"En vain".

J'aime bien cette locution adverbiale qui relève du registre soutenu.

Invariable, elle signifie : sans obtenir le moindre résultat ; vainement, inutilement, en pure perte, sans espoir, sans effet.

On dit par exemple : "Il ne viendra plus : tu l'attends en vain".

Ou : "Je ne me suis pas sacrifié en vain : mes enfants ont réussi leurs études".

Sources : www.larousse.fr et www.linternaute.fr

Ne dites pas : "Putain : j'ai paumé la caisse de ma frangine !" !

Mais : "Castatrophe : j'ai perdu la voiture de ma petite soeur !" (langage courant).

Ou : "Malédiction ! J'ai égaré l'automobile de ma soeur cadette" (registre soutenu).

Cela vous permettra de hausser votre niveau de langue, en passant du registre vulgaire et du registre argotique au langage courant et au registre soutenu.

"Faire la grâce de".

J'aime beaucoup cette formule du registre soutenu.

Elle signifie, selon le contexte :

  • épargner quelque chose à quelqu'un, l'en dispenser,

On dit par exemple : "Le président m'a fait la grâce de m'obliger à réécrire l'intégralité de son discours".

Ou : "C'est trop de grâce que vous me faîtes !".

  • ou : lui accorder une faveur à laquelle il ne pouvait pas nécessairement prétendre.

On dit par exemple : "Faîtes-moi la grâce de penser que je ne suis pas assez sot pour avoir déclaré pareille sottise !".

Sources : dictionnaire.reverso.net, www.linternaute.fr et wiktionary.org

"Prolixe" et "La prolixité".

"Prolixté" est substantif féminin appartenant au registre soutenu.

Et il désigne :

  • le caractère, défaut de celui qui est "prolixe", trop long dans ses discours ou ses écrits.

On dit par exemple : "J'ai beau savoir que ma prolixité peut déranger mes interlocuteurs, j'ai beaucoup de mal à ne pas monopoliser la parole et trop parler".

  • et par métonymie : la longueur excessive d'un exposé oral ou d'un écrit.

Ce peut concerner aussi bien une personne que ses paroles ou ce qu'elle écrit.

On dit par exemple : "Malheureusement, lLa prolixité de ton discours a empêché ton auditoire de percevoir l'essentiel".

Sources : Le Robert et www.cnrtl.fr

"Les fèces".

Ce substantif féminin pluriel est issu du latin "Faeces", pluriel de "Faex" signifiant "Résidu".

Et il désigne, selon le contexte :

  • les excréments solides de l’homme ou des animaux, formés des résidus de la digestion.

Issus du tube digestif, ils sont expulsés par l'anus lors de la défécation, et constitués de substances ou particules non assimilées et d'une masse de micro-organismes.

Des fèces humaines (excréments)
Des fèces humaines (excréments)
Des fèces (excréments) de chevreuil
Des fèces (excréments) de chevreuil
Des fèces (excréments) de sanglier
Des fèces (excréments) de sanglier
  • dans le domaine de la pharmacie (registre désuet) : le sédiment qui reste au fond d’un liquide trouble, après qu’on l’a laissé reposer.
  • et dans le domaine de la vitrerie : les dépôts qui se forment au fond des barriques d’huile, et que l’on employait pour faire le mastic.

Sources : wikipedia.org et wiktionary.org

49 façons de dire "Bavarder".

Trois jeunes femmes bavardant et riant

"Bagouler", "Baver", "Jacter", "Jaspiller" et "Tailler une bavette" appartiennent au registre argotique.

Et "Baratiner" au registre populaire.

"Bavasser", "Causer", "Dégoiser", "Faire des cancans", "Jaspiner", "Papoter", "Parloter", "Piapiater" et "Tchatcher" relèvent du registre familier.

De même que "Clabauder", "Jaboter", "Lantiponner", "Potiner" et "Ragoter", qui relèvent également du registre désuet.

Ou "Babeler" qu'utilisent nos amis belges et "Babiner" qu'utilisaient nos amis québecois.

"Babiller", "Commérer", "Déblatérer", "Dire des frivolités", "Dire des futilités", "Discuter", "Échanger", "Échanger des banalités", "Échanger des propos", "Faire des commérages", "Palabrer", "Parler de choses futiles", "Parler de la pluie et du beau temps", "Parler de tout et de rien", "Parler inutilement" ou "Parler pour ne rien dire" appartiennent au langage courant.

Ainsi que "Cailleter", "Cancaner", "Caqueter","Jacasser" et "Jaser", utilisés au sens figuré, puisqu'ils s'utilisent ordinairement à propos du cri des caillettes, canards, poules et pies.

Enfin, "Confabuler", "Converser", "Deviser", "Discourir", "Dissserter", "Pérorer", "S'entretenir" relèvent du registre soutenu.

"Une déficience".

Ce joli substantif fémin nous vient du latin "Deficientia" ("Afaiblissement") et relève du registre soutenu.

Et il désigne : une défaillance, une faiblesse, une insuffisance intellectuelle ou physique.

On dit par exemple : "Le fils de mes voisins est malheureusement atteint d'une omportante déficience intellectuell"".

Ou : "En raison de sa déficience physique, on ne peut pas compter sur mon père pour nous aider à construire cette grange".

 

"Opportun" ou "Opportune".

Ce joli adjectif appartient au registre soutenu.

Et il qualifie ce qui survient à propos, aux moment, circonstance, lieu ou situation qui conviennent.

On dit par exemple : "La cavalerie est intervenu au moment opportun".

Ou : "Ta remarque sur le divorce n'était guère opportune : notre invité vient d'être quitté par sa femme après seulement six mois de mariage".

  • L'adverbe correspondant à l'adjectif "Opportun" est "Opportunément".

On dit par exemple : "Ma secrétaire est apparue opportunément lorsque que mon patron commençait à m'expliquer ses problèmes de piscine et de toiture".

  • Son antonyme est "Inopportun" ou "Inopportune".

On dit par exemple : "Ma femme est pénible : elle a trouvé inopportun que je lui raconte ma réunion pendant qu'elle effectuait un créneau soi-disant difficile".

  • Et l'adverbe correspondant "Inopportunément".

On dit par exemple : "Essaye de ne pas arriver chez tes beaux-parents inopportunément comme la dernière fois, lorsque ton beau-père massait la femme de ménage".

"Imputrescible" et "L'imputrescibilité".

Ces deux mots relèvent du registre soutenu.

Et ils désignent respectivement :

  • "Imputrescible" (adjectif) : ce qui ne peut pas se putréfier, pourrir, comme par exemple le verre.

On dit par exemple : "Le teck étant un bois imputrescible, on l'utilise souvent pour le mobilier de jardin".

  • et "L'imputrescibilité" (substantif féminin) : la capacité de certains matériaux ou composés de ne pas se putréfier, pourrir.

Certaines substances sont imputrescibles par nature, d'autres le deviennent par l'ajout d'un produit tiers. Ajouts mis à part, les produits organiques sont généralement moins imputrescibles que les minéraux et pourrissent donc plus facilement. Mais certains, relativement courants, tels que la paraffine ou le miel le sont autant.

La présence d'eau ou d'humidité est essentielle car elle constitue souvent un déclencheur de l'apparition de pourriture.

Pour cette raison, on utilise parfois des produits toxiques pour empêcher la putréfaction de produits devant rester quelque temps en solution aqueuse. Rendre imputrescible, du moins un temps, une colle blanche par exemple, est ainsi un enjeu très important.

Source : wikipedia.org