"Une sellette".

Ce joli petit mot - que l'on connaît essentiellement à travers l'expression "Être sur la sellette" ou "Mettre sur la sellette" - peut avoir, selon le contexte, de nombreuses significations :

  • un petit siège de bois fort bas, sur lequel on obligeait autrefois à s'asseoir les accusés, lorsqu'on les interrogeait pour les juger, et que les conclusions du ministère public tendaient à une peine afflictive.

Être sur la sellette signifie de nos jours

Et mettre sur la sellette.

  • un petit siège accroché aux barreaux d’une échelle ou soutenu par des cordes sur lequel s’assoient, à défaut d’échafaudage, les ravaleurs et les peintres en bâtiment,
  • une pièce du harnais d’un cheval de trait, en forme de petite selle, placée sur le dos du cheval et supportant des courroies auxquelles sont attachés les brancards,
  • une petite selle de sculpteur,
  • la partie des anciennes charrues sur laquelle le timon était appuyé (registre désuet),
  • la plateforme sur laquelle vient reposer l’avant d’une semi-remorque accrochée à un tracteur routier,
  • l'ensemble siège-harnais du pilote de parapente, sur lequel sont fixées les suspentes de la voile, éventuellement d’un parachute de secours ou d’instruments de vol. Et généralement équipé d’un sac gonflable pour l’atterrissage,
  • une pièce de bois en forme de moise, arrondie par les bouts, qui, accolant l’arbre d’un engin, sert avec deux liens à porter le fauconneau (registre désuet),
  • un banc haut sur pied, sorte de petit piédestal faisant partie du mobilier, ancien comme contemporain, pour exposer ("Mettre sur la sellette") un objet (plante, statuette, etc.).

Sources : www.cnrtl.fr et wiktionary.org

"Une salope" ou "Une lope".

Ce substantif et cette aphérèse du registre vulgaire désignent, selon le contexte, :

  • autrefois : une femme, fille très sale, malpropre (registre désuet),
  • de nos jours : un homme ou femme ignoble, méprisable, traître ou garce sans scrupules, déloyal, aux moeurs corrompues et prêt à tout pour réussir (injurieux et péjoratif),
  • suivant les époques : une femme portée sur le sexe, une femme de mauvaise vie, dégénérée,  dévergondée, débauchée, adultère, ou ayant perdue sa virginité hors-mariage,
  • une injure adressée à un homme et mettant en cause sa virilité,
  • un(e) partenaire salace, lubrique ou soumis(e) ; le mot pouvant être employé de façon ludique entre partenaires sexuels, dans un contexte où l’entente suppose qu’il perde son caractère blessant.

Sources : wiktionary.org

"La parentèle".

Ce substantif du registre soutenu et du registre désuet désigne '"l'ensemble des parents" d'un personne.

Personnellement, mes parents étant tous deux enfants uniques, mes grands-parents étant tous décédés depuis longtemps (je suis né en 1961), ma soeur cadette n'ayant qu'une fille et étant personnellement divorcé avec deux filles, ma parentèle directe se limite à 6 personnes ; 7 en incluant mon beau-frère.

 

"Une redingote de sapin", "Un costume en sapin" et "Un costard en sapin".

Ces trois locutions nominales désignent toutes un cercueil, autrefois fabriqué en sapin, :

  • "Une redingote de sapin", est le nom qu'on lui donnait, au XVIIIe siècle, dans le registre désuet,
  • "Un costume en sapin", est le nom qu'on lui donne aujourd'hui, dans le registre familier,
  • et "Un costard en sapin"est le nom qu'on lui donne aujourd'hui, dans le registre argotique.

Source : www.expressio.fr

"Contendant" et "Contondant".

Ces deux adjectifs paronymes du registre soutenu signifient respectivement :

  • qui débat, qui est en concurrence, en conflit avec un autre (registre désuet).

On parle par exemple, en droit, de "parties contendantes".

  • qui meurtrit, blesse par le choc, sans couper, ni percer, mais en produisant des contusions.

On parle par exemple, d'un "outil contondant" ou d'une "arme contondante".

"Mener grand train".

Cette expression signifie faire beaucoup de dépenses, vivre avec faste, jouir d'un mode de vie luxueux et dépensier et pouvoir, par exemple, employer de nombreux domestiques.

Le mot "train" désignait en effet, sous l'Ancien régime le budget d'un foyer et de tout le personnel d'entretien.

Source : wwww.linternaute.fr

"Un redresseur de torts".

Cette locution nominale désigne :

  • autrefois, un chevalier errant se faisant un devoir de secourir et de venger les victimes de l’injustice ou de la violence (registre désuet),
  • et de nos jours, de façon ironique, dans le registre familier : un individu prétendant réparer les injustices ; ayant la manie de vouloir réformer, corriger les autres.

On dit par exemple : "En rédigeant J'aime les mots, dans lequel je m'efforce de combattre l'utilisation des anglicismes ou la dégénerescence de notre niveau de langue, je sais bien que l'on risque de traiter de redresseur de torts" !

Sources : www.linternaute.fr et wiktionary.org

"Palsambleu !" ou "Parsambleu !".

Ces deux jurons, délicieusement désuets à mes yeux, résultent d'une altération de la formule "Par le sang de Dieu", ainsi modifiée afin d'éviter le blasphème.

Dans les deux cas, à l'instar de "Corbleu" ou "Morbleu", ils marquent :

  • soit un vif agacement nuancé d'indignation.

Par exemple, en réponse à la réception d'une information déplaisante : "C'est étrange, je viens d'entendre votre fille appeler le facteur "Papa" ?". "Palsambleu !".

  • soit l'assentiment, l'évidence.

Par exemple, afin de ponctuer une assertion : "J'ai toujours dit qu'il gagnerait, parsambleu !".

"Corbleu !" ou "Morbleu !".

Bien que n'étant absolument pas croyant, je trouve plaisant d'utiliser ces deux jurons du registre désuet, qui résultent d'une altération des formules "Par le corps de Dieu" et "Par la mort de Dieu, ainsi modifiées afin d'éviter le blasphème.

A l'instar de "Palsambleu" ou "Parsambleu", ils marquent dans les deux cas :

  • soit un vif agacement nuancé d'indignation.

Par exemple, en réponse à la réception d'une information déplaisante : "C'est étrange, je viens d'entendre votre fille appeler le facteur "Papa" ?". "Corbleu ! Où est-il  ?".

  • soit l'assentiment, l'évidence.

Par exemple, afin de ponctuer une assertion : "J'ai toujours dit qu'il gagnerait, morbleu !".

"Une branleuse".

Une taqueuse

Ce terme polysémique du registre argotique désigne :

  • autrefois, dans le domaine de l'imprimerie :
    • une machine - appelée ordinairement de nos jours "Une taqueuse" - servant, après le tirage et avant le massicotage et le pliage, agrafage ou reliage, à aligner les feuilles de façon homogène. On appelle cette opération le "Taquage" ou "Déramage".

Celui-ci s'effectue à l'aide d'une table équipées d'un moteur de vibration ainsi que de deux butées latérales et d'une butée à l'arrière. Pour aligner les bords de la rame de papier, la table s'incline vers la gauche ou vers la droite tout en vibrant.

Grâce à ces vibrations, la "branleuse" égalise les piles de papier afin que les feuilles soient parfaitement superposées les unes sur les autres.

Une taqueuse
Une taqueuse
    • ainsi que l'ouvrière travaillant sur ce type de machine ; son équivalent masculin étant surnommé... "Le branleur".
  • une personne de pâle envergure menant une vie oisive.

On dit par exemple : "Cette petite branleuse ne fout rien de ses journées".

  • une masturbatrice, une personne de sexe féminin qui masturbe ou se masturbe.

Sources : www.cnrtl.fr et wikipedia.org

"Un minot".

Ce mot peut désigner différentes choses :

  • c'est d'abord, pour les provençaux, dans le registre familier, un enfant, un adolescent, un jeune (*),
  • mais c'est également, dans la marine, une pièce de charpente spécifique,
  • et c'était enfin, autrefois, une mesure de capacité pour les matières sèches telles que le grain, équivalant à 18,5 litres.

(*) Concernant les enfants, je vous recommande la lecture de mon article sur toutes les façons de dire "Un jeune enfant ou "Un enfant".

9 façons de dire "Un jeune voyou".

Comme souvent, différents registres de langue s'offrent à vous en la matière.

Depuis le "petit branleur" ou le "petit con" (registre argotique), au "sacripant" (registre familier).

Vous disposez également de la "canaille", du "garnement", du "malappris" et du "vaurien"(langage courant).

Ainsi que du "chenapan" (registre désuet).

Sans compter, naturellement, le désormais célèbre "sauvageon", cher à Jean-Pierre Chevènement.