"Pierre Cardin".

Il s'agit du nom d'usage du couturier et home d'affaires français d'origine italienne Pietro Costante Cardin, né le 2 juillet 1922.

Pierre Cardin est une personnalité incontournable dans la mode des cinquante dernières années, tantôt couturier visionnaire, tantôt homme d’affaires invétéré.

Ayant intégré la haute couture en 1957, il y restera environ dix ans. Il présenta la fin des années 1950 une collection de prêt-à-porter qui fit grand bruit et fut considéré, avec Paco Rabanne et André Courrèges, comme l'inventeur de la mode futuriste dans les années 1960.

Sa marque, "Pierre Cardin", est aujourd'hui présente, sous formes de franchises, dans plus de 100 pays, faisant de lui l'un des cinq Français les plus connus au monde.

Source : wikipedia.org

"Gérard Hernandez".

Gérard Hernandez

Il s'agit du nom d'artiste et du nom d'usage de l'acteur espagnol Julio Gerardo Hernandez, né le 20 janvier 1933 et naturalisé français en 1975.

Il est naturellement célèbre pour son interprétation, depuis 2009, du personnage de "Raymond", le mari de Hughette, dans le feuilleton "Scènes de ménage", sur la chaîne télévisée française M6.

Raymond (Gérard Hernandez) et Hughette (Marion Game) dans le feuilleton français "Scènes de ménage", sur M6

Ainsi que pour sa voix, qu'il a prêtée à de nombreux personnages de dessins animés.

Mais on oublie souvent que Gérard Hernandez a participé au tournage de nombreux téléfilms et feuilletons.

Et de pas moins de cinquante longs métrages depuis 1955.

Il a notamment tourné sous la direction de metteurs en scène aussi renommés que : Yves Allégret, Jean-Jacques Annaud, Jacques Becker, Jean Becker, Nina Companeez, Jean Delannoy, Robert Dhéry, Georges Lautner, Jean Marboeuf, Édouard Molinaro, Gérard Oury, José Pinheiro, Pierre Richard, Pierre Tchernia, Pascal Thomas et Jean Yanne.

Et même : Anatole Litvak ou Sydney Pollack.

Personnellement, je l'ai adoré dans le génial "Coup de torchon" de Bertrand Tavernier, en 1981.

Affiche du film français "Coup de torchon" de Bertrand Tavernier (1981)

Et j'ai eu récemment la surprise de le découvrir dans "Le trou", le dernier film de Jacques Becker, en 1960.

Affiche du film français "Le trou" de Jacques Becker (1960)

Ainsi que dans... "Bobby Deerfield" de Sydney Pollack, en 1977, aux côtés d'Al Pacino et Marthe Keller !

Affiche du film états-unien "Bobby Deerfield" de Sydney Pollack (1977)

Source : wikipedia.org

"Lino Ventura".

Lino Ventura

Il s'agit du nom d'usage de l'acteur italien Angiolino Giuseppe Pasquale Ventura, né le 14 juillet 1919 et mort le le

Ayant réalisé la majeure partie de sa carrière en France, il fut d'abord lutteur professionnel (champion d'europe poids moyens en 1950) puis catcheur, avant de devenir, par hasard, acteur aux côtés de Jean Gabin, en 1954, dans "Touchez pas au grisbi" de Jacques Beker.

Affiche du film français "Touchez pas au grisbi" de Jacques becker (1954)

D'abord cantonné à des seconds rôles d'hommes de main ou de brutes, il devient une vedette dès la fin des années 1950, avant d'être, deux décennies durant, l'un des acteurs les plus populaires et rentables du cinéma français, avec 130 millions d’entrées.

Père de quatre enfants dont une fille handicapée, il a fondé, avec sa femme Odette, en 1966, l'association "Perce-Neige", destinée à venir en aide aux personnes handicapées mentales.

Je le considère personnellement comme le meilleur interprète des dialogues du génial Michel Audiard ; que ce soit à travers ses répliques de :

Affiche du film français "Un taxi pour Tobrouk" de Denys de la Patellière (1961)

  • "Un taxi pour Tobrouk" de Denys de la Pattelière (1961),

Affiche du film français "Les tontons flingueurs" de Georges Lautner (1963)

Affiche du film français "Cent mille dollars au soleil" de Henri Verneuil (1964)

Affiche du film français "la métamorphose des cloportes" de Pierre Granier-Deferre (1965)

  • ou "La métamorphose des cloportes" de Pierre Granier-Deferre (1965), pour ne citer que mes quatre préférés.

Source : wikipedia.org

"Deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche".

Deux intellectuels assis vont moins l'un qu'une brute qui marche. Maurice Biraud et Charles Aznavour dans "Un taxi pour Tobrouk" de Denys de la Patellière (1961)

J'adore cette extraordinaire citation, extraite des dialogues écrits en 1961 par Michel Audiard pour le film "Un taxi pour Tobrouk" de Denys de la Patellière, inspiré du livre éponyme de René Havard publié la même année.

Affiche du film français "Un taxi pour Tobrouk" de Denys de la Patellière (1961)

Elle est précédée d'une phrase non moins mémorable : "Je crois, docteur, que l'homme de Néandertal est en train de nous le mettre dans l'os".

La scène se passe en octobre 1942, dans le désert de Libye et réunit deux soldats des Forces Françaises Libres, assis côte à côte. François Jonsac (Maurice Biraud dans le film) s'adresse au docteur Samuel Goldmann (interprété par Charles Aznavour), après que les deux hommes aient décidé de rester près de leur véhicule en panne, au contraire du brigadier Théo Dumas (Lino Ventura), qui, ne se résignant pas à mourir sur place, est parti à pied, malgré les 700 kilomètres qui les séparent de tout point d'eau.

Pourquoi dire : "Un caméraman" ?

Et pas : "Un cadreur" ou "Un opérateur de prise de vue" !

Ce technicien est aux commandes d'une caméra lors d'une prise de vues pour le cinéma ou la télévision, qu'il s'agisse de films ou d'émissions en direct.

Il est responsable du cadrage, soit sous les recommandations ou indications d'un réalisateur, soit selon sa propre initiative.

Source : wikipedia.org

"Anticonstitutionnellement".

Cet adverbe signifie "d'une manière anticonstitutionnelle, de façon contraire aux règles  constitutionnelles de l’organisation des pouvoirs publics d’un gouvernement".

Il est relativement célèbre car traditionnellement considéré ou réputé être le plus long mot de la langue française avec ses 25 lettres.

Il n'en est pourtant absolument rien puisque :

  • le mot "intergouvernementalisation" est plus long qu'"anticonstitutionnellement" (26 lettres),
  • ainsi que la forme conjuguée "anticonstitutionnalisassions", du verbe "anticonstitutionnaliser" (28 lettres),
  • enfin, il est possible d’en trouver d'encore plus longs, dès lors que l’on entre dans des domaines techniques, notamment en chimie, en médecine ou en physique, spécialement avec les noms autodescriptifs de molécules. Le record de longueur - avec 50 lettres ! - appartient ainsi à une molécule aux propriétés bactéricides nommée "diisobutylphénoxyéthoxyéthyldiméthylbenzylammonium".

Citons également, pour l'anecdote et en guise de conclusion, les trois noms de communes les plus longs de France, avec 38 lettres chacun :

  • "Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux-et-Quitteur" (70),
  • "Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont" (14),
  • et "Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson" (51).

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "Qui nous dit qu'il n'y aura pas un jour un hacking ?" ?

Comme l'a fait la journaliste française Sophie Coignard, le 14 août 2019, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Et pas : "Qui nous dit qu'il n'y aura pas un jour un PIRATAGE INFORMATIQUE ?" !

On ne dit pas : "Ça m'pose une interrogation" ni "C'est des sujets sur lesquels c'est pas si simple d'y répondre" !

Comme l'a déclaré le député LREM Richard Ramos, le 14 août 2019, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "CELA M'AMÈNE À M'INTERROGER" et "CE SONT des sujets AUXQUELS IL N'est pas si simple DE répondre" !

Pour ces deux déclarations pitoyables je décerne sans hésiter à cet élu de la Nation mon label de médiocrité "Fâchés avec le français"

.