"Échauffer la bile".

J'aime beaucoup cette locution verbale en forme d'idiotisme corporel.

Relevant du registre familier ainsi que du registre désuet, elle signifie, au sens figuré : mettre en colère, exaspérer.

On dit par exemple : "Tu commences à m'échauffer la bile avec tes excuses invraisemblables !".

On croyait en effet autrefois que la colère (du grec "khole" signifiant "bile") était le produit de l’échauffement de la bile.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "S'énerver" en français.

 

"Ne pas être folichon" ou "N'avoir rien de folichon".

J'aime beaucoup l'adjectif "Folichon" (ou "Folichonne").

Relevant du registre familier, il signifie : amusant, gai, drôle, plaisant.

Les locutions verbales "Ne pas être folichon" ou "Ne rien avoir de folichon" signifient ainsi : ne pas être drôle ou ne pas être attrayant.

On dit par exemple : "Ce film n'est pas folichon".

Ou : "L'émission d'hier soir n'avait rien de folichonne".

Sources :  Le Robert et www.larousse.fr

 

Sources : Le Robert et www.larousse.fr

"Une gourgandine".

J'aime beaucoup ce joli substantif féminin, qui relève du registre familier ainsi que du registre désuet.

Et qui désigne : une femme légère, facile, dévergondée ; une coureuse, une sauteuse.

On dit par exemple : "Même si je sais bien que cette gourgandine a un emploi du temps bien rempli lorsque je ne suis pas là, je suis fou d'elle".

Source : www.cnrtl.fr

On de dit pas : "Il est 6 heures et demie tout pile" ni "Il est 7 heures tout pile" !

Le journaliste français Stéfan Etcheverry

Ainsi qu’a pu le déclarer, le 24 octobre 2022, le journaliste français Stéfan Etcheverry, dans l’émission "Les matins LCI", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais à tout le moins, dans le registre familier : "Il est pile 6 heures et demie" et "Il est pile 7 heures" !

Et idéalement, dans le langage courant : "Il est TOUT JUSTE 6 heures 30" ! et "Il est TOUT JUSTE 7 heures" !

Je suis proprement exaspéré par cette formulation récente "Tout pile", relevant du langage populaire et parfaitement incorrecte.

"Avoir du chien".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme animalier signifie selon le contexte :

  • en parlant principalement des femmes, dans le registre familier : être séduisante, charmante, attirante, un peu provoquante ; retenir l'attention ; avoir du caractère,

On dit par exemple : "Tu as comme la femme de Maurice a du chien : je veux la même !".

  • et pour nos amis québecois, dans le registre populaire : avoir du caractère, de la ténacité.

Sources : wiktionary.org, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Se voir comme le nez au milieu de la figure" ou "Se voir comme le nez au milieu du visage".

Le député français Jean Lassalle

Ces deux locutions verbales en forme d'idiotismes corporels relèvent du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : être évident, très visible, facile à voir et impossible à dissimuler.

On dit par exemple : "Comment as-tu pu ne pas trouver ma sacoche ! Elle est posée sur mon bureau et on la voit comme le nez au milieu du visage".

Ou : "Tu ne peux pas rater ma maison : c'est la seule située sur le côté gauche de la route en sortant du village. Elle se voit comme le nez au milieu du visage".

Sources : wiktionary.org, www.expressio.fr et www.larousse.fr

"Une bombe sale".

Ce curieux substantif féminin appartenant au jargon militaire relève du registre familier .

L'adjectif "sale" s'applique aux matériaux radioactifs entourant une bombe conventionnelle, destinés à être répandus en poussière lors de l’explosion.

Celle-ci possède l'intensité thermique et mécanique d'une bombe conventionnelle, mais dissémine autour d'elle des éléments radioactifs qui auront des effets à long terme. Le but principal n'est donc pas de détruire, mais de contaminer une zone géographique et les personnes présentes en son sein par des radiations directes (premier effet) et l'ingestion et l'inhalation de matériaux radioactifs (deuxième effet).

On parle également de "Bombe radiologique" ou de "DDR (Dispositif de Dispersion Radiologique)".

Une équipe d'intervention, en tenue NRBC (Nucléaire, Radiologique, Biologique ou Chimique)

La formule "Bombe sale désigne par extension : tout engin détonant disséminant un ou plusieurs produits chimiquement ou biologiquement toxiques (NRBC pour Nucléaire, Radiologique, Biologique ou Chimique). Ces diverses armes, réalisables sans une importante infrastructure industrielle, sont génériquement dénommées EEI (Engin Explosif Improvisé).

Sources : wikipedia.org et www.techno-science.net

"Faire une croix dessus", "Faire une croix sur quelque chose" ou "S'asseoir sur quelque chose".

J'aime assez ces différentes locutions verbales, qui relèvent du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : ne plus espérer obtenir une chose ; y renoncer définitivement, ne plus compter dessus ; s'asseoir dessus (registre familier également).

On dit par par exemple :

  • "Toi qui voulait partir plus tôt ce soir tu peux faire une croix dessus",
  • "Avec cet incident, tu peux faire une croix sur ton augmentation",
  • ou : "Avec cette nouvelle commande on peut s'asseoir sur nos vacances".

Sources : www.expression.fr et wiktionary.org

"Avoir la tête dans le pâté" ou "Ne pas avoir les yeux en face des trous".

Du pâté dans une assiette

J'aime beaucoup ces deux amusantes locutions verbales en forme d'idiotismes.

Relevant du registre familier, elles signifient, au sens figuré : ne pas être très réveillé.

Un petit garçon "la tête dans le pâté"

  • "Avoir la tête dans le pâté" est un idiotisme corporel ainsi qu'un idiotisme alimentaire.

On dit par exemple : "Ma mère vient tout juste de se lever, elle a la tête dans le pâté".

  • tandis que "Ne pas avoir les yeux en face des trous" est uniquement un idiotisme corporel.

On dit par exemple : "Le samedi soir, mon ado joue en ligne jusqu'à l'aube. Résultat : le dimanche, il n'a pas les yeux en face des trous avant 16 ou 17 heures".

 

"Bon comme du bon pain" ou "Bon comme le bon pain".

Cette locution adjectivale relève du registre familier.

Et elle qualifie, au sens figuréune personne humainement bonne, gentille, généreuse, d'une grande bonté ; incapable de malveillance.

On dit par exemple : "Mon voisin est un brave homme, bon comme le bon pain".

Sources : wiktionary.org, www.francaisfacile.com et www.languefrancaise.net

"Être à ça".

Cette locution verbale relève du registre familier.

Et elle est souvent accompagnée d'un geste de la main indiquant une très faible distance - de l'ordre du centimètre - entre le pouce et l'index.

Elle signifie en effet, au sens figuré, que l'on est tout près du but, du résultat espéré.

On dit par exemple : "C'est vraiment trop dommage : on était à ça de réussir" !

"Bas du front".

J'adore cette locution adjectivale, en forme d'idiotisme corporel.

Relevant du registre familier, elle qualifie, au sens figuré une personne : peu intelligente, bête, stupide, sotte.

On dit par exemple : "Mon voisin est très gentil mais un peu bas du front".

On utilise également la formule "Bas de plafond" ou "Bas-de-plafond".

Et je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à mes façons préférées de dire "Être idiot".

Sources : wiktionary.org