"Instrumentaliser".

Ce verbe du registre soutenu signifie, selon le contexte :

  • considérer (quelque chose ou quelqu'un) comme un instrument ; rendre purement utilitaire.

On dit par exemple : "Certains singes instrumentalisent des brindilles pour manger des fourmis".

  • ou : détourner, manipuler, récupérer, utiliser à des fins détournées.

On dit par exemple : "Instrumentaliser une crise" ou "Instrumentaliser un débat".

Sources : Google et wiktionary.org

Politiquement correct oblige : il sera désormais interdit de demander à un gardien de but de couleur de "Rester dans sa cage" ou de "Retourner dans sa cage" !

Celui-ci pourrait en effet vous attaquer pour propos diffamatoires, votre demande portant atteinte à son honneur et à sa considération !

Explication
La « Cage » désigne – dans les sports de balle collectifs, tels que le football, le handball, le hockey sur gazon, le hockey sur glace et le water-polo – l’ensemble des poteaux, de la barre transversale et des filets, devant lequel se tient le gardien de but et non l’endroit clos (par des barreaux ou du grillage) servant à tenir enfermés des animaux vivants.

Des cages de sports de balle collectifs :

Une cage de football
Une cage de football
Une cage de handball
Une cage de handball
Une cage de hockey sur gazon
Une cage de hockey sur gazon
Une cage de hockey sur glace
Une cage de hockey sur glace
Une cage de water-polo
Une cage de water-polo

Des cages pour animaux :

Une cage à chien
Une cage à chien
Une cage à hamster
Une cage à hamster
Des cages à lapins ou "Clapiers"
Des cages à lapins ou "Clapiers"
Une cage à oiseaux ou "Volière"
Une cage à oiseaux ou "Volière"
Une cage à poules pondeuses
Une cage à poules pondeuses
Une cage piège à souris ou "Nasse"
Une cage piège à souris ou "Nasse"
Des tigres en cage
Des tigres en cage

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article "Les dérives de la novlangue : mais que va-t-on donc pouvoir - ou devoir - dire la prochaine fois pour désigner les personnes de couleur noire et celles originaires d'Afrique du Nord ?".

Source : www.larousse.fr

"Un aspic".

Ce substantif masculin polysémique peut avoir quatre significations différentes en français, puisqu'il peut désigner, selon le contexte :

Un aspic de poulet
Un aspic de poulet
  • en gastronomie : un plat froid comprenant divers ingrédients, pris dans de la gelée fabriquée à partir de bouillon de viande, ou de consommé.

Presque tous les types d'aliments peuvent être mis en aspics : oeufs, morceaux de viande, de volaille, de poisson, de fruits ou de légumes, etc.

Le bouillon peut être clarifié au blanc d’oeuf et assaisonné avant d'être utilisé. Une fois cuit, il se fige à cause de la gélatine naturelle contenue dans la viande.

Les aspics sont habituellement servis sur des assiettes froides, pour éviter que la gelée fonde avant d'être consommée.

Celle-ci peut être aromatisée, notamment au madère.

L'aspic mythologique
L'aspic mythologique
  • dans la mythologie : un serpent mortel couronné d'une escarboucle.

Il peut être sans pattes mais peut aussi en avoir quatre ou deux. Il raffole de la musique mais sait s'en protéger. Afin de se protéger des paroles de l'enchantement permettant de lui dérober l'escarboucle, il plaque une oreille contre le sol et bouche l'autre avec sa queue de manière à ne plus entendre les conjurations.

Il existe plusieurs espèces d'Aspic :

    • l'Aspic, qui fait mourir de soif ceux qu'il mord,
    • le Prialis, qui fait mourir ceux qu'il mord, en leur donnant l'impression de tomber dans le sommeil,
    • l'Haemorrhoïs, qui fait perdre tout son sang à ses victimes,
    • et le Praester, dont la victime enfle tellement qu'elle finit par en mourir.

L'"Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers" de 1751 décrit ainsi l'aspic :

"Selon ces descriptions, l’aspic est un petit serpent plus allongé que la vipère ; ses dents sont longues & sortent de sa bouche comme les dents d’un sanglier. Pline dit qu’il a des dents creuses qui distillent du venin comme la queue d’un scorpion. Agricola rapporte que l’aspic a une odeur très-mauvaise, & qu’il a la même longueur & la même grosseur qu’une anguille médiocre. Élien prétend que ce serpent marche lentement ; que ses écailles sont rouges ; qu’il a sur le front deux caroncules qui ressemblent à deux callosités ; que son cou est gonflé, & qu’il répand son venin par la bouche. D’autres assurent que ses écailles sont fort brillantes, surtout lorsqu’il est exposé au soleil ; que ses yeux étincellent comme du feu, qu’il a quatre dents revêtues de membranes qui renferment du venin ; que les dents percent ces membranes lorsque l’animal mord, & qu’alors le venin en découle".

Lavande aspic
Lavande aspic
  • en botanique : une variété de lavande, présente en Espagne, en France et dans le Sud de l’Angleterre.

Cet arbrisseau affectionne les zones de petite montagne, au climat méditerranéen, où il pousse en buissons. On le trouve également dans les Pyrénées, dans les montagnes séparant la province de Valence de l’Aragon et en Catalogne.

Peu appréciée en parfumerie, cette lavande entre dans la composition du célèbre "baume du tigre".

  • et en zoologie : trois serpents.
Une vipère aspic
Une vipère aspic
    • la "vipère aspic", un serpent venimeux européen, présent surtout en France et en Italie, mais également en Suisse et dans le Nord de l'Espagne.

D'une longueur moyenne de 0,50 à 0,70m il peut atteindre les 0,90m. Mais tous ceux que j'ai croisé dans ma jeunesse, dans le Lot (46) faisaient de 0,60 à 0,75m. J'aimais déjà les serpents avant d'y aller en vacances, à Payrac, à partir de l'âge de 5 ans, en 1966, mais leur présence en abondance dans le bois de mon père a clairement renforcé ma fascination pour ces animaux que j'ai ensuite collectionné dans les années 1991-1994...

Un "Aspic d'eau", également appelé "Couleuvre vipérine" ou "Couleuvre mauresque"
Un "Aspic d'eau", également appelé "Couleuvre vipérine" ou "Couleuvre mauresque"
    • l'"aspic d'eau" ou "couleuvre vipérine" ou "couleuvre mauresque", une couleuvre aquatique non venimeuse qui ressemble par sa robe à une vipère.

D'une longueur ne dépassant généralement pas 0,70m, on la rencontre dans le Sud-Ouest de l'Europe et dans l'Ouest de l'Afrique du Nord : en France au Sud du parallèle passant par Paris (75),en Espagne, îles Baléares comprises où elle a été introduite, au Portugal, à Gibraltar, dans le Sud-Ouest de la Suisse, en Italie dans le Nord-Ouest et en Sardaigne, au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

L'"aspic" ou "Cobra égyptien"
L'"aspic" ou "Cobra égyptien"
    • et l'"aspic" ou "Cobra égyptien", un serpent venimeux d'Afrique du Nord, mesurant de 1,40 à 2,50m notamment présent au Maroc, en Algérie, en Libye, en Tunisie, en Égypte, au Sénégal, au Mali, au Burkina, en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Togo, au Bénin, au Nigeria, au Niger, au Tchad, au Cameroun, en Centrafrique, au Soudan, en Éthiopie, en Érythrée, en Somalie, au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie, au Congo-Kinshasa, au Zimbabwe et au Yémen.

La reine Cléopâtre se serait d'ailleurs suicidée en se laissant mordre par un aspic. Au sein selon la légende, mais certaines sources rapportent que le serpent l'a attaquée au bras.

Sources : wikipedia.org et www.lesanciennesterres.com

Pourquoi dire : "Un feedback" ?

Et pas, selon le contexte :

  • "Un retour d'expérience" ou "Un retour d'information".

Il s'agit d'un processus de régulation de la communication permettant à l'émetteur d'un message de savoir si le récepteur l'a bien compris et de l'adapter en conséquence.

  • une rétroaction (action en retour d'un effet sur sa cause, ou sur l'un de ses facteurs causals).
  • ou : un retour de son.

Source : wiktionary.org

"Robuste".

Cet adjectif signifie, selon le contexte :

  • dans le langage courant :
    • solidement constitué, fort et résistant, capable de fournir un effort physique important et de résister à la fatigue (un "homme robuste" ou un "cheval de trait robuste"),
    • résistant, solide, supportant les conditions rigoureuses du climat ou du milieu, pour un végétal (une "plante robuste"),
    • résistant bien aux causes d'agression ou d'altération (une "robuste constitution"),
    • solidement construit et capable de résister à des efforts extrêmes et à un usage prolongé (une "machine robuste", "un "avion robuste"),
  • et dans le registre soutenu : ne se laissant pas ébranler facilement (de "robustes certitudes").

Source : www.larousse.fr

"Une plainte".

"Une plainte" est un substantif féminin du langage courant désignant, selon le contexte :

  • une lamentation, un gémissement exprimant la peine ou la douleur

On dit par exemple : "Les plaintes d'un blessé".

  • un bruit long, monocorde et triste

On dit par exemple : "La plainte sinistre du mistral dans la toiture d'un manoir".

  • l'expression d'un mécontentement, d'un grief

On dit par exemple : "Susciter des plaintes".

  • ou la dénonciation en justice d'une infraction

On dit par exemple : "Porter plainte".

"Urbain" ou "Urbaine"

Cet adjectif qualifie :

  • ce qui est relatif à la ville ou aux villes,

On dit par exemple : "L'habitat urbain", "Les transports urbains", etc.

  • ou : celui qui fait preuve d'urbanité, se montre courtois, dans le registre soutenu.

On dit par exemple : "Mon voisin est bien urbain : il a spontanément proposé de me monter mes courses à l'étage".

 

"Une tablette".

Ce substantif féminin polysémique du langage courant peut avoir différentes significations et désigner, selon le contexte :

  • "Une tablette" :
Une tablette supplémentaire pour étagère
Une tablette supplémentaire pour étagère
  • "Une tablette murale" :
Une tablette murale en bois massif
Une tablette murale en bois massif
Une tablette murale en porcelaine noire
Une tablette murale en porcelaine noire
Une tablette murale métallique noire
Une tablette murale métallique noire

 

  • "Une tablette d'argile" :
Une tablette cunéiforme (écriture formée de signes constitués de traits terminés en forme de"coins" ou "clous" (en latin "cuneus")
Une tablette cunéiforme (écriture formée de signes constitués de traits terminés en forme de"coins" ou "clous" (en latin "cuneus")
Écrire des caractères cunéiformes (constitués de traits terminés en forme de "coins" ou "clous" ("cuneus" en latin) sur des tablettes d'argile à l'aide d'un calame (roseau taillé en pointe)
Écrire des caractères cunéiformes (constitués de traits terminés en forme de "coins" ou "clous" ("cuneus" en latin) sur des tablettes d'argile à l'aide d'un calame (roseau taillé en pointe)
  • "Une tablette graphique" :
Une tablette graphique
Une tablette graphique
  • "Une tablette tactile" :
Une tablette tactile
Une tablette tactile

 

  • et "Une tablette ungéale" :

Des ongles ou "tablettes unguéales"

 

 

Sources : wiktionary.org, wikipedia.org et www.larousse.org

"Dégoiser".

J'aime bien ce verbe qui change de signification selon le niveau de langue et signifie :

  • dans le registre désuet, en parlant des oiseaux : chanter, gazouiller.

Un oiseau qui chante

  • dans le registre populaire et péjorativement : débiter des propos avec volubilité, dire du mal, ergoter, jaser, cancaner, médire.

On dit par exemple : "Ma concierge dégoise des injures sur ses locataires à longueur de journée".

  • dans le registre familier :
    • parler, raconter oralement quelque chose,

On dit par exemple : "Tu vas tout nous expliquer calmement ; vas-y, dégoise !".

    • ou : lire à haute voix, réciter.

On dit par exemple : "Il nous a dégoisé sa tirade au moins quatre ou cinq fois".

Sources : www.cnrtl.fr et www.lalanguefrancaise.com

"Nazebroque".

Jeune, j'aimais assez cet adjectif du registre argotique, qui signifie selon le contexte :

  • inintéressant, sans intérêt, minable, parce que vieux, démodé, abîmé, cassé, pourri, en mauvais état.

On dit par exemple : "Je n'ai pas voulu prendre le canapé : il était nazebroque".

  • bête, idiot, stupide, manquant d'intellignence.

On dit par exemple : "Elle est vraiment nazebroque cette gonzesse !".

  • très fatigué, vanné.

On dit par exemple : "J'suis complètement nazebroque".

Source : wiktionary.org, www.linternaute.fr, www.cordial.fr et www.dictionnairedelazone.fr

"Recouvrer".

Ce verbe du registre soutenu signifie, selon le contexte :

  • Rentrer en possession de ce que l'on a perdu ou de ce qui nous a été pris.

On dit par exemple : "Mon grand-père a recouvré la santé".

Et : "En 1918, la France a recouvré l'Alsace et la Lorraine".

Ou : "J'ai hâte de recouvrer ma liberté de parole".

  • ou : Recevoir le paiement d'une somme due.

On dit par exemple : "J'ai différentes créances à recouvrer d'ici dix jours".

Ou : "Dans certains pays, l'État peine à recouvrer l'impôt".

Le verbe "Recouvrer" a donc un sens proche mais néanmoins distinct de celui du verbe "Retrouver", qui signifie : trouver ce qui avait disparu, ce qui était égaré.

Source : www.larousse.fr

"L'arquebuse".

Ce substantif féminin désigne tout à la fois :

Une arquebuse italienne à double rouet de la fin du XVIe siècle

  • une arme à feu de portée effective limitée (moins de 50 mètres), assez lourde et encombrante, mais dont on pouvait épauler les dernières versions.

L'arquebuse à mèche, apparue vers 1450, a une masse de 5 à 9 kilogrammes et nécessite la prise d'appui sur une fourche appelée "fourquin".

Un arquebusier en position de tir

Les premières arquebuses à rouet semblent avoir été inventées au tout début du XVIe siècle en Allemagne du Nord. Leur fabrication se développe en Europe à partir de 15152. Cette arquebuse, plus maniable peut s'épauler, mesure de 0,80 à 1,30 mètre, pèse de 4 à 7 kilogrammes et tire une balle d'à peine 25 g.

L'arquebuse a une faible cadence de tir (un tir par minute) et son canon s'échauffe vite.

On distingue par la suite :

    • l'arquebuse à canon lisse, utilisée pour la chasse et destinée à tirer de la grenaille, très lourde et souvent fixée sur un chariot pour favoriser son transport le long des étangs pour la chasse au gibier d'eau,
    • et l'arquebuse à canon rayé, plus courte et plus maniable, destinée au tir à balle.

L'arquebuse est contemporaine des premiers "mousquets", qui finissent par la remplacer ; des armes bien plus lourdes, et nécessitant toujours la fourche de support (la "fourquine"), mais de plus gros calibre, lançant des projectiles capables de traverser toutes les armures.

Les arquebuses sont rapidement le support des plus belles ornementations des armuriers de l'époque : dorures, gravures, inserts en corne ou en ivoire sculptés, parfois même de pierres précieuses. Elles servent comme objet de décoration dans les demeures des plus riches seigneurs pour montrer aux visiteurs l'habileté des artisans qu'ils emploient.

  • et une boisson préparée par macération et distillation de plantes choisies pour leurs vertus naturelles (trente-trois selon le fabricant).

L'arquebuse (anciennement "eau d'arquebuse") tient son nom de ce qu'elle était censée guérir les blessures faites par les coups d'arquebuses et les armes à feu.

Deux anciennes bouteilles d'eau d'arquebuse de l'Hermitage
Deux anciennes bouteilles d'eau d'arquebuse de l'Hermitage

La recette définitive en a été élaborée en 1857 par le frère Emmanuel, qui était (selon les sources) herboriste ou infirmier , de la communauté des frères maristes de l'Hermitage de La Valla-en-Gier, près de Saint-Chamond (42).

À partir de 1869, la production a lieu à l'hermitage de Saint-Genis-Laval (69), puis a suivi l'exil des frères maristes à Carmagnola (Piémont) (Italie), en 1903, avant de revenir à Saint-Genis-Laval (69) en 1926.

Une bouteille d'Arquebuse de l'Hermitage

La commercialisation de l’arquebuse de l’Hermitage est assurée depuis 1986 par l’entreprise Cherry Rocher. En 1997, les frères maristes de la Sainte-Famille étaient encore les seuls possesseurs des secrets de fabrication de l’arquebuse.

Source : wikipedia.org