et il désigne, dans le registre soutenu : une contraction des muscles de la face et notamment de la bouche, donnant au visage l'expression ou l'aspect d'un rire crispé, forcé et silencieux ou d'un sourire grimaçant, traduisant souvent des sentiments tels que la jalousie, la colère, la méchanceté ou la douleur.

On dit par exemple : "Son visage aborait un rictus de douleur".

Ou : "Je n'ai pas beaucoup apprécié ton rictus moqueur lorsque je t'ai dit que j'avais fait un mariage d'amour".

Sources : Google, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"La polymathie" et "Un polymathe".

On ignore souvent, me semble-t-il la signification de ces deux substantifs du registre soutenu.

Peu fréquemment employés, ils désignent respectivement :

  • "La polymathie" : la connaissance approfondie d'un grand nombre de sujets différents, en particulier dans le domaine des arts et des sciences.

On dit par exemple : "Rares sont les scientifiques à avoir la polymathie de Descartes !".

  • et "Un polymathe" : une personne possédant beaucoup de connaissances dans de nombreux domaines  ; plus communément appelée "une personne d'esprit universel" ou - par ellipse - "un génie universel".

On dit par exemple : "N'étant pas polymathe, il est je pense tout à fait normal que je ne sois pas capable de lire la thèse de doctorat de mon neveu biologiste".

Source : wikipedia.org

"Un linceul".

Un linceul

Ce substantif masculin désigne :

  • au sens propre :
    • dans le registre désuet : un drap, un rideau, ou un couverture de lin.

Le terme "Linceul" vient en effet du latin "Lintoleum" ("Petite pièce de lin") et était à l'origine le nom usuel du "Drap de lit".

    • de nos jours, dans le langage courant : une pièce de toile dans laquelle on enveloppe le corps d'un mort avant de l'ensevelir. Que l'on appelle également "Un suaire".
Un linceul (rite funéraire juif)
Un linceul (rite funéraire juif)
  • et au sens figuré, dans le registre soutenu : ce qui couvre ou enveloppe complètement.

On dit par exemple : "Le paysage est recouvert d'un linceul de neige".

Ou : "Le monument émergeait à peine de son linceul de sable".

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"La célérité".

J'adore ce charmant substantif du registre soutenu que j'utilise régulièrement et qui signifie :

  • rapidité, vitesse, promptitude d'exécution.

On dit par exemple : "Je vous remercie vivement pour votre célérité" lorsque l'on a été agréalement surpris par la rapidité avec laquelle une personne à répondu à l'une de nos demandes.

  • ou : la vitesse de propagation d'une onde, en physique.

Source : Le Robert

 

 

 

"Un courroux", "Courroucer quelqu'un" ou "Être courroucé".

J'aime beaucoup ces trois jolis mots qui  relèvent du registre soutenu et signifient respectivement :

  • "Un courroux" (substantif masculin) : une irritation véhémente, un vif agacement.

On dit par exemple : "Je pressens chez le président un terrible courroux".

  • "Courroucer" quelqu'un (verbe) : agacer vivement, irriter.

On dit par exemple : "Votre attitude me corrouce prodigieusement".

  • Être "courroucé" (adjectif) : être vivement agacé, furieux.

On dit par exemple : "Le directeur était très courroucé par ces nouvelles dégradations".

10 façons de dire : "Prendre pour un idiot" ou "Tu me prends pour un idiot !".

Dans le langage courant, on peut naturellement se contenter de formules telles que "Tu me prends pour un abruti !" ou "Tu me prends pour un crétin !".

Mais comme souvent, cependant, le registre familier s'avère bien plus parlant. Ainsi, en utilisant les idiotismes alimentaires "Tu me prends pour un jambon !" ou "Tu me prends pour une quiche !", vous affirmez bien plus nettement votre courroux !

De même qu'avec les idiotismes animaliers "Tu me prends pour une buse !" ou "Tu me prends pour une tanche !".

Et ce beaucoup plus, à mon sens, qu'en usant du registre argotique avec "Tu me prends pour un con !", "Tu te fous de moi !" ou "Tu te fous de ma gueule !".

Lequel registre argotique est même - pour moi - devancé par le registre soutenu : "Tu fais injure à mon intelligence !"

 

"Être à la merci de quelque chose ou de quelqu'un".

Cette locution prépositive du registre soutenu signifie : être sous la menace de quelque chose ou sous le pouvoir de quelqu’un.

On dit par exemple : "Perdu, isolé, sans armes, j'étais à la merci d'une bête féroce".

J'explique dans un autre article, dont je vous recommande la lecture, comment le substantif féminin "Merci" employé ici n'a rien à voir avec le substantif masculin homophonographe du langage courant, synonyme de "remerciement", que l'on utilise pour remercier.

Source : wiktionary.org

"Enorgueillir" ou "S'enorgueillir".

Ces jolis verbes du registre soutenu signifient respectivement :

  • "Enorgueillir": rendre orgueilleux, flatter dans sa vanité.

On dit par exemple : "Je le confesse : la fréquentation sans cesse croissante de J'aime les mots m'enorgueillit".

  •  "S'enorgueillir" : se glorifier, tirer orgueil ou  tirer vanité de quelque chose.

On dit par exemple : "Je m'enorgueillis d'avoir rencontré, adolescent, dans la deuxième moitié des années 1970, quelques uns des plus grands noms de la bande dessinée franco-belge".

"Qu'est-ce-que tu fous ?", "Qu'est-ce que tu fiches ?", "Qu''est-ce que tu fabriques ?" ou "Que fabriques-tu ?".

Ces différentes locutions verbales interrogatives, qui ne doivent pas manquer d'interloquer nos amis étrangers signifient simplement : "Que fais-tu ?" ou "Qu'est-ce que tu es en train de faire ?" (langage courant).

Ou "Qu'es-tu en train de faire ?" (registre soutenu).

  • "Qu'est-ce-que tu fous ?" appartient au registre argotique,
  • "Qu'est-ce que tu fiches ?" appartient au registre familier,
  • tandis que "Qu''est-ce que tu fabriques ?" et "Que fabriques-tu ?" appartiennent au langage courant.