"Jeter le manche après la cognée" et "Il ne faut pas jeter le manche après la cognée" ou "Il ne faut jamais jeter le manche avant la cognée".

Il ne faut pas jeter le manche après la cognée

J'aime beaucoup cette expression proverbiale française du registre désuet, qui remonte au XVIIe siècle et signifie :

  • "Jeter le manche après la cognée" : abandonner ou renoncer par découragement parce que l’on a rencontré un obstacle ou des difficultés.
  • et "Il ne faut pas jeter le manche après la cognée" ou "Il ne faut jamais jeter le manche avant la cognée" : il est plus sage de conserver son sang-froid et son courage face aux problèmes, en poursuivant avec persévérance la tâche entreprise ou le but fixé.

La "Cognée" est en effet un substantif féminin désignant une variété de haches, ou simplement la pièce métallique coupante de l’extrémité d’une hache, comme dans ce proverbe.

Et ce proverbe fait référence à une fable de Jean de La Fontaine, "Le Bûcheron et Mercure", première fable du livre V du premier recueil de ses célèbres Fables, édité en 1668.

La cognée d'un bûcheron en train d'abattre un arbre, était tombé dans une eau profonde après s'être malencontreusement détaché du manche. Dépité et jugeant qu'il ne pourrait récupérer son fer, le bûcheron, au lieu d'essayer de le retrouver, jeta aussi le manche, considéré comme devenu inutile, et renonça à son travail.

"Un Bûcheron perdit son gagne-pain,
C'est sa cognée ; et la cherchant en vain,
Ce fut pitié là-dessus de l'entendre.
Il n'avait pas des outils à revendre.
Sur celui-ci roulait tout son avoir.
Ne sachant donc où mettre son espoir,
Sa face était de pleurs toute baignée.
O ma cognée ! ô ma pauvre cognée !
S'écriait-il, Jupiter, rends-la-moi ;
Je tiendrai l'être encore un coup de toi".

Sources : l-express.ca et wikipedia.org

"Piocher".

Ce verbe polysémique peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue.

Il signifie ainsi :

  • dans le langage courant :
    • creuser le sol, le remuer avec une pioche.
    • puiser quelque chose dans un tas (de pommes dans le compotier, de cartes, de dominos, etc.),

On dit par exemple : "J'en ai marre de ne piocher que des deux ou des trois".

    • abattre à la pioche la partie excédentaire d'une pierre, d'un enduit.
  • et dans le registre familier et le registre désuet : étudier une matière, un livre.

On disait par exemple : "Ma gonzesse finit de bûcher ses maths et après on va se regarder un film".

De nos jours, on dit, dans le même registre familier : "Bûcher".

Source : wiktionary.org

"Une gaffe" et "Un gaffe".

Le substantif "Gaffe peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue (langage courant, registre familier ou registre argotique) et du genre (féminin ou masculin) :

  • "Une gaffe" désigne ainsi :
    • dans le langage courant : une perche munie d'une pointe métallique et d'un crochet (appelé "Croc") à une extrémité, pour attirer à soi quelque chose.

On en utilise en particulier à bord des bateaux, et l'on parle de "Gaffe de marinier" ou "Gaffe marinière" ; le substantif féminin "Équoirre" relevant du registre désuet.

Une gaffe téléscopique pour bateau, appelée "Gaffe de marinier" ou "Gaffe marinière", et autrefois : "Équoirre"
Une gaffe télescopique pour bateau, appelée "Gaffe de marinier" ou "Gaffe marinière", et autrefois : "Équoirre"
    • et dans le le registre familier : une bêtise.

On dit par exemple : "Évite de commettre une gaffe avec ta nouvelle patronne".

  • tandis que "Un gaffe" désigne, dans le registre argotique : un gardien de prison ou "surveillant pénitentiaire".

Également appelé, dans le même registre argotique et de façon péjorative : "Garde-chiourme" ou "Maton".

Surveillants pénitentiaires

Source : wiktionary.org

"Un appelé".

Ce substantif masculin désignait autrefois, par ellipse lexicale, et par opposition au soldat de métier : un "appelé du contingent" ou un "appelé du service militaire" (jusqu'en 1965) devenu "un appelé du service national" (après 1965).

Et cela jusqu'au 30 novembre 2001, date à laquelle les derniers "troufions" (ou "trouffions") ou "bidasses" ont été libérés en vertu de la loi du 28 octobre 1997.

On disait également : un "conscrit" (langage courant), un "bleu" ou un "pioupiou" (ou "piou-piou") (registre familier).

"Un bidasse", "Un troufion" ou "Un trouffion".

Des "troufions" ou "appelés du contingent"

Ces mots du registre populaire et du registre désuet désignaient autrefois : "un conscrit" ou "un appelé", c'est à dire un jeune soldat "appelé du contingent".

La "Conscription universelle et obligatoire" pour tous les hommes français âgés de 20 à 25 ans, c'est-à-dire le "Service militaire obligatoire" a été instituée en France le 5 septembre 1798.

Devenue "Service national" en 1965, elle a été suspendue le 28 octobre 1997.

Il faut noter que le mot "Troufion" (ou "Trouffion") signifie également : "Anus" (registre argotique et registre désuet) ou - par métonymie - "Postérieur, fesses" (registre argotique et registre désuet).

"Buer" et "Rebuer".

Ces étranges verbes du registre désuet signifiaient autrefois :

  • "Buer": faire la lessive, lessiver, laver.

La "Buanderie" est ainsi une pièce aménagée, un local, un abri, un bâtiment plus ou moins vaste réservé à la lessive, autrefois dénommée "Buée", ainsi qu'aux lavages domestiques, artisanaux ou industriels.

Et celui ou celle qui y faisait ou contrôlait la lessive était nommé(e) à l'origine un "Buandier" ou une "Buandière".

  • et "Rebuer" : buer à nouveau, relaver, laver à nouveau, lessiver à nouveau.

Sources : wiktionary.org

"Arer"

Ce verbe du registre désuet signifie : pour un navire au mouillage, "chasser" sur ses ancres, glisser, sans que les ancres ne "mordent" (n'accrochent correctement) sur les fonds où on les a jetées (registre désuet).

"Battre à plate couture".

Cette étrange locution verbale en forme d'idiotisme textile, qui ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers, signifie :

  • au sens propre :- pour les tailleurs (couturiers) d'autrefois : écraser une couture saillante avec son dé à coudre afin de l'aplatir,
  • et au sens figuré :
    • autrefois (registre désuet): rouer de coups.

Au théâtre, en effet, dans les farces du XVIIe siècle, le personnage du tailleur, prétextant qu’un autre personnage était "mal fagoté", écrasait les coutures saillantes de son habit en frappant vigoureusement le pauvre client à l’aide d’une latte !

    • et par extension : vaincre, défaire, battre très nettement, surpasser complètement, totalement ; terrasser, écraser.

On dit par exemple : "L'aviation ennemie a battu la nôtre à plate couture" ou "C'est la gauche qui a majoritairement permis à Jacques Chirac de battre Jean-Marie Le Pen à plate couture le 28 avril 2002".

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

"Prendre en bonne part" ou "Se prendre en bonne part".

J'aime assez ces deux locutions verbales du registre désuet qui signifient :

  • être content d’une chose ; recevoir bien ce qu’on nous dit ou ce qu’on nous fait, le trouver bon.

On dit par exemple : "Prenez le en bonne part, mais ce n'est pas là votre meilleur article !".

  • et être susceptible d’une bonne interprétation.

On dit par exemple : "Croyez-moi, mon ami, cette critique peut se prendre en bonne part et vous n'avez, je crois, aucune raison de vous sentir blessé".

Elles existent également sous la forme inverse : "Prendre en mauvaise part" ou "Se prendre en mauvaise part"

Source : wiktionary.org

"Le nouveau continent" et "Le nouveau monde".

Les Amériques : du Nord et du Sud

Ces deux locutions nominales masculines appartiennent au registre désuet.

Et elles désignent : l'Amérique.

Ou, plus précisément : les Amériques.

Et cela, par opposition au "Vieux continent" (l'Europe) et à l'Ancien Monde connu jusqu'au XVIe siècle : l'Europe, l'Afrique et l'Asie.

Elles furent employées au XVIe siècle à propos des terres découvertes par les Européens au-delà de l'océan Atlantique, lorsqu'il devint évident que ce que l'on appelait jusque-là "les Indes occidentales" était en fait un continent jusque-là inconnu.

Lequel sera finalement nommé "Amérique" par le cartographe allemand Martin Waldseemüller, dans son planisphère de 1507, en l'honneur de l'explorateur italien Amerigo Vespucci.

Source : www.linternaute.fr

"Prendre en mauvaise part" ou "Se prendre en mauvaise part".

J'aime assez ces deux locutions verbales du registre désuet qui signifient :

  • être mécontent d’une chose ; recevoir mal ce qu’on nous dit ou ce qu’on nous fait, le trouver mauvais.

On dit par exemple : "Ne le prenez pas en mauvaise part, mais ce n'est pas là votre meilleur roman !".

  • et être susceptible d’une mauvaise interprétation.

On dit par exemple : "Je suis désolé, cher ami, d'avoir mal compris votre propos, mais admettez que ce verbe peut se prendre en mauvaise part".

Elles existent également sous la forme inverse : "Prendre en bonne part" ou "Se prendre en bonne part".

Source : wiktionary.org

"Un affidé".

J'affectionne particulièrement cet adjectif désuet du registre soutenu, qui qualifie :

  • celui en qui on peut avoir une confiance totale en raison de son attachement personnel,

On dit par exemple : "La façon dont le président Mitterrand entretenait l'ensemble de ses nombreux réseaux lui a toujours garanti de pouvoir compter sur de nombreux affidés".

  • et, par extension, péjorativement, celui qui se prête en agent sûr aux mauvais coups d'un grand personnage auquel il est attaché.

On dit par exemple : "À mes yeux, le ministre de l'Intérieur n'est souvent - dans notre pays, sous la Cinquième République - qu'un affidé du président de la République".

Le terme remonte au Moyen Âge, puisque l'affidé était alors celui qui, sans pour autant être devenu son vassal, avait prêté à un seigneur le serment d'affidation pour en obtenir aide et assistance.

Source : www.cnrtl.fr