"Commettre".

Le verbe "Commettre" signifie :

  • au sens propre : accomplir une action blâmable.

On commet par exemple un méfait, un crime ou un vol.

  • dans le domaine juridique : désigner, nommer quelqu'un à une fonction déterminée.

On commet par exemple un rapporteur. Et l'on commet d'office un avocat.

  • et, par dérision : être l'auteur d'un ouvrage ou d'un texte irrespectueux, critiquable, ou considéré comme plus ou moins valable.

    On dit par exemple : "Vous avez ensuite commis ce petit livre, devenu culte".

    Et c'est dans cette acception, que je l'utilise le plus souvent dans J'aime les mots.

    Source : www.larousse.fr

 

"La nomenklatura".

Ce terme russe désignait, avant 1990, l'élite du parti communiste de l'URSS et de ses satellites du bloc communiste et correspond à l'expression actuelle "Les princes rouges" pour la Chine du XXIe siècle.

Par extension, il désigne l'ensemble des privilégiés d'un régime, d'une organisation ou d'une société.

"Victorinox".

Cette marque suisse doit sa notoriété planétaire au légendaire "couteau suisse", fabriqué depuis la fin 1891 pour l'armée suisse.

La société a été fondée en 1884 par Karl Elsener à Ibach (canton de Schwytz) (Suisse).

Et la marque s'est d'abord appelé "Victoria", de 1909 à 1921, en hommage au prénom de la mère de Karl Elsener.

Avant de devenir "VICTORINOX" (VICTORia INOX) en 1921.

Forte de son succès, elle s'est successivement étendue aux montres (1996), à la bagagerie (1999) et aux parfums (2009).

"Un couteau suisse".

Cette locution nominale désigne :

  • au sens propre, un couteau de poche multifonction constitué d'un couteau à lame pliable dont le manche abrite, outre une ou plusieurs lames, de nombreux outils : ouvre-boîte, tournevis plat, poinçon, tire-bouchon, etc.

La lame du couteau et les outils étant pliables dans le manche, le couteau suisse conserve un format de poche tout en assurant de multiples fonctions.

Il est né d'une demande de l'armée suisse, qui commanda, en janvier 1891, quinze mille couteaux pliants pour ses soldats, devant servir entre autres à manger et à démonter leur fusil.

Temporairement fournis, en octobre 1891, par le fabricant allemand de couteaux Wester & Co. de Solingen ( Rhénanie-du-Nord-Westphalie), il sont depuis lors fabriqués par la compagnie Karl Elsener à Ibach (canton de Schwyz), devenue par la suite "Victorinox".

Mais aussi, par extension, :

  • tout outil multifonction correspondant à de multiples usages,

On dit par exemple : "Ce véhicule est un véritable couteau suisse sur roue".

  • voire tout ce qui possède de multiples qualités ou compétences.

On dit par exemple : "Le JRI est un véritable couteau suisse".

Ayant souvent été utilisée à toutes les sauces, cette expression me semble aujourd'hui quelque peu galvaudée.

Source : wikipedia.org

"Tu m'en diras des nouvelles" ou "Vous m'en direz des nouvelles !"

Cette expression du registre familier signifie, au sens figuré, à propos de quelque chose de remarquable :

  • tu m’en donneras ton/vous m'en donnerez votre impression, que je pressens - selon les circonstances - favorable, positive ou dévavorable, négative,
  • et en particulier : nous en reparlerons tellement je suis convaincu que cela va te/vous plaire,

On dit par exemple : "Je te recommnde ce petit resto italien : tu m'en diras des nouvelles".

  • ou : par ironie : nous en reparlerons, car je pressens des désagréments à venir.

On dit par exemple : "Jacques veut à tout prix intégrer cette société qui a déjà gait faillite deux fois en trois ans. Tu m'en diras des nouvelles".

Sources : wiktionary.org et www.languefrancaise.net

39 façons de dire "Bien rire" ou "Rire beaucoup".

Un bébé qui rit

Le registre argotique est, comme souvent, très riche, puisque l'on peut utiliser les formules "Être pété de rire", "Rire à se pisser dessus", "Se bidonner", "Se fendre la gueule", "Se fendre la pêche", "Se fendre la pipe", "Se fendre la poire", "Se marrer", "Se marrer comme un bossu", "Se marrer comme un tordu", "Se marrer comme une baleine", "Se poiler", "Se taper une de ces poilades", "Se taper une énorme poilade" ou "Se taper une grosse poilade".

Le registre familier nous propose "Être mort de rire", "Être plié de rire", Être plié en deux", "Être tordu de rire", "Rigoler", "Rigoler comme un bossu", "Rigoler comme une baleine", "Rigoler comme un tordu", "Rigoler de bon coeur", "Rire comme un bossu", "Rire comme une baleine", "Rire comme un tordu", "S'en payer une bonne tranche", "S'en payer une tranche", "Se payer une bonne tranche de rigolade", "S'esclaffer", "S'esclaffer de rire", "Se gondoler", "Se taper des barres" ou "Se taper des barres de rire".

Et l'on peut également dire "Mourir de rire", "Pouffer de rire", "Rire à gorge déployée", "Rire à se tenir les côtes", "Rire aux éclats", "Rire de bon coeur", "Rire de toutes ses dents" ou "Se tordre de rire" dans le langage courant.

Pourquoi dire : "Feel the boost" ?

Comme le fait la firme allemande Adidas sur ses affiches de juillet 2019 vantant sa nouvelle chaussure de "running", "Ultraboost 19".

Et pas : "Sentez l'amélioration" !

Non : la marque aux trois bandes, préfère "traduire" son accroche publicitaire un peu plus bas par la formule "La sensation boost" !

Un petit peu comme si l'on traduisait l'expression "Do it yourself" ("Faites-le vous-même") par "Faites le yourself", en quelque sorte ?

Ces publicitaires prennent vraiment les français pour des crétins lorsqu'ils ne les présupposent pas tous polyglottes.

Pourquoi que l'fils à Mimile, qu'est pas veinard, i' doit toujours boire son chocolat chaud dans un verre ?

Réponse
Parce que son vieux (« son père », dans le registre argotique) manque de bols !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre l’expression « Manquer de bol » (« Manquer de chance » dans le registre familier) et la formule « Manquer de bols » (les récipients).
La même question dans le langage courant
« Pourquoi le fils d’Émile, qui est malchanceux, doit-il toujours boire son chocolat chaud dans un verre ?« .