Edgar Morin

Le sociologue et philosophe français Edgar Morin

Il s'agit du nom de guerre - conservé après-guerre comme nom d'usage - du sociologue et philosophe français Edgar Nahoum, né le 8 juillet 1921.

Cet éminent chercheur en sciences sociales, penseur de la "pensée complexe", a toujours été un homme politiquement engagé.

Dès 1936, pendant la guerre d'Espagne, son premier acte politique, est d’intégrer, à l'âge de 15 ans, une organisation libertaire antifasciste, pour préparer des colis à destination de l’Espagne républicaine. En 1938, il rejoint les rangs du Parti frontiste, une petite formation de la gauche pacifiste et antifasciste.

En 1942, il obtient une licence en histoire et géographie et une licence en droit, avant de rentrer dans la Résistance communiste.

En 1943, il est commandant dans les Forces françaises combattantes sous son véritable patronyme d'Edgar Nahoum, et est homologué comme lieutenant.

Lors d'une réunion de résistants à Toulouse (31), il se présente sous le nom de guerre d'Edgar "Manin", en référence au personnage de Malraux dans "La condition humaine". Mais une camarade comprend "Morin" et il ne cherche pas à rectifier.

Membre du PCF depuis 1941, il s'en éloigne à partir de 1949 et en est exclu en 1951.

En 1955, il est l'un des quatre animateurs du Comité contre la guerre d'Algérie.

Cofondateur de la revue "Arguments" en 1956, il dirige, de 1973 à 1989, le CECMAS (Centre d'Etudes des Communications de MASse) qui publie des recherches sur la télévision et la chanson dans la revue "Communications".

Directeur de recherche émérite au CNRS depuis 1993, Edgar Morin est docteur honoris causa de plusieurs universités à travers le monde.

Son travail exerce une forte influence sur la réflexion contemporaine, notamment dans le monde méditerranéen et en Amérique latine, et jusqu'en Chine, Corée ou au Japon.

Il a créé et préside l’APC (Association pour la Pensée Complexe).

Et il s'est marié en 2012, à l'âge 91 ans, avec la sociologue Sabah Abouessalam, de 38 ans sa cadette.

Source : wikipedia.org

"François Perrot".

L'acteur français François Perrot

Il s'agit du nom de scène de l'acteur français Fernand Perrot, né le 26 février 1924 et mort le 20 janvier 2019.

J'adorais cet acteur, dont le grand public ignore malheureusement souvent le nom.

Et cela en dépit de la qualité de son jeu, de la longévité de sa carrière et de l'importance de sa filmographie, au cinéma comme à la télévision, qui court sur pas moins de 60 ans, de 1954 à 2013 !

Acteur et metteur en scène de théâtre, François Perrot avait débuté en 1951 dans la troupe de Louis Jouvet, puis au TNP dirigé par Jean Vilar.

Son allure distinguée et son apparence bourgeoise l'avait ensuite amené au cinéma, où il a souvent interprèté les notables ou les dirigeants - plusieurs directeurs de banque notamment -, plus ou moins respectables, excellant dans les rôles de salopards et dans l'humour pince-sans-rire.

L'acteur français François Perrot

On se souvient notamment de lui dans des films tels que « Le corps de mon ennemi » de Georges Lautner (1976), « Pour cent briques, t’as plus rien... » de Édouard Molinaro (1982), « Attention ! Une femme peut en cacher une autre » de Georges Lautner (1983), « Banzaï » de Claude Zidi (1983), ou « Les Morfalous » de Georges Lautner (1984) avec Jean-Paul Belmondo, dans lequel Michel Audiard faisait déclarer à Marie Laforêt « C’est bien la première fois qu’il fait des étincelles avec sa bite » !

Pour ma part, je l'avais adoré dans deux films de Bertrand Tavernier :« Coup de torchon » (1983) et « La vie et rien d'autre » (1989).

Source : wikipedia.org

"Smaïn".

L'humoriste français Smaïn

Il s'agit du nom de scène de l'acteur et humoriste français Smaïn Faïrouze, né le 3 janvier 1958.

Né en Algérie, de père et de mère inconnus, il a deux ans, lorsqu'il rejoint sa famille d'accueil en France ; un père adoptif algérien et une mère adoptive marocaine.

Smaï débute au café-théâtre dans les années 1980 en se produisant dans de petits cabarets parisiens. Plus tard, il fait la connaissance de Philippe Bouvard qui lui offre une place dans son "Théâtre de Bouvard". C'est là qu'il élargit son cercle amical en rencontrant Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus et Seymour Brussel, avec lesquels il monte l'éphémère groupe humoristique "Les Cinq".

L'éphémère groupe humoristique "Les Cinq", en 1985, sur le tournage du film "Le téléphone sonne toujours deux fois !!" de Jean-Pierre Vergne, avec les futurs "Inconnus" Didier Bourdon (debout, à droite), Bernard Campan (au milieu, sur le mur) et Pascal Légitimus (à gauche, sur le mur), Smaïn (à droite sur le mur) t Seymour Brussel (debout, à gauche).
L'éphémère groupe humoristique "Les Cinq", en 1985, sur le tournage du film "Le téléphone sonne toujours deux fois !!" de Jean-Pierre Vergne, avec les futurs "Inconnus" Didier Bourdon (debout, à droite), Bernard Campan (au milieu, sur le mur) et Pascal Légitimus (à gauche, sur le mur), Smaïn (à droite sur le mur) et Seymour Brussel (debout, à gauche).

Après un an cependant, Smaïn choisit de se produire seul.

L'humoriste français Smaïn

Peu à peu, il rencontre le succès et enchaîne les spectacles au fil des années : "A star is beur" en 1986, "T'en veux ?" en 1989, et "Comme ça se prononce" en 1996, spectacle pour lequel il obtient le Molière du meilleur one-man-show, après avoir obtenu une Victoire de la musique dans la catégorie " "Humoriste" en 1992.

Source : wikipedia.org

"Un rabelaisant" ou "Une rabelaisante" et "Un rabelaisien" ou "Une rabelaisienne".

Tous ces substantifs se rapportent naturellement à l'écrivain français de la Renaissance François Rabelais

L'écrivain français François Rabelais

Mais - à la différence des adjectifs homonymes -, leurs significations sont très proches les unes des autres, puisque, en effet, :

  • "Un rabelaisant" ou "Une rabelaisante" désignent une personne qui étudie ou est spécialiste de Rabelais et de son œuvre.

On dit par exemple : "J'ai suivi avec bonheur les cours d'un rabelaisant émérite".

  • tandis que "Un rabelaisien" ou "Une rabelaisienne" désignent un connaisseur de Rabelais et de son oeuvre, un partisan de sa doctrine ou un écrivain dont l'oeuvre s'inspire de Rabelais.

On dit par exemple : "Molière était un grand rabelaisien".

Voir également mon article "Rabelaisant" ou "Rabelaisante" et "Rabelaisien" ou "Rabelaisienne" ainsi que ma collection consacrée à "L'héritage langagier de Rabelais".

Line Renaud

La chanteuse française Line Renaud

Il s'agit du nom de scène de la chanteuse, meneuse de revue et actrice française Jacqueline Ente, née le 2 juillet 1928.

Après avoir chanté, dès l'âge de 14 ans au sein de l'orchestre de Radio-Lille sous le nom de "Jacqueline Ray", elle commence à travailler dans le music-hall à Paris en 1945 et décroche son premier engagement aux Folies-Belleville.

La chanteuse française Line Renaud et le compositeur de chansons Loulou Gasté

Elle y rencontre le compositeur de chansons Loulou Gasté (1908-1995), de vingt ans plus âgé qu'elle, qui lui fait prendre un nom de scène. Elle choisit "Renaud", empruntant à sa grand-mère Marguerite Renard son patronyme, en changeant une lettre. Elle l'épouse en 1950 et il restera son mari jusqu'à sa mort en 1995.

La chanteuse française Line Renaud et le compositeur de chansons Loulou Gasté

En 1947, elle enregistre "Ma cabane au Canada", qui reçoit le Grand Prix du disque en 1949. Puis Line Renaud enchaîne les succès avec des titres comme "Étoile des neiges" (1950), "Ma p'tite folie" (1952), "Mademoiselle from Armentières" (1952) ou "Le Chien dans la vitrine" (1952).

"La demoiselle d'Armentières", telle qu'elle fut longtemps surnommée, du nom de l'une de ses chansons, commence ainsi une brillante carrière, qui la fera connaitre un peu partout dans le monde.

Elle chante en 1954 au Moulin rouge, faisant salle comble, récoltant plusieurs prix cette année-là, ce qui suscita la jalousie d'Édith Piaf.

La chanteuse française Line Renaud

La même année, elle part aux États(Unis d'Amérique chanter dans des palaces de New York et Los Angeles (Californie), ainsi qu'à la télévision, dans le célèbre Ed Sullivan Show. Elle est ainsi la première française à paraître dans un spectacle à la télévision états-unienne, déjà en couleurs, où elle chante en duo avec Dean Martin.

Fin 1955, elle est la première interprète française à reprendre une chanson Rock and Roll : "Tweedle Dee" de Lavern Baker.

Affiche du spectacle "Plaisirs" au Casino de Paris, avec en vedette la meneuse de revue Line RenaudAffiche du spectacle "Désirs de Paris" au Casino de Paris, avec en vedette la meneuse de revue Line RenaudAffiche du spectacle "Parisline" au Casino de Paris, avec en vedette la meneuse de revue Line Renaud

En 1959, elle devient meneuse de revue au Casino de Paris, puis elle est engagée au Dunes, un casino de Las Vegas (Nevada) entre 1963 et 1965.

La chanteuse française Line RenaudLin Renaud meneuse de revue

Fréquentant Nate Jacobson, le fondateur du Caesars Palace de Las Vegas (Nevada), son amant pendant 18 ans, elle participe par ailleurs à la création de cet hôtel-casino (au niveau de la décoration et de la salle de spectacle).

En avril 1960, elle est la marraine de Johnny Hallyday pour sa première apparition télévisée dans l'émission "L'école des vedettes" d'Aimée Mortimer.

Elle présente à la télévision l'émission "Line directe" dans les années 1970.

Durant la même décennie, elle est productrice de spectacles et, dans les années 1980, elle produit le show télévisé "Telle est Line" sur Antenne 2, et commence une carrière au théâtre.

Dans les années 1990, elle devient directrice artistique de l'hôtel casino Paris las Vegas, auquel elle permet d'obtenir de Jean Tibéri, maire de Paris (75) l'autorisation de construire une réplique de la tour Eiffel sur le bâtiment.

Vice-présidente de l'association Sidaction, elle est également directrice des Éditions Loulou Gasté depuis 1996.

En 2005 on lui dédie une étoile sur le Las Vegas Walk of Stars.

La chanteuse français Line renaud, devant le panneau de la rue à son nom, à Las Vegas (Nevada), près d'une entrée secondaire du casino Caesars's Palace

Et en octobre 2017, elle inaugure une rue portant son nom à Las Vegas (Nevada). La "Line Renaud Road" se trouve non loin des rues portant les noms de ses amis Frank Sinatra et Dean Martin. Située à proximité du mythique Strip, la gigantesque artère qui traverse la ville, cette voie permet d'accéder à une entrée secondaire du casino Caesars Palace.

Source : wikipedia.org

Jacqueline Ray

La chanteuse française Line Renaud

Il s'agit du tout premier nom de scène de la chanteuse française Jacqueline Ente, connue sous son second nom de scène, Line Renaud.

Ayant échoué à 14 ans au certificat d'études primaires, elle est repérée lors du concours d'entrée au conservatoire de Lille : le soir même de son audition le directeur de Radio-Lille lui propose d'intégrer son orchestre, au sein duquel elle se fait connaître sous ce nom de "Jacqueline Ray".

Source : wikipedia.org

15 façons de dire "Un établissement où se pratique la prostitution".

Une maison close, autrefois

J'ai toujours été très étonné par la richesse du vocabulaire français permettant de désigner ce type d'établissement. Laquelle est, je pense, tout à fait révélatrice de l'importance occupée par ce type de lieu dans la société française d'avant avril 1946.

Ce n'est en effet le 13 avril de cette année-là que date la loi Marthe Richard abolissant le régime de la prostitution, réglementée en France depuis 1804, et ordonnant leur fermeture. Fermer des "maisons closes", il n'y avait que l'administration française pour prendre une telle décision !

Le terme le plus courant et le plus célèbre est "un bordel", qui appartient au registre argotique.

Sans surprise, c'est bien sûr dans ce registre que l'on trouve le plus de mots synonymes, avec : "un bobinard", "un boxon", "un claque" ou "une taule".

Mais également les apocopes "un box" (pour "un boxon") et "un clandé" (pour "un établissement clandestin").

Ainsi que "un BMC" ou "un Bordel Militaire de Campagne", qui relèvent par ailleurs du vocabulaire et du jargon militaire.

Dans le langage courant nous trouvons : "une maison", par ellipse de "une maison close", "une maison de passe" ou "une maison de tolérance".

Enfin, le registre soutenu nous propose "un lupanar".

"CR7", "C air 7", "Ronaldo" ou "Cristiano Ronaldo".

Le joueur de football portugais Cristiano Ronaldo

Il s'agit des différents surnoms et noms d'usage du joueur international de football portugais Cristiano Ronaldo dos Santos Aveiro, né le 5 février 1985 et couramment désigné de ses seuls prénoms voire premier prénom.

  • "CR7" fait référence aux initiales de ses prénoms et à son numéro, qui correspond au poste d'ailier droit.
  • Et "C air 7" est un calembour faisant référence à la prodigieuse détente de Cristiano Ronaldo, parfois comparée à celle du joueur de basket-ball états-unien des années 1980 et 1990 Michael "Air" Jordan.

Ses performances exceptionnelles et sa magnifique carrière lui ont permis d'éclipser "l'autre Ronaldo", portant double lauréat du Ballon d'or, en 1997 et 2002, le joueur de football brésilien Ronaldo Luis Nazario de Lima, né le 22 septembre 1976, couramment appelé - lui aussi - "Ronaldo" et surnommé "Il fenomeno".

L'impressionnante musculature du joueur de football portugais Cristiano Ronaldo

Son acharnement au travail et son physique exceptionnel - qu'il se plait à exhiber - lui permettent en effet de marquer des buts d'anthologie dont les images ont fait le tour de la planète et marqué les esprits :

L'incroyable retourné acrobatique de Cristiano Ronaldo le 4 avril 2018, contre la Juventus de Turin, en quart de finale aller de la Ligue des champions.
L'incroyable retourné acrobatique de Cristiano Ronaldo le 4 avril 2018, contre la Juventus de Turin, en quart de finale aller de la Ligue des champions.
Le fantastique but marqué de la tête par Cristiano Ronaldo, le 18 décembre 2019, face à la Sampdoria de Gênes
Le fantastique but marqué de la tête par Cristiano Ronaldo, le 18 décembre 2019, face à la Sampdoria de Gênes

Lire la suite

"Michael "Air" Jordan", "His airness" ou "MJ".

Le joueur de basket-ball états-unien Michael Jordan

Il s'agit des surnoms du joueur de basket-ball états-unien Michael Jordan, né le 17 février 1963.

Michael Jordan a évolué dans le championnat nord-américain professionnel de basket-ball, la NBA (National Basketball Association), de 1984 à 2003.

Selon la BBC et la NBA, "Michael Jordan est le plus grand joueur de basket-ball de tous les temps".
Il est également considéré comme l'un des plus grands champions de tous les temps, tous sports confondus, et a indéniablement contribué à populariser le basket-ball et la NBA à travers le monde dans les années 1980 et 1990.

Le joueur de basket-ball états-unien Michael Jordan

Michael Jordan a rejoint alors les Bulls de Chicago en NBA en 1984.

Rapidement réputé pour être l'un des meilleurs défenseurs du championnat, il s'impose comme une vedette grâce à ses excellentes statistiques.

Le joueur de basket-ball états-unien Michael "Air" Jordan en extension

Sa détente et ses capacités de saut lui ont valu les surnoms de "Air Jordan" et "His Airness" ("sa légèreté").

Le joueur de basket-ball états-unien Michael "Air" Jordan en extension

Lire la suite