"De quoi peut-on donc faire "trêve" ?".

Différentes locutions françaises utilisent la forme curieuse, "Trêve de" :

  • "Trêve de baliverne !" ou "Trêve de balivernes !",
  • "Trêve de bavardage !" "Trêve de bavardages !",
  • "Trêve de cérémonie !" ou "Trêve de cérémonies !",
  • "Trêve de commentaire !" ou "Trêve de commentaires !",
  • "Trêve d’enfantillage !" ou "Trêve d’enfantillages !",
  • "Trêve de plaisanterie !" ou "Trêve de plaisanteries !",
  • "Trêve de simagrée !" ou "Trêve de simagrées !",
  • et "Trêve de tergiversation !" ou "Trêve de tergiversations !".

Elles signifient toutes, au sens figuré, : "Assez de..." ou "Cessons de...", "et passons aux choses sérieuses !".

"Préhenseur", "Préhensif", "Préhensile" ou "Préhensive".

Ces quatre adjectifs parfaitement synonymes qualifient ce qui peut servir à prendre ou à saisir, en dehors de  sa fonction première.

Comme : une langue, un orteil, une pince ou une queue.

  • "Préhenseur" et "Préhensif" sont masculins.

On parle par exemple d'"Orteil préhenseur" ou d'"Orteil préhensif", chez le macaque.

  • "Préhensile" est masculin ou féminin.

On parle par exemple de "Doigt préhensile" ou de "Queue préhensile" chez le chimpanzé ou le pangolin.

Pangolin et sa queue préhensile

  • Et "Préhensive" est féminin.

On parle par exemple de "Langue préhensive" chez le caméléon.

Pourquoi dire : "Un copycat" ?

Et pas : "Un imitateur" !

Cette appellation désigne en effet une personne imitant les faits et gestes d'un héros de fiction ou d'une personne - souvent un délinquant notoire - régulièrement décrite dans les organes d'information.

L'imitateur peut ainsi se suicider de la même manière qu'une personne réelle ou qu'un personnage fictif, voire tuer suivant le modus operandi d'un tueur en série tel que les organes d'information l'ont décrit.

10 façons de dire "Merde !" sans le dire.

J'imagine qu'il peut occasionnellement vous arriver de souhaiter ardemment dire ou écrire le mot "merde" à quelqu'un ou en présence de quelqu'un, sans pour autant pouvoir réellement vous le permettre ; qu'il s'agisse d'une personne vis-à-vis de laquelle vous ne sauriez vous laisser aller à de telles grossièretés, ou d'un enfant auquel vous ne voulez pas donner le mauvais exemple.

Sachez, dans ce cas, que différentes possibilités s'offrent à vous :

À l'oral :

    • tout d'abord, si vous parvenez à vous contrôler très vite, avant même d'avoir fini de prononcer la première syllabe "Mer", vous pouvez classiquement vous exclamer : "M... iel !".
    • et si vous avez déjà prononcé cette première syllabe "Mer", il vous reste la possibilité de vous écrier : "Mer...credi !" ou "Mer...le !".
    • ou encore : "Mer... d'Aral !" ou "Mer... d'Azov !".

Cela aura le double mérite de ne pas écorcher les oreilles de vos interlocuteurs les plus jeunes et de prouver aux adultes que vous disposez d'un minimum de connaissances géographiques concernant les étendues maritimes intracontinentales propres à l'ancienne URSS !

La mer d'Aral, entre Kazakhstan et Ouzbékistan      La mer d'Aral, entre Kazakhstan et Ouzbékistan

      • La mer d'Aral est en effet un lac d'eau salée d'Asie centrale situé au milieu d'espaces désertiques et partagé entre le Kazakhstan au Nord et l'Ouzbékistan au Sud, aujourd'hui quasiment disparu (68 900 km2 en 1960 et 8 300 km2 en 2015).

Mais encore intact à la fin des années 1960, lorsque, enfant, je m'étais mis en tête de trouver des noms de mers commençant par "a" dans les 6 volumes du "Larousse du XXe siècle", afin de trouver des solutions astucieuses à mon problème !

La disparition progressive de la mer d'Aral, vue par satellite     Bateaux à sec en mer d'Aral

      • Et la mer d'Azov est une mer intracontinentale, bordée à l'Ouest et au Nord par l'Ukraine et à l'Est par la Russie (37 600 km2).

La mer d'Azov, entre Ukraine et Russie

 

À l'écrit :

    • , la pratique la plus courante consiste à écrire les seules première et dernière lettre du mot, séparées par autant de points ou d'astérisques, que vous omettez d'écrire de lettres, soit trois ("erd") pour le mot qui nous intéresse ici :
      • "M...e !"
      • ou "M***e !".

On écrit par exemple : "Tu es un sale c.....d et je te dis m...e !".

    • Enfin, s'il vous faut évoquer le mot "merde", mais que vous ne souhaitez pas le faire, vous disposez encore de trois options :
      • "Le mot de cinq lettres".

On dit par exemple : "Monsieur, je vous dis le mot de cinq lettres !".

      • "Les cinq lettres".

On dit par exemple : "Le ministre est sorti et lui a dit les cinq lettres !".

On dit par exemple : "Ce grossier personnage s'est permis de me jeter à la face le mot de Cambronne !".

Source : wikipedia.org

"Le code Napoléon" ou "Le code napolonien".

Code Napoléon

Celui-ci été promulgué le 21 mars 1804 (30 ventôse an XII), par Napoléon Bonaparte sous le nom de "Code civil des Français", avant de recevoir d'une loi de 1807 le nom de "Code Napoléon".

Ce nom, que lui retirèrent les chartes de 1814 et 1830, lui fut rendu par un décret de 1852, "pour rendre hommage à la vérité historique".

Il reprend une partie des articles de la coutume de Paris (75) et du droit écrit du Sud de la France.

Modifié et augmenté à de nombreuses reprises à partir de la IIIe République, plus de la moitié des articles primitifs des titres II (statut des biens) et III (statut des relations entre les personnes privées) subsistent cependant (plus de 1 120 au début des années 2000 sur les 2 281 articles d'origine).

La Code Napoléon a bénéficié d'un immense rayonnement. Par les conceptions qui ont présidé à sa rédaction, il reste le type même du code moderne, bien que nombre de ses articles aient été changés et que d'autres aient vieilli. On comprend qu'à Sainte-Hélène Napoléon ait pu dire : "Ma vraie gloire, ce n'est pas d'avoir gagné quarante batailles ; Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires. Ce que rien n'effacera, ce qui vivra éternellement, c'est mon Code civil".

Napoléon 1er

L'appellation "Le code napoléonien" ne doit pas être confondue avec "Les codes napoléoniens", qui désignent les  cinq codes juridiques promulgués en France, entre 1804 et 1810 à l'initiative de Napoléon Ier.

Source : wikipedia.org et www.universalis.fr

"Un navet".

Navets
  • au sens propre, il s'agit d'un légume-racine ; c'est à dire d'une plante herbacée bisannuelle cultivée comme plante potagère ou fourragère pour sa racine charnue allongée ou arrondie, et consommée comme légume.
  • mais au sens figuré, il s'agit d'une oeuvre d'art dépourvue de valeur. Et en particulier, de nos jours, d'un film de cinéma jugé mauvais, insipide ennuyeux, sans doute en référence au goût assez fade du légume.

Le navet cinématographique ne doit cependant pas être confondu avec le nanar, qui amuse et fait rire.

"Une lombalgie aiguë" ou "Un lumbago".

Une "lombalgie aiguë", un "lumbago" ou un "tour de rein"

Il s'agit de ce que l'on appelle communément "un tour de rein".

Cette douleur du bas du dos n'a pourtant strictement rien à voir avec les reins, mais plutôt avec la colonne vertébrale.

Il s'agit en effet une douleur d’origine rhumatismale, ou produite par un effort musculaire, dans la région lombaire.

On utilise également le mot "Lombago", déformation du mot latin "lumbago" signifiant "faiblesse des lombaires".