"L'O.I.F.".

Ce sigle désigne l'Organisation Internationale de la Francophonie, une organisation créée le 1er janvier 2006 et regroupant 88 États ou gouvernements en 2018.

Elle est l'héritière directe de l'AIF (Agence Intergouvernementale de la Francophonie), créée en 1998, dans la foulée du premier "Sommet de la francophonie", réuni à Versailles (78) en février 1986 à l'initiative du Président François Mitterrand et du Ministre de la Culture Jack Lang.

 

 

"La coiffe céphalique".

Il s'agit de la partie de la poche des eaux qui recouvre la tête du foetus au moment de l'accouchement et est à l'origine de l'expression "Être né coiffé".

Un bébé "né coiffé" est un enfant venu au monde entouré d'une partie ou de la totalité de la poche de liquide amniotique.

Cette coiffe est sans danger et aisément ôtée par le médecin ou la personne qui aide à l'accouchement.

La superstition qu’être né coiffé porte chance remonte à l'Antiquité et perdure de nos jours.

Avec l'avènement de l'obstétrique active moderne, il est devenu courant de pratiquer la rupture artificielle précoce des membranes et il est donc devenu rare pour les bébés occidentaux de naître coiffés.

Pourtant, comme bien d'autres, ce geste ne devrait pas être pris à la légère, l'OMS recommandant la rupture spontanée des membranes.

"L'enceinte de Thiers".

On désigne ainsi l'enceinte créée entre 1841 et 1844 autour de Paris (75), à la suite de l'approbation donnée, en 1840, par le président du Conseil, à la loi déposée par Adolphe Thiers, alors député de l'opposition.

Englobant la totalité de la capitale, soit près de 80 km2, ladite enceinte se situe alors entre les actuels boulevards des Maréchaux - appelés à l'origine "rue Militaire"- et le futur emplacement du boulevard périphérique.

Elle est détruite entre 1919 et 1929.

16 animaux marins de fiction entrés dans notre imaginaire collectif.

Ce petit inventaire regroupant 16 noms d'animaux marins de fiction relevant de 6 espèces différentes est évidemment loin d'être exhaustif. Mais il a néanmoins le mérite d'exister et de nous montrer à quel point les animaux de fiction ont aujourd'hui envahit notre imaginaire collectif !

1 BALEINE : Moby Dick

2 CRABES : Mr Krabs (également appelé Eugène H. Crabs ou Capitaine Krabs) ("Bob l'éponge") et Sébastien ("La petite sirène")

2 DAUPHINS : Flipper ("Flipper le dauphin") et Oum ("Oum le dauphin blanc")

1 ÉTOILE DE MER : Patrick ("Bob l'éponge")

7 POISSONS : Bubulle ("Gaston Lagaffe"), Cléo ("Pinocchio"), Dory, Marin et Nemo ("Le monde de Nemo"), Maurice (publicité télé de 2001 pour ChocoSuis' de Nestlé) et Polochon ("La petite sirène")

3 POULPES : Carlo (également appelé Carlo tentacule ou La Pieuvre) ("Bob l'éponge"), Ursula ("La petite sirène") et Hank ("Le monde de Dory")

29 façons de dire "Un homme très mince ou de faible constitution".

Un jeune homme de faible constitution, "taillé comme une ablette"

Le registre familier est particulièrement riche lorsqu'il s'agit de décrire un individu d'apparence fragile.

On peut ainsi dire qu'il est "Maigrichon", "Maigriot" (rare), "Racho", "Taillé comme une arbalète", "Taillé comme une allumette",  ou "Taillé dans du fil de fer".

Utiliser les formules "Avoir un corps d'endive", "Demi-portion", "Épais comme un cure-dents" ou "Épais comme un sandwich SNCF", popularisée par le chanteur Renaud, avec sa chanson "Marche à l'ombre", en 1980.

Ainsi que les idiotismes animaliers "Gaulé comme un asticot", "Maigre comme un coucou" ou "Taillé comme une ablette".

Le langage courant met à notre disposition les adjectifs "Décharné", "Frêle", "Maigrelet", "Malingre",et "Squelettique", ainsi que les substantifs "Gnome", "Gringalet", "Minus" ou "Nabot", la locution nominale "Petit gabarit" et les locutions adjectivales "Pas épais" ou "Pas bien épais".

Tandis que les adjectifs "Chétif", "Étique", "Fluet" et "Rachitique", ou le substantif "Avorton" relèvent plutôt du registre soutenu.

"Thiers".

L'homme politique français Adolphe Thiers (15 avril 1797-3 septembre 1877)

Adolphe Thiers, né le 26 germinal an V (15 avril 1797) et mort le 3 septembre 1877, est un avocat, journaliste, historien et homme d’État français.

Journaliste libéral et historien de la Révolution, il contribue aux Trois Glorieuses et à la mise en place de la monarchie de Juillet, dont il est, à deux reprises, président du ConseiI.

Devenu chef du pouvoir exécutif en février 1871, après la chute du Second Empire, son gouvernement ordonne l'écrasement dans le sang de la Commune de Paris.

Il est le premier président de la Troisième République, en août 1871, mais doit démissionner en mai 1873.

Il meurt en septembre 1877, à 80 ans, peu après avoir mené les républicains à la victoire et peu avant leur triomphe définitif  à la Chambre des Députés.

On lui doit notamment l'"enceinte de Thiers", tout autour de Paris (75).

"Les boulevards des maréchaux", "Les boulevards extérieurs", "Le boulevard périphérique", "Le périphérique intérieur" et "Le périphérique extérieur".

Toutes ces locutions nominales désignent d'importants axes circulaires de circulation routière ceinturant la ville de Paris (75).

  • "Les boulevards des maréchaux" (ou, par ellipse : "Les maréchaux") constituent un ruban quasiment continu ceinturant Paris (75), à la limite de la ville, sur une longueur de 33,7 kilomètres.

Il s'agit de boulevards classiques, à double sens, qui occupent l'emplacement de l’ancienne "rue militaire", bâtie en 1840, le long de l'enceinte de Thiers.

Et ils tiennent leur nom de ce que, à leur création, en 1864, la totalité de ces boulevards portaient des noms de maréchaux du Premier Empire : "Ney", "Davout", "Murat", "Kellermann", "Victor", etc

Le boulevard Ney, l'un des "Boulevards des maréchaux", à Paris (75)
Le boulevard Ney, l'un des "Boulevards des maréchaux", à Paris (75)
  • "Les boulevards extérieurs" sont tout simplement un autre nom de cet axe.
  • "Le boulevard périphérique de Paris" - également appelé par ellipse "Le boulevard périphérique" ou par apocope "Le périph", voire "Le BP (Boulevard Périphérique)" - est une voie circulaire, d'une longueur de 35,04 km, qui fait le tour de la ville de Paris (75).
Le boulevard périphérique de Paris (75)
Le boulevard périphérique de Paris (75)

Construit de 1956 à 1973, en grande partie sur l'emplacement des anciennes fortifications de la commune de Paris et de la Zone, il est inauguré par le Premier ministre Pierre Messmer le 25 avril 1973.

Il comporte le plus souvent quatre voies de circulation dans chaque sens (exceptionnellement deux ou trois et parfois cinq).

Malgré une forte baisse depuis la fin des années 1990, certains tronçons de cet axe dépassaient encore les 250 000 véhicules par jour en 2010.

Le boulevard périphérique est constitué du "Périphérique intérieur" et du "Périphérique extérieur" :

    • "Le périphérique intérieur" est le nom donné à la voie de circulation située sur le côté intérieur du boulevard périphérique, laquelle tourne dans le sens des aiguilles d'une montre.
Boulevard périphérique intérieur (à gauche) et extérieur (à droite) de Paris (75)
Boulevard périphérique intérieur (à gauche) et extérieur (à droite) de Paris (75)
    • et "Le périphérique extérieur" est le nom donné à la voie de circulation située sur le côté extérieur du boulevard périphérique, laquelle tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Source : wikipedia.org

"Une antienne".

Ce mot désigne :

  • au sens propre, un refrain liturgique repris par le chœur entre chaque verset d'un psaume,
  • et au sens figuré, une chose que l'on répète, que l'on ressasse, telle qu'une rengaine ou un refrain.

On dit ainsi souvent d'une réaction attendue des membres de l'opposition politique ou des syndicats à une mesure gouvernementale : "L'antienne est connue".